Cobayes nucléaires : Autorisations du CNRC pour les centrales nucléaires expérimentales

0
34

« Nation cobaye : comment les nouvelles règles d’octroi de licences de la NRC pourraient transformer les communautés en bancs d’essai pour des centrales nucléaires expérimentales à risque », c’est ce que le physicien Dr Edwin Lyman, directeur de la sûreté de l’énergie nucléaire à l’Union of Concerned Scientists (UCS), a intitulé son présentation la semaine dernière.

L’exposé portait sur la façon dont la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis est impliquée dans un changement majeur de ses « règles » et de ses « orientations » pour réduire les réglementations gouvernementales pour ce que l’industrie nucléaire appelle les centrales nucléaires « avancées ».

Déjà, a déclaré Lyman, lors d’une session en ligne “Nuit avec les experts” organisée par le Service d’information sur l’énergie nucléaire, la NRC a décidé d’autoriser la construction de centrales nucléaires dans des zones densément peuplées. Ce « changement de politique » a été approuvé lors d’un vote des commissaires du NRC en juillet.

Pendant plus d’un demi-siècle, la NRC et son prédécesseur, la Commission américaine de l’énergie atomique, ont cherché à implanter des centrales nucléaires dans des zones à « faible densité de population » – en raison de la menace d’un accident nucléaire majeur.

Mais, a déclaré Lyman, qui se spécialise dans la sûreté de l’énergie nucléaire, la prolifération nucléaire et le terrorisme nucléaire, la NRC, dans une décision intitulée “Considérations d’implantation liées à la population pour les réacteurs avancés”, a considérablement modifié cette politique.

Le seul vote de la NRC contre le changement est venu du commissaire Jeffery Baran qui, en votant « non », a écrit : « Plusieurs couches indépendantes de protection contre une exposition radiologique potentielle sont nécessaires parce que nous n’avons pas une connaissance parfaite des nouvelles technologies de réacteurs et de leur accident potentiel unique. scénarios… Contrairement aux réacteurs à eau légère, les nouvelles conceptions de réacteurs avancés n’ont pas des décennies d’expérience d’exploitation ; dans de nombreux cas, les nouvelles conceptions n’ont jamais été construites ou exploitées auparavant.

Il a noté un document de « critères » du NRC qui déclarait que l’agence « a une politique de longue date consistant à implanter les réacteurs nucléaires loin des centres densément peuplés et à préférer les zones à faible densité de population ».

Mais, a déclaré Baran, dans le cadre de la nouvelle politique, un «réacteur pourrait être situé dans une ville de 25 000 habitants et juste à côté d’une grande ville. Pour les conceptions de réacteurs qui n’ont pas été déployées auparavant et qui n’ont pas d’expérience d’exploitation, cette approche peut être insuffisamment protectrice de la santé et de la sécurité publiques… Et elle ne maintiendrait pas le principe clé de défense en profondeur d’avoir des limitations d’implantation prudentes quelles que soient les caractéristiques d’une conception de réacteur particulière – un principe qui a été le fondement de la sûreté nucléaire.

Ce n’est là qu’une des nombreuses réductions proposées dans les normes de sécurité.

“Le problème central”, a commenté Lyman dans une interview après sa présentation du 17 novembre, “est que la NRC accepte avec foi que ces nouveaux réacteurs seront plus sûrs et veut ajuster ses réglementations en conséquence, pour les rendre moins strictes – sur Foi.”

La principale motivation, a-t-il dit, derrière la volonté de l’industrie nucléaire d’affaiblir considérablement les normes de sécurité est que la gamme de centrales nucléaires plus petites que l’industrie nucléaire pousse maintenant – y compris ce qu’elle appelle le “petit réacteur nucléaire modulaire” – est qu’elles vont être «beaucoup plus chères» que les centrales nucléaires à eau légère existantes, le type le plus courant de centrales nucléaires qui sont de grande taille et refroidies par de l’eau ordinaire. Ainsi, a-t-il dit, ces centrales nucléaires “avancées” seraient plus coûteuses à exploiter que l’utilisation d’alternatives énergétiques, “certainement l’éolien et le solaire”.

Et la NRC se conforme à l’industrie nucléaire.

C’est une démonstration de l’une des alternatives à l’acronyme de NRC—Nuclear Rubberstamp Commission.

La liste des réductions de sécurité proposées dans la partie PowerPoint de la présentation de Lyman sous «Couper les coins sur la sûreté et la sécurité pour réduire les coûts», et ce que l’industrie nucléaire «veut» dans ce que la NRC appelle son assemblage de changements «Partie 53», inclus, en plus de la modification déjà achevée des critères d’implantation :

+ Permettre aux centrales nucléaires d’avoir un “petit confinement – ou pas de confinement physique du tout”. Les confinements sont les dômes au-dessus des centrales nucléaires pour tenter de contenir les rejets radioactifs lors d’un accident.

+ “Aucune exigence de planification d’urgence hors site.” La NRC a exigé une planification d’urgence, y compris la désignation d’une zone d’évacuation de 10 milles autour d’une centrale nucléaire.

+ “Moins ou même zéro opérateur.” L’industrie nucléaire aimerait que les centrales nucléaires avancées fonctionnent « de manière autonome ».

+ Laisser les usines avoir “moins” d’inspections du NRC “et une application plus faible”.

+ « Rapports sur la fiabilité des équipements réduits ».

+ Les “applications” pour un réacteur avancé “devraient contenir un minimum d’informations”.

+ « Les normes d’examen de la NRC devraient être indulgentes. »

+ Laisser les usines avoir “moins d’inspections et une application plus faible”.

+ “Moins de systèmes de sécurité de secours.”

+ “Les exigences réglementaires doivent être peu nombreuses et vagues.”

+ Personnel de sécurité armé “zéro” pour tenter de protéger une centrale nucléaire avancée contre les terroristes.

Lyman a commenté: “Je pourrais continuer encore et encore.”

Le résumé du Service d’information sur l’énergie nucléaire de sa présentation indiquait : « Sous

Sous la direction du Congrès, la NRC élabore de nouvelles réglementations pour faciliter l’octroi de licences aux réacteurs expérimentaux en assouplissant les normes de sécurité et en s’appuyant sur des démonstrations de sécurité qui utilisent des simulations informatiques plutôt que des données expérimentales. L’objectif principal de cet effort, connu sous le nom de «Partie 53», est rédigé avec un niveau sans précédent d’implication de l’industrie. Si la «Partie 53» est promulguée, les premiers réacteurs du genre seraient situés dans des zones urbaines densément peuplées sans aucune promesse d’évacuation d’urgence, de planification, sans forces de sécurité pour se protéger contre les attaques terroristes et sans opérateurs hautement qualifiés – et le tout sans opportunités significatives pour la participation du public.

Dans son discours, Lyman a fait référence à un rapport de 140 pages de l’Union of Concerned Scientists dont il est l’auteur, publié l’année dernière, intitulé “Avancé » n’est pas toujours mieux, évaluation de la sûreté, de la sécurité et des impacts environnementaux des réacteurs nucléaires autres qu’à eau légère.

Le rapport déclare : « Presque tous les réacteurs nucléaires en exploitation et en construction aujourd’hui sont des LWR, ainsi appelés parce qu’ils utilisent de l’eau ordinaire pour refroidir leurs cœurs chauds et hautement radioactifs. Certains observateurs pensent que le LWR, le cheval de bataille de l’industrie, a des défauts inhérents qui inhibent la croissance de l’énergie nucléaire… En réponse, les laboratoires nationaux du Département américain de l’énergie, les universités et de nombreux fournisseurs privés – des grandes entreprises établies aux petites startups – poursuivent le développement de réacteurs qui diffèrent fondamentalement des LWR. Ces réacteurs à eau non légère ne sont pas refroidis par de l’eau, mais par d’autres substances, telles que du sodium liquide, de l’hélium gazeux ou même des sels fondus.

Ceux-ci « sont parfois appelés ‘réacteurs avancés’. Cependant, c’est un abus de langage pour la plupart des conceptions poursuivies aujourd’hui… descendent en grande partie de celles proposées il y a plusieurs décennies », poursuit le rapport.

« En partie », poursuit-il, « la volonté de l’industrie nucléaire de commercialiser les NLWR est motivée par son désir de montrer au public et aux décideurs qu’il existe une alternative de haute technologie au statu quo statique dominé par les LWR : une nouvelle génération de réacteurs “avancés”. Mais une question fondamentale demeure : La différence est-elle réellement meilleure ? La réponse courte est non. Presque tous les NLWR actuellement sur la planche à dessin ne parviennent pas à fournir des améliorations suffisamment significatives par rapport aux LWR pour justifier leurs risques considérables.

Dans le rapport, Lyman examine en détail les questions concernant chacun des NLWR (Non Light Water Reactors) ou réacteurs “avancés”.

David Kraft, directeur du Service d’information sur l’énergie nucléaire basé à Chicago, après le discours de Lyman, a déclaré dans une interview : « Dr. Lyman nous avertit une fois de plus à quel point le CNRC est largement redevable à l’industrie nucléaire. Le CNRC est prêt à tordre et à déformer même les réglementations de sécurité raisonnables de manière à répondre aux désirs de l’industrie nucléaire à un degré qui rivaliserait avec un chien-ballon jouet lors d’une fête d’enfants. C’est ce genre d’acquiescement presque institutionnalisé aux désirs de l’industrie qui a amené beaucoup de gens à croire que NRC signifie Not Really Concerned.

Kraft a poursuivi: “Ne vous y trompez pas – alors que le CNRC fait sa part pour répondre aux besoins de l’industrie nucléaire, nous ne devons pas perdre de vue le fait que c’est l’agenda pro-nucléaire agressif de l’administration Biden qui a déclenché un mastodonte de ressources financières. et le soutien des relations publiques pour les nouveaux réacteurs nucléaires. Tout, des dizaines de milliards de dollars alloués au nouveau nucléaire dans la loi sur l’infrastructure et l’IRA [Inflation Reduction Act, which establishes a nuclear power production tax credit]à l’exposition nationale du chien et du poney [the recent U.S. tour promoting nuclear power] de la secrétaire à l’énergie Jennifer Granholm, démontre les intentions de l’administration de passer outre les objections du public. Nous avons un dur combat devant nous. »

Le Service d’information sur l’énergie nucléaire fait partie des organisations anti-nucléaires et d’énergie sûre qui contestent les efforts de la NRC pour modifier ses « règles » et ses « orientations » afin de stimuler les centrales nucléaires « avancées ». Fondée en 1981, son site Web est neis.org. Il prévoit de publier prochainement sur son site Web un enregistrement de la présentation Zoom de Lyman.

Le PowerPoint de Lyman comprenait une diapositive indiquant que « la NRC n’accepte pas actuellement » les commentaires sur son plan de modification de sa réglementation pour les réacteurs « avancés ». Mais, a-t-il déclaré, «le public est toujours libre de peser» sur les actions du CNRC et a recommandé aux gens d’assister à toutes les réunions publiques tenues sur la question.

Lyman a rejoint l’Union of Concerned Scientists en 2003 et est basé dans son bureau de Washington, DC. Auparavant, il était président du Nuclear Control Institute à Washington. Auparavant, il était associé de recherche postdoctoral au Centre d’études énergétiques et environnementales de l’Université de Princeton, aujourd’hui le programme Science and Global Security. Il a obtenu un doctorat en physique de l’Université Cornell en 1992. Il est co-auteur du livre Fukushima : L’histoire d’une catastrophe nucléaire.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/22/nuclear-guinea-pigs-nrcs-licensing-of-experimental-nuclear-plants/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire