Capitaliser sur les changements dans les affaires, la technologie et les partenariats mondiaux

0
69

Résumé

L’Afrique, rendue possible par des changements technologiques rapides et des changements démographiques, est prête pour une révolution socio-économique et structurelle majeure. Ce rapport analyse les grandes tendances à l’origine de ce changement, ainsi que les opportunités et les défis qui en découlent. L’Afrique a la population qui croît le plus rapidement au monde. En fait, un citoyen du monde sur quatre sera africain d’ici 2050. Cette population croissante devrait se concentrer de plus en plus dans les zones urbaines à mesure que l’Afrique continue de connaître une augmentation de l’influence et des opportunités dans ses grandes villes. Cette main-d’œuvre jeune et en croissance sera complétée par une classe moyenne en pleine expansion avec des billions de dollars en pouvoir d’achat au cours des prochaines décennies. Ce rapport soutient que, si elles sont exploitées avec succès, ces tendances représentent une opportunité importante pour les pays africains et les États-Unis de façonner une transformation sur le continent qui assure la prospérité et une croissance équitable pour tous.

Chapitre 1 donne un aperçu des grandes tendances qui façonnent l’environnement des affaires en Afrique, pendant et après la pandémie de COVID-19. Suite à la libéralisation financière dans les années 1990, l’Afrique a connu une croissance économique et une réduction de la pauvreté remarquables. Cependant, l’Afrique n’a pas emprunté la voie traditionnelle du développement. Au contraire, le secteur des services en Afrique, avec des « industries sans cheminées », affiche déjà une croissance remarquablement rapide, dépassant l’industrie manufacturière dans son importance pour stimuler la croissance sur le continent. Bien que le COVID-19 ait provoqué une chute brutale des échanges et exacerbé la pauvreté, ses effets seront à court terme, et l’Afrique dispose toujours d’un énorme potentiel commercial croissant qui offre des opportunités enrichissantes aux entreprises mondiales et locales.

Chapitre 2 discute ensuite de la montée de la quatrième révolution industrielle (4RI) en Afrique, illustrant comment la 4RI offre à l’Afrique la possibilité de combler les lacunes dans les infrastructures physiques et numériques, mais soulève également de nouveaux défis associés à la stabilité et à la cybersécurité. Le chapitre 2 révèle que l’Afrique adopte déjà la technologie 4IR et explore comment ces technologies ont le potentiel d’accroître la sécurité et l’efficacité dans les secteurs primaire et secondaire de l’économie et d’accélérer la croissance du secteur tertiaire africain. Dans le même temps, ce chapitre constate que les gouvernements africains ne doivent pas se limiter à promouvoir la croissance du secteur manufacturier ou des services ; au lieu de cela, des politiques de soutien mutuel capitalisant sur le 4IR peuvent être mises en œuvre pour augmenter le développement dans les deux secteurs. Le 4IR présente des opportunités pour les gouvernements d’améliorer la prestation de services avec de nouveaux outils grâce à l’essor de la gouvernance électronique ; cependant, il présente également des risques importants, en particulier compte tenu de la cybersécurité relativement faible de l’Afrique.

chapitre 3 illustre comment l’Afrique devient de plus en plus interconnectée, tant au niveau régional que mondial. Les accords de libre-échange régionaux facilitent les efforts de l’Afrique pour passer d’une dépendance à l’égard des produits de base à des biens et services hautement qualifiés et à forte intensité technologique et à des produits manufacturés. En outre, les pays non occidentaux ont considérablement accru leur commerce et leur implication avec l’Afrique, tandis que la Chine est devenue le plus grand partenaire commercial et créancier de l’Afrique. De nouveaux partenaires comme l’Inde et les États arabes engagent l’Afrique de manière plus agressive sur le plan économique. En revanche, les États-Unis ont reculé dans leurs relations économiques avec l’Afrique, les prêts, l’aide, le commerce et les flux d’investissement direct étranger (IDE) ayant tous chuté ces dernières années.

Compte tenu de ces tendances, ce rapport soutient qu’il est vital que les États-Unis prennent des mesures pour améliorer leur position sur le continent africain de plus en plus influent et immergé dans le monde. En particulier, les États-Unis devraient cibler les investissements et l’aide dans les domaines qui leur permettent de tirer parti du commerce régional croissant sur le continent et de promouvoir l’intégration commerciale entre les États-Unis et l’Afrique. De même, les États-Unis et d’autres partenaires internationaux devraient soutenir l’Afrique sur la voie de la croissance dans le cadre du 4RI afin d’assurer la stabilité régionale et la sécurité mutuelle. Enfin, les États-Unis peuvent augmenter les prêts, en les utilisant également pour une autre marge de manœuvre pour un profit mutuel. En fin de compte, ce rapport conclut que la montée en puissance de l’influence mondiale de l’Afrique ne peut être ignorée. Les décideurs politiques, les entreprises et les acteurs internationaux, en particulier les États-Unis, doivent agir maintenant pour s’assurer que les décennies à venir se traduisent par un effort stratégique et coordonné visant à apporter des réformes socio-économiques et structurelles sur le continent africain qui profiteront aux citoyens africains, américains et du monde. ressemblent.

Principales conclusions

Principales tendances qui façonnent la transformation et la croissance de l’Afrique : Ce rapport constate que les principales tendances qui façonnent l’avenir de l’Afrique comprennent la croissance rapide de la population du continent, une main-d’œuvre de plus en plus jeune, une classe de consommateurs plus autonome et une urbanisation accrue. De même, l’Afrique devient de plus en plus interconnectée, que ce soit grâce à une pénétration accrue de la téléphonie mobile sur le continent, à un meilleur accès à l’électricité ou à des vitesses à large bande plus rapides. Le 4IR et ses technologies associées représentent également un moteur clé de transformation sur le continent.

L’Afrique n’a pas emprunté la voie traditionnelle du développement : Plutôt que de suivre la voie de développement typique consistant à passer de l’agriculture à l’industrie manufacturière, l’Afrique est passée directement au développement de ses secteurs tertiaires, en particulier dans la banque/finance, les services TIC et le tourisme. De même, l’Afrique s’est urbanisée à un revenu par habitant beaucoup plus faible par rapport à d’autres régions du monde, ce qui a entraîné des niveaux élevés d’inégalité et de pauvreté, et un secteur informel plus important. Dans le même temps, l’Afrique est également la seule région dont la population rurale continue de croître parallèlement à sa population urbaine.

Développer les secteurs secondaire et tertiaire de l’Afrique n’est pas un choix : Les gouvernements africains n’ont pas à choisir entre la promotion de leurs secteurs manufacturiers ou de services. Au contraire, ces secteurs peuvent être servis par des politiques complémentaires, puisqu’ils partagent un environnement commercial commun, dépendent des exportations et bénéficient des économies d’agglomération. Si les gouvernements africains adoptent des politiques ciblées sur ces trois domaines, ils peuvent créer des synergies et promouvoir le développement des secteurs secondaire et tertiaire dans le processus. Plus précisément, le soutien aux “industries sans cheminées” – des secteurs traditionnellement considérés comme des services mais qui partagent un certain nombre de caractéristiques avec l’industrie qui les rendent prêts pour la croissance et la création d’emplois – peut soutenir la trajectoire de croissance actuelle de l’Afrique.

La quatrième révolution industrielle apporte à la fois des opportunités énormes et des risques notables : La montée en puissance de la 4IR sur le continent africain présente une énorme opportunité de croissance et de transformation socio-économique, si elle est gérée correctement. Dans l’ensemble, les technologies 4IR peuvent permettre à l’Afrique de combler les lacunes existantes dans son infrastructure et de passer à de nouvelles étapes de développement sans accumuler d’inefficacités. Le 4IR peut accroître l’efficacité et la sécurité dans les secteurs primaire et secondaire de l’Afrique, et soutenir davantage la croissance des « industries sans cheminées » Cependant, s’il est mal géré, le 4IR comporte des risques importants d’inégalité croissante résultant d’un passage à une main-d’œuvre hautement qualifiée et d’un risque accru de cybercriminalité, en particulier compte tenu des faiblesses actuelles de la cybersécurité en Afrique.

L’intégration régionale peut conduire à des économies plus résilientes : Une augmentation de l’intégration régionale par le biais d’accords de libre-échange, en particulier par le biais de l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA), peut favoriser la diversification économique et la résilience aux chocs, car le commerce intra-africain comprend des biens plus diversifiés, y compris des taux plus élevés de produits manufacturés et à forte intensité technologique. Et services. De cette façon, l’intégration régionale permettra aux économies africaines de s’affranchir de leur dépendance traditionnelle vis-à-vis des produits de base, qui continuent de dominer leurs échanges sur les marchés internationaux et les rendent vulnérables aux chocs.

Les impacts de la pandémie de COVID-19 sont un revers temporaire : Alors que le COVID-19 a eu un impact négatif sur le continent, l’Afrique se redresse déjà et est prête pour un avenir solide. Le COVID-19 s’est accompagné d’une chute brutale du commerce mondial et a exacerbé la pauvreté dans la région. Cependant, avant la pandémie, l’Afrique avait connu plusieurs décennies de forte croissance du PIB par habitant et du commerce, une réduction de la pauvreté et une amélioration de l’environnement des affaires. Un accès accru au financement et une baisse de la corruption ont contribué à de meilleures perspectives commerciales. L’extrême pauvreté devrait encore diminuer, le nombre absolu de citoyens vivant dans l’extrême pauvreté devant chuter de 27 millions d’ici 2030. Le commerce devrait également rebondir compte tenu de l’intégration régionale accrue et d’une ZLEC pleinement mise en œuvre.

L’Afrique dispose de vastes ressources inexploitées : Les principales ressources en Afrique ne sont toujours pas utilisées à leur plein potentiel. Par exemple, l’Afrique subsaharienne a la plus grande part de terres fertiles non cultivées dans le monde. De plus, de vastes étendues de ses terres ne sont pas utilisées par rapport aux capacités productives de ces terres, tant pour les services que pour la fabrication. De même, la main-d’œuvre africaine est également une ressource largement inexploitée, car les lacunes des systèmes éducatifs laissent les travailleurs sans les compétences nécessaires pour être compétitifs dans l’économie moderne. Les agriculteurs africains sont également confrontés à des défis liés à la qualité des semences, à la disponibilité des machines agricoles et aux systèmes d’irrigation. En général, les inefficacités et les lacunes des infrastructures existantes, qu’il s’agisse des systèmes éducatifs, des réseaux électriques, de l’accès à Internet, des routes ou d’autres domaines, entravent la capacité de l’Afrique à tirer pleinement parti de son potentiel.

Les États-Unis ont pris du retard sur d’autres pays d’Afrique et doivent agir maintenant pour résoudre ce problème : Le commerce américain, les IDE, l’aide et les prêts avec l’Afrique ont tous chuté ces dernières années, tandis que les acteurs internationaux ont accru leur implication et leur influence sur le continent. En revanche, des pays non occidentaux comme la Chine (maintenant le plus grand partenaire commercial et prêteur de la région), l’Inde, le Japon et le Moyen-Orient ont renforcé leur influence en Afrique. Notamment, le déclin des relations des États-Unis avec l’Afrique évite même celui des nations occidentales, puisque des pays européens comme les Pays-Bas ont augmenté leurs IDE et leurs échanges avec la région, et le Royaume-Uni après le Brexit s’est également engagé à accroître son implication sur le continent. Compte tenu du rôle croissant de l’Afrique dans l’économie mondiale, les États-Unis doivent prendre des mesures pour remédier à sa compétitivité déclinante sur le continent, à la fois pour des raisons diplomatiques et économiques. Les États-Unis devraient renforcer les liens sur le continent en augmentant les visites diplomatiques, cibler les investissements en fonction des opportunités offertes par l’AfCFTA, augmenter l’aide qui facilitera les partenariats commerciaux entre les États-Unis et l’Afrique tout en créant des avantages pour toutes les parties prenantes.

Télécharger le rapport complet

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire