Biden anticipe un “jeu d’attente” entre l’Europe et la Russie

0
91

Le président américain a déclaré que le résultat serait déterminé par les dommages que chaque partie est prête à subir dans le conflit ukrainien.

La confrontation entre l’Europe et la Russie au sujet de l’Ukraine risque de se transformer en un «jeu de patience,», a déclaré le président américain Joe Biden.

Après avoir prononcé son discours sur les vaccins Covid-19 pour les enfants de moins de cinq ans à la Maison Blanche mardi, Biden s’est vu demander par un journaliste s’il était «peur” il y avait une fracture émergeant parmi les alliés occidentaux de l’Ukraine. Le journaliste a cité le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a récemment parlé de «fatigue ukrainienne,» et a affirmé que certains dirigeants «appellent à des négociations avec Poutine.

Le président américain a répondu par la négative, ajoutant toutefois que «à un moment donné, ce sera un peu un jeu d’attente : ce que les Russes peuvent supporter et ce que l’Europe sera prête à supporter.

Il a également dit que c’était l’une des choses que les dirigeants occidentaux étaient “va parler… en Espagne de» – une référence apparente au sommet de l’OTAN, qui débutera mardi prochain dans la capitale espagnole, Madrid.

Lire la suite

L’Allemagne au bord de la “phase d’alarme” de l’urgence gazière – Die Welt

S’adressant aux journalistes à son retour d’une visite surprise à Kiev vendredi dernier, Boris Johnson a averti que «La fatigue ukrainienne s’installe.« Le premier ministre a souligné l’importance de montrer »que nous sommes avec eux sur le long terme et que nous leur donnons la résilience stratégique dont ils ont besoin.

Johnson a reconnu que les forces russes étaient «meulant vers l’avant pouce par pouce,» ajoutant qu’il était d’autant plus vital pour l’Occident de «montrer ce que nous savons être vrai, à savoir que l’Ukraine peut gagner et va gagner.

Depuis le début de l’offensive de la Russie contre son voisin fin février, les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’UE, le Japon, l’Australie et plusieurs autres pays ont imposé plusieurs séries de sanctions économiques radicales contre Moscou. Parmi les mesures punitives adoptées par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE figurent des embargos ou des restrictions majeures sur les exportations russes de charbon et de pétrole. Cependant, cela, associé à la flambée des prix sur le marché, a entraîné une augmentation spectaculaire des prix de l’énergie pour les consommateurs finaux, tant en Europe qu’aux États-Unis.

De plus, l’Ukraine et la Russie étant les principaux producteurs de blé et d’orge, les prix des denrées alimentaires ont également augmenté. Les exportations de métaux et de matières premières des deux pays ont également été gravement touchées, en raison à la fois des sanctions et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Tous ces facteurs combinés ont stimulé l’inflation, qui a atteint des niveaux record dans un certain nombre de pays occidentaux.

Dans ce contexte, le groupe de réflexion du Conseil européen des relations étrangères (ECFR) a averti la semaine dernière qu’un nombre croissant d’Européens pourraient désormais être favorables à ce que l’Ukraine conclue un accord de paix avec la Russie, même si cela signifiait que Kiev devrait faire des concessions territoriales. Après avoir analysé les résultats d’un sondage d’opinion réalisé à la mi-mai dans 10 pays européens, l’ECFR a conclu que les citoyens de la plupart de ces pays étaient de plus en plus préoccupés par l’augmentation constante du coût de la vie.

Le sondage a indiqué que 35 % des répondants de la «camp de la paix» souhaitaient que le conflit armé se termine au plus vite, tandis que 22 % des «camp de la justice» a donné la priorité à la conquête de la Russie par rapport à toutes autres considérations. 20% supplémentaires ont déclaré que s’ils voulaient punir Moscou pour ses actions, ils étaient également préoccupés par les risques et les coûts impliqués. Les 23 % restants ne rentrent apparemment dans aucun des trois camps et sont classés comme «le reste.

Dans son rapport, l’ECFR a prédit que le nombre de personnes dans le camp de la paix allait probablement augmenter avec le temps, augmentant les divisions dans les pays européens. Le groupe de réflexion a exhorté les gouvernements à se concentrer sur le «balancer les électeurs» avec des récits qui répondaient à leurs préoccupations pour atténuer cette tendance.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire