Chers médias grand public : veuillez retirer le mot « conservateur »

0
44

Laissez la politique de côté pour un moment, si vous le pouvez. Que signifie pour vous le mot « conservateur », en dehors de cette arène maudite ? Pour moi, cela implique le respect de la tradition, la prudence face au changement et la fidélité à ce qui a fait ses preuves. Le dictionnaire Merriam-Webster le définit comme « tendant ou disposé à maintenir les opinions, conditions ou institutions existantes ; marqué par la modération ou la prudence ; et marqués par ou liés à des normes traditionnelles de goût, d’élégance, de style ou de manières.

Pour en revenir au domaine politique, est-ce que cela s’applique aux soi-disant conservateurs aujourd’hui ?

Lorsque Mitch McConnell a même refusé de tenir des audiences sur la nomination de Merrick Garland à la Cour suprême au motif spécieux qu’elle ne pouvait pas être envisagée lors d’une année d’élection présidentielle, quelle sorte d’opinions, de conditions ou d’institutions existantes maintenait-il ?

Et quand il a renversé cette règle supposée pour précipiter Amy Coney Barrett dans le processus de confirmation quelques semaines seulement avant les élections de 2020 (alors que le vote anticipé était déjà en cours), comment cela a-t-il montré de la modération ou de la prudence ?

Lorsque le candidat Donald Trump s’est moqué d’un journaliste handicapé et a saccagé les parents d’un soldat américain tué au combat, quelles normes traditionnelles de goût ou de manières respectait-il ?

Une fois au pouvoir, quand il a menti encore et encore sur presque n’importe quoi, quel principe de gouvernement honnête servait-il ?

Et quand il a sciemment et à plusieurs reprises menti que les élections de 2020 avaient été volées et comploté pour renverser les résultats, comment cela est-il conforme à tout concept raisonnable de conservatisme ?

Tucker Carlson de Fox TV est souvent décrit comme un « commentateur conservateur ». Comment? En quoi respecte-t-il la tradition, la prudence ou la modération ?

Lorsqu’il fait l’éloge – “idolâtre” est probablement un meilleur mot – le Premier ministre autocratique hongrois Viktor Orbán, quelle partie de son mandat apprécie-t-il le plus : restreindre la liberté de la presse, tenter de restreindre ou d’éliminer les droits LGBTQ, ou adopter la “démocratie chrétienne” ?

Comme s’il suivait le manuel de Carlson, la conférence annuelle d’action politique conservatrice (CPAC) s’est tenue à Budapest cette année. Parmi les orateurs figuraient Trump et Mark Meadows, son ancien chef de cabinet. Un autre orateur a été décrit dans le journal The Guardian comme un “raciste hongrois notoire qui a qualifié les Juifs d'”excréments puants”, a qualifié les Roms d'”animaux” et a utilisé des épithètes raciales pour décrire les Noirs”. C’est “conservateur” ?

Et qu’y a-t-il de conservateur dans les membres du Congrès qui ont tenté de dépeindre la foule du 6 janvier comme un groupe de “touristes” visitant tranquillement le Capitole, ou ceux qui étaient sur le podium ce jour-là exhortant la foule à “se battre comme un diable”, ou les républicains du Sénat refuser d’approuver une enquête sur les violences meurtrières de ce jour-là ?

Les mots comptent. Appeler McConnell ou Carlson ou un conservateur émeutier du 6 janvier, c’est normaliser leur comportement. « Conservateur » est un mot tellement réconfortant ; cela implique une réflexion réfléchie, un débat raisonné, la prise en compte des points de vue des autres. Cela suggère de respecter la loi, et non de jouer avec le système ou d’essayer de renverser une élection basée sur des mensonges. Cela permet au lecteur ou à l’auditeur de se détendre : ce ne sont pas des fous, ce sont juste des conservateurs et des patriotes.

Lorsque McConnell a déclaré, lorsqu’il a pris ses fonctions de chef de la majorité au Sénat, que son premier travail consistait à s’assurer que le président Obama était un président pour un mandat, ce n’était pas une déclaration conservatrice. C’était un extrémiste disant qu’il n’avait aucun intérêt à gouverner malgré le fait qu’il dirigeait une institution gouvernementale. Lorsque le sénateur du Missouri Josh Hawley a levé le poing en hommage aux insurgés du 6 janvier, ce n’était pas un acte conservateur. C’était une violation directe de son serment d’office.

Il y a d’autres mots que les médias grand public peuvent utiliser pour ces personnes. Mon préféré se trouve être « extrémiste ». C’est court et professionnel. Il n’a besoin d’aucune explication; il tient bien tout seul. Il pourrait être modifié, si désiré, comme dans « extrémiste de droite » ou « extrémiste anti-démocratie », bien que ce ne soit probablement pas nécessaire.

Certains membres de cette foule peuvent bien sûr être davantage identifiés comme des suprématistes blancs, des néonazis, des racistes et d’autres catégories similaires. J’espère que les forgerons des mots dans les médias pourront trouver et trouveront de nombreux autres termes qui à la fois clarifient et élaborent sur « extrémiste » ou « extrémisme ».

L’essentiel est de ne donner aux extrémistes aucun quartier, aucun endroit où se cacher derrière des mots réconfortants, compromettants, euphémiques – et trompeurs – comme “conservateur”.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/23/dear-mainstream-media-please-retire-the-word-conservative/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire