« C’est l’enfer » : les réfugiés rohingyas du Bangladesh se rassemblent pour « rentrer chez eux » | Nouvelles des Rohingyas

0
57

Des dizaines de milliers de réfugiés rohingyas au Bangladesh ont organisé des manifestations pour exiger leur rapatriement au Myanmar, où ils ont fui une répression militaire brutale il y a cinq ans.

Des marches et des rassemblements simultanés ont été autorisés dimanche, un jour avant la Journée mondiale des réfugiés, malgré l’interdiction des rassemblements depuis une manifestation de 100 000 personnes en août 2019.

La campagne « Bari Cholo » (Rentrez chez vous) a impliqué 23 camps de Rohingyas, 21 à Ukhiam et deux à Teknaf Upazila, a déclaré un responsable gouvernemental au journal bangladais The Daily Star.

Près d’un million de Rohingyas sont confinés dans des cabanes en bambou et en bâches dans 34 camps sordides dans le sud-est du pays, sans travail, avec un assainissement médiocre et un accès limité à l’éducation.

« Nous ne voulons pas rester dans les camps. Être réfugié n’est pas facile. C’est l’enfer. Trop c’est trop. Rentrons à la maison », a déclaré le chef de la communauté rohingya Sayed Ullah dans un discours prononcé lors d’un rassemblement.

La police a déclaré que des milliers de réfugiés, y compris de jeunes enfants, se sont joints aux marches, debout sur les routes et les ruelles avec des pancartes indiquant « Ça suffit ! Allons à la maison”.

Une veuve qui vit dans un camp rohingya à Ukhia, qui s’est identifiée comme Rabeya, a déclaré que sa communauté était reconnaissante au Bangladesh pour son hospitalité. « Mais nous voulons retourner dans notre patrie. Nous voulons retourner dans notre lieu de naissance le plus tôt possible », a-t-elle déclaré.

Les précédentes tentatives de rapatriement ont échoué, les Rohingyas refusant de rentrer chez eux jusqu’à ce que le Myanmar donne à la minorité majoritairement musulmane des garanties de droits et de sécurité.

Les enquêteurs d’une mission d’enquête des Nations Unies sur les meurtres et l’exode massif forcé de musulmans rohingyas au Myanmar ont conclu en 2018 qu’une enquête pénale et des poursuites étaient justifiées contre les principaux généraux du Myanmar pour crimes contre l’humanité et génocide.

Sous la bannière d’une « opération de déminage », des communautés rohingyas ont été attaquées. Human Rights Watch a rapporté qu’au moins 200 villages rohingyas ont été détruits et incendiés par l’armée, et environ 13 000 Rohingyas ont été tués.

Plus de 890 000 réfugiés rohingyas ont trouvé refuge dans la région de Cox’s Bazar au Bangladesh, le plus grand groupe de camps de réfugiés au monde.

Environ 92 000 réfugiés rohingyas résident en Thaïlande, 21 000 en Inde et 102 000 en Malaisie. Les Rohingyas constituent également une partie des 576 000 personnes déplacées à l’intérieur du Myanmar.

“Dans la sécurité et la dignité”

Le commissaire supplémentaire chargé de l’aide aux réfugiés et du rapatriement, Shamsud Douza, a déclaré à Al Jazeera que les réfugiés rohingyas voulaient rappeler au monde leurs conditions à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés lundi.

« Ils ont organisé des manifestations pacifiques. Celles-ci étaient terminées avant 12h. De notre côté, nous n’avons créé aucune obstruction mais nos forces de l’ordre surveillaient de près la situation », a-t-il déclaré.

La porte-parole du HCR, Regina De La Portilla, a déclaré que la plupart des réfugiés rohingyas au Bangladesh disent qu’ils ne veulent rien de plus que de retourner au Myanmar.

“Mais ils disent aussi qu’ils ne pensent pas qu’il serait encore sûr de le faire. Aujourd’hui, ils ont manifesté pour montrer leur désir de revenir et attirer l’attention sur leurs besoins », a-t-elle déclaré.

De La Portilla, cependant, a déclaré que la solution au déplacement se trouve au Myanmar.

« Les réfugiés rohingyas veulent rentrer, quand ils peuvent le faire volontairement, dans la sécurité et la dignité. Cela signifie que leurs droits sont garantis. Actuellement, la situation au Myanmar est encore fluide et les conditions d’un retour sûr et durable ne sont pas assurées », a-t-elle déclaré.

“Nous devons tous travailler ensemble, y compris les agences des Nations Unies et la communauté internationale, pour renforcer nos efforts pour rendre cela possible.”

Reportage supplémentaire de Faisal Mahmud

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/19/rohingya-refugees-in-bangladesh-rally-to-go-home

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire