Camarade Thomas Piketty, bienvenue dans le mouvement socialiste

0
209

C’est un signe des temps que l’un des intellectuels les plus éminents du monde vient de publier un livre d’essais intitulé L’heure du socialisme. Comme l’explique Thomas Piketty dans la longue introduction du volume, « Si quelqu’un m’avait dit en 1990 que je publierais en 2020 un recueil d’articles intitulé Vivement le socialisme! en français, j’aurais cru que c’était une mauvaise blague.

Pourtant, pour Piketty, comme d’innombrables autres à travers le monde, les trois dernières décennies de ce qu’il appelle «l’hypercapitalisme» l’ont poussé à remettre en question les vérités acceptées sur le système économique en vigueur. Et tandis que l’auteur hésitait encore à prôner le socialisme au moment de la publication de Capitale au XXIe siècleson opus magnum le plus vendu en 2013 sur les inégalités, il en est maintenant venu à adopter le terme – arguant que malgré le bagage de ses connotations de stalinisme, « il reste le terme le plus approprié pour décrire l’idée d’un système économique alternatif au capitalisme ».

Il y a plus à cela que la terminologie. Comme l’explique Piketty, son adhésion au socialisme reflète sa conviction retrouvée qu’« on ne peut pas être seulement “contre” le capitalisme ou le néolibéralisme : il faut aussi et surtout être “pour” autre chose, ce qui nécessite de désigner précisément le système économique idéal que l’on souhaite d’installation.” Face aux inégalités rampantes et à la catastrophe climatique imminente, la colère contre le capitalisme est déjà largement répandue. Ce qu’il faut maintenant avant tout, selon lui, c’est une alternative convaincante et “clairement expliquée”.

Piketty résume son plaidoyer en faveur d’une « nouvelle forme de socialisme » comme celle qui est « participative et décentralisée, fédérale et démocratique, écologique, multiraciale et féministe ». La vision qu’il propose s’inscrit résolument dans la tradition socialiste démocratique, qui cherche à approfondir et élargir les institutions représentatives et les libertés politiques codifiées dans les démocraties capitalistes d’aujourd’hui. Loin de projeter un soulèvement insurrectionnel, Piketty soutient qu’« il est tout à fait possible de passer progressivement au socialisme participatif en modifiant le système juridique, fiscal et social ».

Selon lui, cette transition a déjà commencé : « Si nous adoptons une perspective à long terme, alors la longue marche vers l’égalité et le socialisme participatif est déjà bien engagée. Bien que les progrès aient stagné à l’ère néolibérale, il note que la grande histoire dans les pays capitalistes depuis le XIXe siècle est la “forte réduction” des inégalités et la croissance spectaculaire de l’État-providence.

En Europe de l’Ouest — le centre géographique de son livre — les dépenses publiques totales au début du XXe siècle ne représentaient que 10 % du revenu national. Mais il a maintenant atteint 40 à 50 %, principalement consacré au financement de services tels que l’éducation, les soins de santé et les retraites. Selon Piketty, ce progrès était le résultat de la pression populaire telle que codifiée dans la politique gouvernementale – ce n’était ni une manœuvre de la classe dirigeante pour empêcher un changement radical, ni un sous-produit inévitable du développement capitaliste laissé à lui-même.

Bien qu’il affirme que la poursuite de l’expansion des services publics – y compris, surtout, des mesures visant à rendre l’enseignement supérieur accessible à tous – est essentielle pour progresser vers le socialisme, la vision de Piketty ne se réduit pas à la reconstruction d’États-providence solides. Pour une véritable égalité, il faut repenser « tout l’éventail des relations de pouvoir et de domination ». Au cœur de sa conception de la transition vers le socialisme se trouve une redistribution radicale des richesses combinée à une extension de l’influence des salariés au sein des entreprises privées.

L’une des propositions les plus innovantes en Le temps du socialisme est d’augmenter considérablement la fiscalité progressive pour fournir un « héritage minimum pour tous » d’environ 180 000 $ pour tout le monde lorsqu’il atteint l’âge de vingt-cinq ans. Par cette politique, Piketty envisage de construire une société dans laquelle « tout le monde posséderait quelques centaines de milliers d’euros, où quelques personnes posséderaient peut-être quelques millions, mais où les avoirs les plus élevés. . . ne serait que temporaire et serait rapidement ramené par la fiscalité à des niveaux plus rationnels et socialement plus utiles.

Offrir un coussin financier généreux à tous permettrait, parmi ses nombreux avantages, de libérer les travailleurs d’être contraints par la nécessité matérielle d’accepter de mauvaises conditions de travail, de bas salaires et le despotisme sur le lieu de travail. En bref, une redistribution radicale des richesses de haut en bas « aiderait à redéfinir l’ensemble des relations de pouvoir et de domination sociale ».

Pour approfondir ce changement de pouvoir, Piketty propose également que tous les pays adoptent la cogestion des travailleurs, dans laquelle les représentants élus des employés constituent la moitié des conseils d’administration dans toutes les grandes entreprises. Cette proposition, note-t-il, a déjà été mise en œuvre dans des pays comme la Suède et l’Allemagne, entraînant « une transformation considérable de la logique actionnariale classique ».

Il met néanmoins en garde contre une idéalisation de ce système de cogestion tel qu’il a été mis en place par le passé, arguant que des versions plus ambitieuses de celui-ci sont possibles. Piketty conclut son propos en soulignant le caractère provisoire de ses propositions : les politiques spécifiques qu’il met en avant “visent à ouvrir le débat, jamais à le clore” car “le socialisme participatif que je réclame ne viendra pas d’en haut”.

Le fait qu’un penseur avec l’influence intellectuelle de Piketty ait embrassé le socialisme est significatif en soi, ouvrant la voie à un plus grand nombre de personnes pour commencer à envisager un monde au-delà du capitalisme. Mais que penser de sa vision de la transformation socialiste ?

Parler d’un changement relativement progressif et déjà en cours vers le socialisme fera sans aucun doute froncer les sourcils parmi les radicaux entraînés à s’attendre à ce qu’une rupture avec le capitalisme nécessite nécessairement une forme de rupture révolutionnaire dans l’État et l’économie. Pourtant, cette vision graduelle ne doit pas être écartée d’emblée.

La vérité est que nous n’avons encore aucun moyen de prédire avec précision la forme que prendra une transition vers le socialisme dans une démocratie capitaliste avancée. L’insistance de Piketty sur le fait que les réformes radicales qu’il envisage seront gagnées par la lutte contre (plutôt que par l’accommodement) le pouvoir des entreprises est probablement suffisante comme horizon stratégique pour l’avenir prévisible. Bien qu’une rupture révolutionnaire plus rapide et moins pacifique puisse éventuellement être mise à l’ordre du jour face à une réaction patronale minoritaire, il n’y a aucun besoin ni aucun avantage politique à projeter une révolution immédiate comme le seulement voie à suivre possible.

Certains radicaux peuvent également désapprouver l’insistance de Piketty sur le fait que la transition vers le socialisme est déjà en cours, comme on le voit dans la croissance de l’État-providence et la baisse connexe des inégalités économiques. Pourtant, ici aussi, l’auteur est sur quelque chose : les réformes remportées par les socialistes, les travailleurs organisés et les mouvements sociaux au cours du siècle dernier ont fait des incursions significatives dans les relations de marché.

Malgré les ravages du néolibéralisme, l’État-providence n’a pas été démantelé même dans des endroits comme les États-Unis et le Royaume-Uni – les luttes actuelles et futures pour la démarchandisation sont donc menées sur une base sociale nettement plus élevée qu’elles ne l’étaient, disons, dans les années 1930. En tant que tel, la critique la plus pertinente des sociaux-démocrates – celle partagée par Piketty – n’est pas qu’ils étaient graduels, mais plutôt qu’ils se sont finalement révélés incapables d’être efficace graduels. Au lieu de continuer à déplacer le pouvoir et le contrôle vers les travailleurs, les partis sociaux-démocrates ont largement abandonné ce projet face à la crise économique, à la mondialisation et à la résistance des employeurs à partir des années 1980.

Cela n’a pas non plus de sens de critiquer Piketty pour avoir omis les appels à la nationalisation des sommets dominants de l’économie. Il y a un argument solide à faire valoir que les marchés des biens privés sont entièrement compatibles avec (et sans doute nécessaires pour) une société socialiste prospère – à condition que l’État sape radicalement le pouvoir et la richesse capitalistes, que la démocratie économique basée sur l’entreprise soit étendue et que les politiques de protection sociale fournissent à chacun les services essentiels dont il a besoin pour survivre. Cela dit, le cas de Piketty aurait été renforcé s’il s’était davantage engagé dans des propositions de démocratisation complète des entreprises, comme l’envisageait le « plan Meidner » de la Suède.

Une limitation plus importante est que Piketty dit peu dans le livre sur l’importance de reconstruire le pouvoir du travail organisé. Cette question est évoquée au passage dans ses exhortations à « repenser les institutions et les politiques incluant les services publics, et en particulier l’éducation, le droit du travail, les organisations et la fiscalité » et à « arrêter de dénigrer le rôle des syndicats, le salaire minimum et grilles salariales. » Pourtant, l’inattention relative de l’auteur envers le travail organisé aujourd’hui est quelque peu surprenante étant donné son accent louable sur l’urgence de ramener la politique ouvrière et sa reconnaissance constante de l’importance historique des syndicats dans la réduction des inégalités.

Peut-être que Piketty, avec son expertise dans l’exploitation des données pour identifier les tendances historiques et les solutions politiques, a estimé qu’il valait mieux laisser à d’autres le soin d’étoffer les lignes de marche stratégiques nécessaires pour gagner sa vision proposée. Mais sans un mouvement ouvrier revitalisé pour changer l’équilibre du pouvoir de classe, les solutions politiques les plus ambitieuses de l’auteur ont peu de chances de passer – et certaines de ses autres propositions pourraient ne pas avoir les conséquences prévues.

La cogestion des employés, par exemple, peut généralement servir d’outil pour accroître l’influence des travailleurs lorsqu’elle est associée à des syndicats solides. Mais en l’absence d’un rapport de forces relativement favorable créé par une organisation ouvrière forte et de la menace crédible d’une action perturbatrice sur le lieu de travail, les plans de cogestion risquent de devenir au mieux édentés et au pire les mécanismes de contrôle patronal, poussant les travailleurs à approuver automatiquement les prérogatives des patrons .

Tout cela n’enlève rien à l’importance globale de Le temps du socialisme — ou le bien-fondé de sa vision. L’effort de Piketty pour esquisser une alternative au capitalisme devrait faire réfléchir les progressistes encore sceptiques sur « le mot S ». Et son travail devrait être pris non moins au sérieux par les radicaux, dont l’efficacité politique dans les démocraties capitalistes a trop souvent été sapée par un attachement doctrinal à des formules articulées pour d’autres époques et contextes politiques. Pour gagner un monde meilleur, l’irrésistible ouverture d’esprit de Le temps du socialisme pourrait finalement s’avérer d’une utilité encore plus grande que ses propositions politiques spécifiques.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire