Beyrouth se démène pour rétablir ses relations avec l’Arabie saoudite après que Riyad a expulsé l’envoyé libanais et interdit les importations – RT World News

0
66

Le gouvernement libanais forme un groupe spécial pour combler une faille dans les relations avec Riyad qui a vu l’Arabie saoudite donner 48 heures au départ de l’ambassadeur du Liban et interdire toutes les importations libanaises.

Riyad a rappelé son ambassadeur au Liban pour consultations et a donné à l’émissaire libanais 48 heures pour quitter le royaume vendredi. Cette décision intervient après que l’Arabie saoudite et plusieurs autres États du Golfe ont été offensés par les commentaires du ministre libanais de l’Information, qui a critiqué l’intervention saoudienne au Yémen.

Dans des commentaires précédemment télévisés qui ont refait surface sur les réseaux sociaux cette semaine, l’ancien animateur de jeu télévisé devenu ministre George Kordahi a déclaré que les militants houthis au Yémen ont été « se défendre… contre une agression extérieure. » Ses propos ont déclenché un scandale, alors que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït et Bahreïn ont convoqué les ambassadeurs libanais sur les propos du ministre.



Aussi sur rt.com
Le ministère des Affaires étrangères de Bahreïn convoque l’ambassadeur du Liban pour avoir critiqué l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis dans le conflit au Yémen


Riyad a marqué les propos du ministre “offensive” et “insultant” car il l’accusait de “biais” en faveur des Houthis. Les Émirats arabes unis ont déclaré que son “honteux” commentaires “offensé” les membres de la coalition dirigée par les Saoudiens. Le Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui comprend les pays susmentionnés ainsi que le Qatar et Oman, a également condamné les propos de Kordahi.

Kordahi s’est empressé de déclarer que les déclarations étaient une opinion personnelle, ajoutant qu’elles avaient été faites avant qu’il n’occupe le poste de ministre. Cela n’a apparemment pas résolu le problème, puisque vendredi Riyad a interdit toutes les importations libanaises.

Le Premier ministre libanais Najib Mikati a déclaré vendredi soir qu’il “regretté” les actions saoudiennes et a appelé « des dirigeants arabes frères à travailler et à aider à surmonter cette crise afin de préserver la cohésion arabe ». Il a également demandé à Kordahi de faire “la droite” décision de préserver les intérêts nationaux du Liban, bien qu’il n’ait pas précisé ce qui doit être fait exactement.



Aussi sur rt.com
L’ONU vote pour mettre fin à l’enquête sur les crimes de guerre au Yémen après une défaite serrée au Conseil des droits de l’homme


Selon Reuters, Riyad pourrait faire pression sur Beyrouth pour forcer la démission de Kordahi. Le ministre libanais des Affaires étrangères Abdullah Bou Habib a déclaré vendredi qu’il formait un groupe pour résoudre le différend diplomatique tout en maintenant qu’il ne s’agissait pas d’un “crise” et que toutes les tensions pourraient être apaisées par le dialogue.

Pendant ce temps, l’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri a blâmé le Hezbollah pour la crise actuelle, accusant un parti politique et un groupe militaire de professer « hostilité envers les Arabes et les États arabes du Golfe ». Le mouvement chiite a salué les propos de Kordahi dans un communiqué jeudi.

L’agence de presse d’État saoudienne SPA a également attaqué le Hezbollah, affirmant vendredi que son influence « sur la prise de décision de l’État libanais a fait du Liban une arène pour la mise en œuvre de projets pour les pays qui ne souhaitent pas du bien au Liban et à son peuple ».

Les Houthis – également connus sous le titre officiel de leur parti, Ansar Allah – se sont emparés de la capitale yéménite de Sanaa en 2014 et ont évincé le président saoudien Abdrabbuh Mansur Hadi, qui est arrivé au pouvoir au scrutin d’un seul homme après des décennies de règne de Le président Ali Abdallah Saleh. L’Arabie saoudite a accusé à plusieurs reprises les Houthis d’être des mandataires de l’Iran et a lancé une guerre aérienne et terrestre pour rétablir Hadi au pouvoir en mars 2015, avec l’aide de Bahreïn, du Koweït, de l’Égypte, de la Jordanie et de plusieurs autres pays qui se sont depuis retirés du conflit. .

Selon les données des Nations Unies en décembre 2020, la guerre a jusqu’à présent fait plus de 230 000 morts – la grande majorité des Yéménites – et a entraîné une catastrophe humanitaire à grande échelle dans ce qui était déjà parmi les nations les plus pauvres du monde arabe. Le décompte des victimes tout au long du conflit a été extrêmement difficile, cependant, car de nombreux établissements de santé qui fournissent de telles données ont été détruits, le New York Times rapportant en 2017 que 65% des centres médicaux du pays avaient été endommagés par des bombardements.

Plus tôt ce mois-ci, l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance, a déclaré que quelque 10 000 enfants yéménites avaient été tués ou blessés depuis le début de l’intervention dirigée par l’Arabie saoudite, tandis que les organisations de l’ONU ont prédit que jusqu’à 400 000 enfants yéménites de moins de cinq ans pourraient mourir de faim par le fin d’année grâce aux privations alimentées en grande partie par la guerre. La coalition a également été fréquemment critiquée, y compris par l’ONU, pour ses frappes aériennes aveugles sur les infrastructures civiles, qui font souvent des victimes parmi les non-combattants.



Aussi sur rt.com
« Jalon honteux » : 10 000 enfants yéménites tués ou mutilés dans des violences depuis 2015 – UNICEF


Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici