Ce que les assignations à comparaître du 6 janvier disent à propos de Kevin McCarthy – Mother Jones

0
35

Kevin McCarthy s’adressant aux journalistes le 11 mai. Rod Lamkey/CNP via Zuma

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Considérez Kevin McCarthy. Le républicain californien a reçu jeudi une citation à comparaître – avec quatre de ses collègues du GOP – du comité chargé d’enquêter sur l’insurrection du 6 janvier au Congrès, car il a refusé de fournir volontairement des informations sur la réponse de Donald Trump à l’attaque. Ces citations à comparaître par un comité du Congrès pour contraindre les membres du Congrès à témoigner ont été décrites avec précision par diverses publications comme sans précédent. Mais un président en exercice refusant d’accepter la défaite et incitant à une violente attaque contre le Congrès était également sans précédent. Ce sont des moments inhabituels, nous le savons. Le processus – spoiler : les républicains ne vont probablement pas se conformer – est un peu à côté de la question.

Ce qui est peut-être le plus pertinent ici, c’est la lâcheté historique mondiale de McCarthy, le chef de la minorité à la Chambre, qui, peut-être à cause de cette qualité, deviendra probablement le président de la Chambre l’année prochaine. Les citations à comparaître mettent en évidence la décision des dirigeants républicains de bloquer et de saper un comité bipartisan de leurs pairs qui envisage une attaque contre eux.

Ce n’était pas inévitable. McCarthy et le chef républicain du Sénat, Mitch McConnell, ont tous deux fait savoir après le 6 janvier qu’ils en avaient eu avec Trump. “Le président porte la responsabilité de l’attaque de mercredi contre le Congrès par des émeutiers”, a déclaré McCarthy le 13 janvier 2021. “Il aurait dû immédiatement dénoncer la foule quand il a vu ce qui se passait.” McConnell a même envisagé de voter pour condamner Trump après sa destitution par la Chambre. Si le républicain du Kentucky avait décidé de le faire, il y avait suffisamment de chances que les républicains aient rejoint les démocrates pour empêcher Trump de se présenter à nouveau.

Une fois qu’il est devenu clair que Trump n’avait pas perdu la base du GOP à cause de la tentative de coup d’État ratée, McCarthy est revenu à la soumission. Il a refusé de soutenir une commission bipartite pour enquêter sur l’insurrection, puis il a attaqué le panel créé par la présidente de la Chambre Nancy Pelosi comme partisan. Après que la représentante républicaine Liz Cheney (Wyo.) ait accepté de siéger au comité, McCarthy a soutenu son éviction en tant que présidente du caucus du GOP. Le représentant Adam Kinzinger (Illinois), un autre républicain qui a rejoint le panel, ne cherche pas à être réélu.

Le cynisme des actions de McCarthy a été souligné le mois dernier, lorsque New York Times Les journalistes Alexander Burns et Jonathan Martin ont révélé qu’il avait condamné Trump en privé avec encore plus de force qu’il ne l’avait fait en public après le 6 janvier, et avait dit à ses collègues qu’il demanderait à Trump de démissionner. McCarthy, bien sûr, a nié ce rapport, amenant Burns et Martin à publier une bande audio confirmant leur exactitude et montrant que McCarthy était un menteur, une révélation qu’il a ignorée.

Contrairement à McCarthy, les autres républicains que le comité a assignés à comparaître jeudi – Jim Jordan de l’Ohio, Mo Brooks de l’Alabama, Andy Biggs de l’Arizona et Scott Perry de Pennsylvanie – ont toujours été d’ardents partisans de Trump. Tous les quatre ont consulté le président après sa défaite sur la manière d’utiliser de fausses allégations de fraude électorale pour contester le résultat. Jordan, qui était en contact avec Trump le 6 janvier, faisait partie des législateurs qui ont affirmé que le vice-président Mike Pence pourrait utiliser son rôle cérémoniel dans la certification des résultats des élections pour empêcher Joe Biden de prendre ses fonctions. Perry a plaidé pour que les États envoient des listes alternatives d’électeurs qui voteraient pour maintenir Trump au pouvoir. Biggs et Brooks faisaient partie des législateurs qui, selon l’organisateur de Stop the Steal, Ali Alexander, ont “planifié” avec lui un plan pour “exercer une pression maximale sur le Congrès” le 6 janvier.

Ces législateurs ont défendu leurs actions comme des tentatives légitimes d’enquêter sur les allégations de fraude électorale et ont parlé publiquement de certaines de leurs communications avec Trump. Après que Trump a révoqué une approbation de sa candidature au Sénat, Brooks, par exemple, a révélé que Trump avait fait pression sur lui pour “annuler l’élection de 2020”. Mais ils ont refusé d’accepter d’être interrogés par le comité.

Il est possible d’imaginer un scénario dans lequel ces législateurs républicains, tout en critiquant le comité du 6 janvier, auraient quand même fourni des informations à ses membres. En janvier 2021, selon le représentant Jamie Herrera Beutler (R-Wash.), McCarthy a promu l’idée qu’il avait affronté Trump lors de l’attaque, disant à ses collègues qu’il avait dit à Trump d ‘”annuler l’émeute” – ce à quoi Trump aurait prétendument répondu : “Eh bien, Kevin, je suppose que ces gens sont plus contrariés par l’élection que vous ne l’êtes.” À l’époque, il aurait pu sembler probable qu’il accepte volontairement de partager les détails de cet appel avec ses collègues législateurs. Mais McCarthy a parié qu’attaquer le panel était le meilleur moyen pour lui de devenir orateur, auquel cas on s’attend généralement à ce qu’il tue le comité. Politiquement, il a peut-être raison. Mais son caractère, ces jours-ci, se révèle.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire