Ce que vous devez savoir sur les pourparlers nucléaires irano-américains au Qatar | Nouvelles

0
58

Si les pourparlers indirects réussissent, un accord nucléaire restauré pourrait conduire à un retour du pétrole iranien sur le marché mondial.

Téhéran, Iran – L’Iran et les États-Unis devraient commencer à tenir des pourparlers indirects sur le nucléaire au Qatar, l’Union européenne servant de médiateur entre les deux.

Les pourparlers, qui doivent commencer mardi, ont ravivé l’espoir d’une solution diplomatique après le blocage des négociations précédentes en mars.

Voici ce que vous devez savoir sur les pourparlers, dont l’issue pourrait avoir des conséquences pour la région du Moyen-Orient et au-delà.

Quel est le but des pourparlers ?

  • Les pourparlers visent à rétablir l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales, dont la Chine, la France, l’Allemagne, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis.
  • Les États-Unis ont unilatéralement abandonné l’accord en 2018 sous le président Donald Trump, puis ont imposé des sanctions globales à l’Iran.
  • L’Iran a répondu en faisant avancer son programme nucléaire, qu’il maintient toujours strictement pacifique. D’autres pays craignent que ce ne soit pas le cas et que l’Iran tente de fabriquer une arme nucléaire, tandis que l’organisme mondial de surveillance nucléaire, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), s’inquiète d’un manque de coopération.

Qu’est-ce que l’accord nucléaire a fait?

  • Signé après des années de négociations laborieuses, le Plan d’action global conjoint (JCPOA), comme l’accord est officiellement connu, a mis un frein au programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions multilatérales qui étaient en place à l’époque.
  • Grâce à une surveillance 24 heures sur 24 par l’AIEA, l’accord garantit que le programme nucléaire iranien est pacifique tout en permettant à l’Iran d’enrichir de l’uranium jusqu’à 3,67 %.
  • À l’époque, de nombreux Iraniens espéraient que l’accord contribuerait à renforcer l’économie.

Pourquoi les pourparlers se sont-ils arrêtés en mars ?

  • Les pourparlers pour relancer l’accord ont commencé en avril 2021 entre l’Iran et le P4+1 (Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) à Vienne. Les États-Unis ont participé indirectement car l’Iran ne voulait pas s’asseoir avec eux.
  • Après plusieurs cycles de pourparlers entrecoupés de pauses, les négociateurs semblaient sur le point de parvenir à un accord en mars, mais celui-ci n’a jamais abouti.
  • Depuis lors, l’Iran et les États-Unis ont échangé des messages, mais n’ont pas réussi à conclure un accord.
  • Jusqu’où les États-Unis iront dans la levée des sanctions a été le principal point de désaccord entre les deux – le statut du Corps d’élite des gardiens de la révolution islamique d’Iran est une pierre d’achoppement majeure, les États-Unis ne voulant pas retirer la branche militaire de son organisation terroriste étrangère. liste.

Pourquoi revenir maintenant ?

  • L’Iran et les États-Unis ont convenu de poursuivre les pourparlers après que le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, se soit rendu à Téhéran plus tôt cette semaine.
  • Toutes les parties conviennent publiquement qu’un accord nucléaire restauré est le meilleur résultat car il réduira les tensions qui pourraient dégénérer en conflit armé.
  • En cas de succès, cela signalera également un retour à grande échelle du pétrole iranien sur les marchés internationaux, ce qui est de plus en plus demandé depuis l’invasion russe de l’Ukraine.

Pourquoi Qatar?

  • Le Qatar a été choisi pour accueillir les pourparlers car il entretient de bonnes relations avec l’Iran et les États-Unis.
  • Doha a toujours soutenu la relance du JCPOA et a relayé les messages entre Téhéran et Washington depuis l’année dernière.
  • Le Qatar prend le relais du voisin Oman, qui avait accueilli les pourparlers secrets et directs entre l’Iran et les États-Unis qui ont conduit à l’accord initial.

Quelles sont les chances de succès ?

  • Même si un retour à la table des négociations est un signe que les choses peuvent avancer, il n’y a aucune garantie de succès.
  • Les questions relatives aux sanctions restent non résolues et Israël a mis en garde contre une relance de l’accord, souhaitant plutôt plus de pression sur l’Iran.
  • L’Iran dit qu’il veut s’assurer qu’il bénéficiera des avantages économiques promis dans le cadre de l’accord initial.
  • L’horloge tourne; plus tôt ce mois-ci, l’Iran a retiré 27 caméras de l’AIEA en réponse à une résolution censurant l’Iran présentée par les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Si les caméras ne sont pas rallumées, l’agence aura plus de mal à suivre l’activité sur les sites nucléaires iraniens, ce qui pourrait tuer le JCPOA.
  • Israël, le plus grand opposant à l’accord sur le nucléaire, continue de menacer de prendre des mesures pour s’assurer que l’Iran ne puisse pas construire une bombe nucléaire.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/28/what-you-need-to-know-about-the-iran-us-nuclear-talks-in-qatar

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire