Ce n’est pas le moment de limiter les exportations américaines de gaz naturel

0
75

Les Américains n’ont aucune idée à quel point nous sommes bons en ce qui concerne les prix de l’énergie. Bien que nous souffrions de la pire inflation depuis 1982, avec des prix de l’énergie plus élevés comme composante, nous bénéficions toujours de prix de l’énergie bien inférieurs à ceux de nos amis européens. Le gaz naturel américain (sous forme de gaz naturel liquéfié ou GNL) afflue vers l’Europe en réponse à leurs prix très élevés – une bonne affaire pour les entreprises américaines, un contrepoids à la puissance de la Russie sur l’approvisionnement énergétique européen et un geste de bonne volonté envers nos alliés les plus fidèles. Bien que plusieurs membres du Congrès appellent à limiter les exportations de gaz naturel américain en réponse à l’inflation intérieure, c’est une idée terrible, nuisible à la politique étrangère américaine et inutile pour faire baisser les prix pour les consommateurs américains.

Les Européens souffrent d’une crise de l’approvisionnement en gaz naturel, qui se traduit par des prix extrêmement élevés. À son point culminant fin 2021, le prix de gros européen du gaz naturel était plus de six fois supérieur à son niveau à la même période de l’année précédente. Les prix ont un peu baissé depuis, mais sont encore six fois et demie supérieurs à leur niveau aux États-Unis. Pour les Européens moyens, cela se traduit par des prix très élevés pour le chauffage domestique et l’électricité et même des fermetures dans certaines industries qui dépendent du gaz.

La réduction de l’approvisionnement en gaz russe est un élément important de la crise de l’approvisionnement européen. En plus du renforcement militaire massif à la frontière ukrainienne, la Russie militarise son approvisionnement en gaz naturel vers l’Europe. Les gazoducs transportant du gaz russe fournissent généralement environ 35 % du gaz naturel européen ; aujourd’hui, cette part n’est que de 17 %. Depuis l’automne 2021, la Russie a respecté ses obligations contractuelles de fourniture de gaz à l’Europe, mais rien de plus, soit une division par deux de son approvisionnement habituel. Gazprom n’a pas non plus rempli ses installations de stockage européennes à leur niveau habituel avant l’hiver, en particulier en Allemagne, qui ne dispose pas des installations portuaires spécialisées nécessaires pour recevoir les importations de GNL comme alternative. Combinez ces déficits russes avec la baisse de la production des propres gisements de gaz européens, la baisse des stocks en raison d’un printemps froid et une production d’énergie éolienne inférieure à la normale, et vous avez la recette d’une grave pénurie d’approvisionnement.

L’augmentation des importations de GNL a compensé une partie de la différence. En janvier 2022, les importations européennes de GNL ont presque triplé par rapport à il y a un an. Les exportations américaines de GNL sont un élément crucial de la stabilisation du marché gazier européen. Selon Andrew Light du département américain de l’Énergie, la semaine dernière, 60 cargaisons de GNL américain avaient atteint l’Europe en 2022 ou étaient en route, ce qui représente environ la moitié du GNL supplémentaire fourni à l’Europe pendant cette période difficile. Les producteurs américains de GNL ont tout mis en œuvre en réponse aux prix européens élevés et les États-Unis sont devenus le plus grand exportateur mondial de GNL en janvier.

Néanmoins, dans une lettre datée du 3 février, 11 sénateurs américains ont poussé la secrétaire à l’Énergie Jennifer Granholm à « prendre des mesures rapides pour limiter les exportations américaines de gaz naturel » afin d’atténuer l’impact de la hausse des prix sur les consommateurs américains. Cette suggestion est non seulement mesquine, mais sape également potentiellement la politique étrangère américaine.

La possibilité d’apporter du gaz de remplacement en Europe réduit l’impact de l’arme au gaz naturel du président russe Vladimir Poutine. Pour cette raison, nous avons vu le président américain Joe Biden travailler pour trouver du GNL pour l’Europe au-delà de ce que les États-Unis peuvent fournir, rencontrer l’émir qatari Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani et convaincre le Japon de détourner du GNL vers l’Europe. Réduire la demande de gaz en réduisant la production de produits à forte intensité de gaz pendant les vagues de froid pourrait également aider l’Europe à traverser cet hiver difficile. Cependant, à plus long terme, l’Europe doit clairement s’éloigner de sa dépendance vis-à-vis du gazoduc russe pour réduire l’influence de Moscou. La transition vers des sources d’électricité renouvelables est un grand pas dans la bonne direction.

En plus de saper la politique étrangère américaine, il est peu probable que la réduction des exportations de GNL fasse une grande différence dans les prix intérieurs. Les États-Unis bénéficient constamment de prix du gaz naturel parmi les plus bas au monde. La capacité d’exportation de GNL des États-Unis augmente, mais les États-Unis possèdent d’énormes réserves de gaz naturel et la production devrait augmenter parallèlement à la capacité d’exportation. Le monde finira par s’éloigner du gaz naturel au fur et à mesure de sa transition vers un système énergétique sans carbone, mais les États-Unis devraient profiter de leur avantage en matière de prix du gaz naturel dans un avenir prévisible, même avec l’expansion des exportations.

La demande de limitation des exportations de gaz est une réponse politique à l’écrasement de l’inflation en une année électorale. Mais il y a beaucoup de gaz aux États-Unis, et l’approvisionnement se redresse après une baisse pendant la pandémie. L’administration Biden fait le bon choix pour se concentrer sur les problèmes plus larges à résoudre – garder l’Europe au chaud et s’opposer à l’agression russe. L’un des avantages des approvisionnements énergétiques des États-Unis sur le marché mondial est qu’ils sont beaucoup moins sujets aux manipulations politiques que ces entreprises d’État ; au lieu de cela, les entreprises individuelles prennent leurs propres décisions commerciales. Malgré la douleur de l’inflation actuelle, ce n’est pas le moment de changer.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire