Boucler la boucle avec une raquette renouvelée de la guerre froide

0
116

La Turquie retirant désormais son objection à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, il est pratiquement certain que les deux pays rejoindront cette alliance militaire de dinosaures de la guerre froide. Concrètement, cela signifie que la vie des jeunes Américains sera désormais mise en gage pour venir automatiquement à la défense des Suédois et des Finlandais au cas où la Russie déclencherait une guerre avec l’un d’eux. En effet, sur le plan pratique, cela signifie également que la vie du peuple américain est promise aux deux pays, étant donné la quasi-certitude qu’une guerre entre la Russie et les États-Unis deviendrait nucléaire.

Pourtant, quand le peuple américain, par l’intermédiaire de ses représentants élus au Congrès, a-t-il accepté ces engagements ? Bien sûr, je sais que le Congrès est occupé par ces audiences du 6 janvier, mais est-ce une raison pour s’abstenir de prendre cette décision monumentale au nom du peuple américain ?

Le fait est que lorsqu’il s’agit de l’élargissement de l’adhésion à l’OTAN, les vues du Congrès ne sont pas pertinentes. Les seuls points de vue qui comptent sont ceux du Pentagone. C’est le Pentagone qui possède et contrôle l’OTAN. C’est le Pentagone qui a décidé d’inviter la Suède et la Finlande dans l’alliance militaire qui détient le pouvoir de mettre en gage la vie du peuple américain.

Et pourquoi devons-nous gérer tout cela ? Nous avons bouclé la boucle, vers une nouvelle guerre froide contre la Chine et la Russie. La seule chose qui manque est la mention du communisme et la nécessité de mener une nouvelle croisade anticommuniste.

Mais attendez une minute ! Qu’est-il arrivé à la fameuse guerre mondiale contre le terrorisme ? C’est comme si hier nous nous préparions tous à combattre les terroristes qui, nous a-t-on dit, venaient nous chercher à cause de leur haine pour notre “liberté et nos valeurs”. Je me souviens d’avoir été inondé d’e-mails me disant que les musulmans faisaient la guerre à l’Amérique dans le cadre d’un complot vieux de plusieurs siècles visant à établir un califat mondial. La peur d’être obligé de se conformer à la charia dans les villes et villages à travers l’Amérique était partout.

Pourtant, du coup, on ne parle plus des terroristes, des musulmans et du califat ! Qu’est-ce que ça donne avec ça ? Les terroristes et les musulmans nous aiment-ils maintenant pour notre liberté et nos valeurs ? Quand est-ce arrivé? Comment est-ce arrivé?

La guerre froide a été un grand racket réussi pour l’establishment de la sécurité nationale – c’est-à-dire le Pentagone, la CIA et la NSA – ainsi que son armée d’entrepreneurs voraces de la « défense » qui s’enrichissaient en se nourrissant à l’abreuvoir public. Ils ont convaincu le peuple américain que les communistes venaient nous chercher, tout comme ils ont convaincu plus tard les Américains que les terroristes et les musulmans venaient nous chercher. Seul un établissement de renseignement militaire tout-puissant, doté de pouvoirs omnipotents et totalitaires et de budgets en constante augmentation, pourrait nous empêcher de devenir rouge.

Rétrospectivement, il est clair que l’establishment de la sécurité nationale n’a jamais lâché son racket de la guerre froide. Demandez simplement au peuple cubain, qui continue de souffrir du vieil embargo économique de la guerre froide qui le vise par la mort et l’appauvrissement. Il est maintenant clair que le racket tant vanté de la guerre mondiale contre le terrorisme n’était qu’un intermède temporaire jusqu’à ce que le racket de la guerre froide puisse être ramené et renouvelé.

Ils avaient pensé que leur ancien racket de la guerre froide durerait éternellement, surtout après s’être débarrassé du président Kennedy, qui avait décidé de mettre un terme à leur racket de la guerre froide. L’establishment militaire et du renseignement n’allait pas laisser cela se produire, car ils étaient convaincus que la vision de Kennedy pour l’Amérique constituait une grave menace pour la “sécurité nationale” et pour le pouvoir toujours croissant et les largesses financées par les impôts de l’establishment de la sécurité nationale.

Chaque président depuis Kennedy s’en est remis au pouvoir majestueux du Pentagone, de la CIA et de la NSA. Il en va de même pour le Congrès, qui est la propriété de l’establishment militaire et du renseignement. La Cour suprême a également déféré au pouvoir omnipotent de l’establishment de la sécurité nationale, c’est pourquoi le Pentagone et la CIA continuent de gérer leur honteux camp de torture et de détention indéfinie à Gitmo.

Comme Michael Glennon, professeur de droit à l’Université Tufts, l’a si bien expliqué dans son livre sur les bassins versants Sécurité nationale et double gouvernement, les bureaucrates non élus du Pentagone, de la CIA et de la NSA sont en fin de compte responsables de notre destin en tant que nation. Ce sont eux qui dirigent le spectacle. Ce sont eux, et non la Russie ou la Chine, qui sont la plus grande menace pour notre liberté, notre prospérité et notre bien-être.

Compte tenu de la possibilité croissante d’une guerre nucléaire découlant des machinations de l’establishment de la sécurité nationale en Ukraine, dans le cadre de son racket renouvelé de la guerre froide, sans parler des dépenses massives, de la dette et de l’inflation qui mettent le gouvernement fédéral en faillite et appauvrissent le peuple américain, ce serait le bon moment pour les Américains de s’engager dans une sérieuse introspection pour savoir où nous en sommes en tant que nation, comment nous en sommes arrivés là et ce que nous devons faire pour remettre notre nation sur la bonne voie vers la liberté, la paix, la prospérité , et l’harmonie.

Les gens me demandent souvent pourquoi je continue à consacrer du temps à l’assassinat de Kennedy, comme en témoigne mon nouveau livre Une rencontre avec le mal : l’histoire d’Abraham Zapruder. La réponse est simple : comprendre la motivation et la nature de cette opération particulière de changement de régime de l’État de sécurité nationale nous indique la direction dans laquelle nous devons aller : mettre fin au racket de la guerre froide contre la Russie et la Chine, sortir de l’OTAN, restaurer notre fondation. politique étrangère de non-interventionnisme, démantèlement de l’establishment de la sécurité nationale et restauration de notre système gouvernemental fondateur d’une république à gouvernement limité.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/06/coming-full-circle-with-a-renewed-cold-war-racket/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire