Ce que Biden devrait dire à Poutine sur l’Ukraine

0
157

Le président Joe Biden tiendra un appel vidéo sécurisé avec le président russe Vladimir Poutine le 7 décembre dans le contexte d’un renforcement militaire russe menaçant près de l’Ukraine. Le renseignement américain pense que les Russes pourraient amasser 175 000 soldats près de son voisin occidental au début de 2022.

Poutine a-t-il l’intention d’envahir l’Ukraine ? Il pourrait bluffer. En avril, l’armée russe a déployé une force importante près de l’Ukraine mais n’a pas agi. D’un autre côté, étant donné l’ampleur des préparatifs militaires en cours et la rhétorique hostile qui se déverse de Moscou, Poutine peut le penser cette fois.

Il est également possible que Poutine n’ait pas encore pris de décision. Il aime les options et peut espérer que la menace de la force obtiendra des concessions de Kiev pour régler le conflit latent dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine, aux conditions de Moscou. Dans tous les cas, la conversation Biden-Poutine peut offrir l’une des dernières meilleures chances d’affecter les calculs du Kremlin des coûts d’un assaut contre l’Ukraine.

Biden a déclaré qu’il rendrait « très, très difficile » l’attaque de Poutine. Il devrait exposer les coûts potentiels pour s’assurer que son homologue russe comprend parfaitement ce qui suivrait une invasion russe. Ces coûts sont importants :

  • Un gel de la Russie occidentale. De petits développements positifs dans les relations américano-russes se sont produits depuis que Biden et Poutine se sont rencontrés en juin à Genève, notamment un élargissement des contacts diplomatiques et un dialogue de stabilité stratégique que les deux parties jugent constructifs. Rien ne tuerait ces perspectives plus rapidement qu’une invasion russe de son voisin. Il en est de même des relations avec les autres pays occidentaux ; Poutine devrait anticiper le statut de paria.
  • De nouvelles sanctions. Biden devrait expliquer qu’une action militaire déclencherait de nouvelles sanctions occidentales ciblant les entreprises publiques russes, des interdictions de détenir la dette publique russe, des interdictions de visas et des gels d’avoirs pour les individus et leurs familles (laissez les oligarques russes expliquer à leurs conjoints pourquoi ils ne peuvent pas effectuer leur shopping à Londres). Même l’expulsion du mécanisme de paiement international SWIFT pourrait être sur la table. Biden devrait ajouter que, si l’Allemagne et l’Union européenne ne fermaient pas le projet de gazoduc Nord Stream 2, il ne renoncerait pas aux sanctions américaines comme il l’a fait en mai, et qu’il travaillerait avec les pays européens dans un effort concerté pour élargir leur accès. aux alternatives à l’énergie russe.
  • Renforcement des défenses de l’OTAN. À la suite de la prise de la Crimée par la Russie en 2014, l’OTAN a déployé des groupements tactiques en Pologne et dans chacun des États baltes. Biden devrait rappeler à Poutine que chaque groupement tactique compte moins de 1 500 soldats et que l’OTAN respecte toujours son assurance de 1997 qu’elle ne déploierait pas en permanence des forces de combat substantielles sur le territoire de nouveaux membres. Cependant, si l’armée russe attaque l’Ukraine, les États baltes, la Pologne et d’autres pays d’Europe centrale et orientale demanderont plus de puissance militaire et d’infrastructures à l’OTAN sur leur territoire – et Biden examinerait ces demandes avec bienveillance.
  • Aide militaire. Biden doit noter que les membres individuels de l’OTAN ont fait preuve de retenue quant au type et à la quantité d’assistance et d’équipement qu’ils ont fournis à l’armée ukrainienne. Cela pourrait changer.
  • Un bourbier militaire potentiel. Enfin, certains à Moscou pensent apparemment que l’armée russe serait la bienvenue en Ukraine. Biden devrait noter que les Ukrainiens se battront et, même s’ils perdaient, tireraient un prix de la Russie. Il se souviendra peut-être des expériences de l’Union soviétique et des États-Unis en Afghanistan : l’entrée s’est avérée relativement facile ; les véritables pertes et coûts sont venus plus tard.

Biden devrait également dire à Poutine que Washington est prêt à s’engager plus activement dans la diplomatie. Il devrait proposer de se joindre aux dirigeants allemand et français dans le processus du format normand visant à arbitrer une résolution entre la Russie et l’Ukraine. Il devrait également réaffirmer la position américaine en faveur des accords de Minsk.

Biden pourrait offrir deux qualificatifs concernant Minsk. Premièrement, toutes les parties doivent mettre en œuvre les accords, y compris la Russie. Deuxièmement, le soutien des États-Unis ne signifie pas l’acceptation de l’interprétation souhaitée par la Russie des dispositions indéfinies de Minsk. Par exemple, le « statut spécial » pour le Donbass ne devrait pas inclure le droit de veto sur les politiques au niveau national.

Des questions sur l’architecture de sécurité de l’Europe et la manière dont l’Ukraine et la Russie s’intègrent sous-tendent le conflit russo-ukrainien. Biden devrait proposer à Poutine une discussion sur ces questions, tout en notant qu’ils ne peuvent pas résoudre les questions par-dessus la tête des Européens. Les Ukrainiens, en particulier, doivent être à la table.

Biden peut dire à Poutine qu’il n’y a aucun enthousiasme au sein de l’OTAN pour mettre Kiev sur la voie de l’adhésion maintenant. Mais l’alliance ne renversera pas sa politique de « porte ouverte ». Cela nécessiterait un consensus, et peu de membres – et encore moins les 30 – accepteraient un tel renversement. “Pas maintenant mais pas jamais” pour l’Ukraine désamorcerait la question en la jetant sur la route. Si la Russie travaillait véritablement avec les États-Unis et les membres de l’OTAN pour atténuer les tensions qui divisent désormais l’Europe, sa relation avec l’alliance pourrait bien changer.

Biden peut également dire à Poutine qu’il serait prêt à tenir dûment compte de légitime intérêts de sécurité russes. Par exemple, Poutine s’est dit préoccupé par le déploiement en Ukraine de missiles américains qui pourraient frapper Moscou. Biden peut dire à Poutine que, dans le bon contexte, Washington assurerait à Moscou qu’il ne déploierait pas de missiles offensifs sur le territoire ukrainien.

Le président américain devrait viser à quitter Poutine en comprenant qu’une action militaire aurait des coûts douloureux pour la Russie, mais que la diplomatie américaine est prête à s’engager plus activement pour résoudre les problèmes à la racine de la crise. Cela pourrait bien aider à arrêter une guerre.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire