Big Pharma fait un massacre de l’apartheid vaccinal

0
62

Avec l’émergence d’une autre variante de COVID-19, la pandémie mondiale n’est pas en vue. C’est une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui espéraient que 2022 pourrait amener un retour à une sorte de normalité, ou voir la fin des types de restrictions et d’interdictions de voyager punitives actuellement réintroduites. C’est décidément une bonne nouvelle, d’un autre côté, pour quelques grandes sociétés pharmaceutiques qui ont déjà tué des vaccins et qui devraient récolter de gros gains alors que des variantes comme Omicron continuent de proliférer.

Moderna et Pfizer ont ajouté des milliards à leur capitalisation boursière en quelques jours depuis que la nouvelle d’Omicron a éclaté pour la première fois au milieu d’une demande anticipée de boosters et, par extension, d’énormes profits. 2021 a déjà été une année record pour les différentes sociétés pharmaceutiques qui ont réussi à faire de leurs marques un synonyme de distribution de vaccins – les bénéfices de Pfizer ont bondi de quelque 124% au cours des trois premiers trimestres de l’année par rapport à 2020 et ceux de Johnson & Johnson de quelque 24 pour cent.

Alors que les modèles commerciaux lucratifs disparaissent, la stratégie pandémique de Big Pharma est à peu près aussi bonne que possible. Les vaccins de type ARNm produits par Pfizer et Moderna n’ont été développés que grâce à des milliards de recherches financées par des fonds publics, et les deux sociétés ont payé bien en deçà du taux d’imposition légal des États-Unis au premier semestre de cette année. Avec l’encouragement, la protection et la coopération de certains des États les plus riches et les plus puissants du monde, les deux ont également vendu massivement des clichés dans les pays riches – facturant avec succès jusqu’à vingt-quatre fois les coûts de production réels selon une analyse réalisée par des scientifiques de l’ARNm à Imperial College London, ce qui entraîne des doses cinq fois plus chères qu’elles ne devraient l’être.

En tant que réponse réelle à une pandémie mondiale, le déploiement d’un vaccin dirigé par Big Pharma a provoqué une crise humanitaire complètement évitable qui est appelée à juste titre l’apartheid des vaccins par ses détracteurs. Briser cette emprise des entreprises est une étape nécessaire vers l’augmentation de l’approvisionnement en vaccins et l’apport de doses urgentes aux milliards qui en ont besoin. Mais comme le cycle de l’actualité mondiale se préoccupe de l’émergence d’une autre variante, c’est également une condition préalable de base pour mettre fin à la pandémie pour tout le monde, même dans les pays riches avec des taux de vaccination relativement élevés.

Jusqu’à ce que les formules de production de vaccins soient partagées et que les doses soient largement disponibles à faible coût, nous pouvons nous attendre à d’autres infections et décès inutiles – et à une industrie extrêmement rentable qui continue de faire un massacre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici