Biden et Poutine parlent, mais de quoi ?

0
108

Bien qu’il énonce une évidence, la Russie est en guerre avec l’Ukraine depuis 2014.

Le récent sommet vidéo entre le président Biden et Poutine à la suite de l’important renforcement militaire de la Russie à la frontière ukrainienne était une fois de plus une réaction à une menace potentielle d’une nouvelle invasion. Dans les rapports sur le sommet, rien n’indique que des progrès ont été réalisés dans le traitement des détails de l’invasion initiale de l’Ukraine par la Russie en violation directe et dans l’esprit du droit international.

Pour Poutine, il s’agissait d’un exploit tactique momentané. Cela a replacé les intérêts de la Russie au premier plan des discussions internationales à ses conditions et, en outre, a forcé les États-Unis à acquiescer à son désir de discuter de l’Ukraine dans un scénario de tête-à-tête.

Cela a également prouvé qu’une simple « exposition » d’une menace militaire pouvait provoquer une réaction des concurrents occidentaux. Et donc, la discussion ne portait pas sur le traitement et la tentative de résoudre les principes fondamentaux de l’invasion de l’Ukraine par Poutine il y a 8 ans, mais sur des questions qui détournent la négociation des transgressions originales du conflit. Sa manœuvre a prouvé que dans la question concernant l’Ukraine, il est non seulement autorisé à contrôler l’ordre du jour, mais qu’il est également autorisé à encadrer la question à son avantage.

L’Occident réagit toujours à la Russie plutôt que de forcer et de se concentrer sur des problèmes qui seraient à la fois dans l’intérêt national de l’Ukraine et des démocraties occidentales. Ces intérêts reposent sur le retrait des forces d’invasion russes des régions de Lougansk et de Donetsk et le retour de la Crimée.

En termes à la fois généraux et spécifiques, il s’agit de rétablir l’autonomie du gouvernement ukrainien sur ses terres et frontières internationalement reconnues et d’établir un ordre dans la région fondé sur les principes de l’état de droit international. Cet objectif doit toujours être primordial dans toute discussion avec la Russie. Il ne s’agit de répondre à aucune minutie, aussi grave soit-elle, qui forcerait à s’écarter de cet objectif stratégique.

Forces militaires ukrainiennes près du poste de contrôle de Maiorske dans la région du Donbass, déchirée par la guerre.

Des empires tels que la Russie et la Chine devraient également être ajoutés à la liste, toujours compter sur et exploiter le passage du temps sur ses adversaires démocratiques en partant du principe que les mémoires démocratiques sont courtes, tout en étant soumis à l’impatience en raison des mandats présidentiels démocratiques et de la désir inhérent de résoudre un problème. Les empires savent attendre pour obtenir ce qu’ils veulent, les démocraties sont agitées car elles sont formulées pour résoudre un problème puis passer à un autre. Les autoritaires ne sont limités que par le moment de leur mort.

Dans toute recherche d’un accord en cas de différend, il est impératif que les parties trouvent un langage mutuel et un cadre convenu pour résoudre leur différend. Dans le cas de l’Ukraine, aucune formule adéquate n’a été trouvée. L’Accord de Minsk n’est pas le cadre. Il est temps de passer à autre chose.

La question sur laquelle l’Ukraine a été poussée doit être claire : le respect de sa souveraineté et de son indépendance et la volonté d’apaiser les intérêts de sécurité de la Russie.

À ce jour, et à l’heure actuelle, l’une des manières dont Poutine a réussi a été de forcer l’Occident à répondre aux menaces militaires, faisant de la « menace » le problème, plutôt que de se concentrer sur le traitement de la question de son invasion illégale. de l’Ukraine et l’occupation de 7 % de son territoire, y compris la Crimée.

Les récentes actions tactiques de Poutine illustrent et révèlent à la fois sa plus grande stratégie, celle d’assurer la poursuite d’un « conflit gelé » dans l’est de l’Ukraine et de faire de l’occupation russe de la Crimée un fait accompli. Une stratégie qui garantirait la réalisation de l’objectif déclaré de l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN. Mais en plus, il s’agit de s’assurer que l’Ukraine reste divisée à la fois politiquement et socialement, ainsi que d’affaiblir sa détermination à attirer les investissements étrangers occidentaux tout en déstabilisant le pays sur le plan économique.

La stratégie de Poutine est d’entraver, sinon d’arrêter totalement l’intégration de l’Ukraine dans le monde démocratique et la sphère de libre marché, ainsi que d’empêcher la consolidation de l’Ukraine dans des institutions occidentales fondées sur des règles. Alors que l’Ukraine gravite autour de la place qui lui revient au sein de la famille de l’Occident démocratique, elle exprime sa détermination à rejeter la sphère d’influence de la Russie et l’autoritarisme de Poutine.

En définissant son récit national, l’Ukraine doit expliquer, à la fois à la Russie et à ses partenaires occidentaux, que sa quête intransigeante, en tant que nation et en tant que peuple, est de progresser sur la voie de la liberté. Grandir en maturité jusqu’à celle d’une nation européenne souveraine et indépendante qui ne peut succomber aux intérêts géopolitiques des autres nations, mais s’assurer qu’elle est le principal déterminant de son destin national.

Le président Biden a clairement exprimé sa volonté d’agir de manière ferme et claire sur les ramifications si la Russie envahissait l’Ukraine sur un autre front. Il a rappelé à Poutine que d’autres sanctions auraient lieu et que les conséquences pour la Russie seraient dévastatrices. Les sanctions, a-t-il dit, seraient étendues au-delà des individus. C’est peut-être bien beau, mais il faut le rappeler, il menace un pays qui a survécu aux ravages de Stalingrad et qui n’a pas été oublié. Les Russes sont un peuple qui souffre, et de plus, comment juger de l’efficacité de sanctions économiques sévères contre un peuple dont les dirigeants ne se soucient pas vraiment d’eux ?

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou (extrême droite) a été accusé par les autorités ukrainiennes d’avoir aidé à organiser la création de milices armées pro-russes dans l’est de l’Ukraine.

Le président Obama a commis deux erreurs fatidiques dont les leçons pour Biden n’ont pas été perdues. Le premier étant de « tracer une ligne dans le sable » en Syrie et de ne pas donner suite, permettant ainsi à Poutine d’envahir l’Ukraine en premier lieu. Le second étant de ne pas imposer de sanctions encore plus lourdes lorsque la Russie a ignoré sa menace et a poursuivi son invasion de l’Ukraine.

Le sommet, une fois résumé, a déclaré que Poutine devrait s’attendre à des sanctions sévères qui étaient en cours de discussion, mais non appliquées il y a 8 ans. On pourrait bien affirmer que si ce type de sanctions avait été imposé, le monde n’en serait peut-être pas arrivé à ce point et que près de 15 000 Ukrainiens ne seraient pas morts et que près de 1,6 million de personnes n’auraient pas été déplacées à l’intérieur du pays.

Cependant, dans les reportages sur la réponse de la Russie aux pourparlers, un aspect majeur n’a pas été suffisamment couvert par les médias occidentaux. Cela étant, Poutine a demandé une garantie écrite que l’Ukraine ne sera pas autorisée à rejoindre l’OTAN. Il est regrettable que cette question n’ait pas eu une plus grande importance car, pour Poutine, c’est son plus grand intérêt et objectif stratégique. Poutine ne veut pas que la sécurité de l’Ukraine soit garantie par l’alliance de l’OTAN.

En traitant avec Poutine, l’Occident doit toujours se concentrer et encadrer ses discussions avec Poutine non seulement conscient de ses objectifs stratégiques à long terme, mais pour assurer la souveraineté et l’indépendance sans compromis de l’Ukraine. Cela signifie que Poutine doit quitter l’Ukraine conformément au droit international.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire