Colère à Gaza : Washington paiera pour son soutien à Israël

0
82

Image de Houssem Bouaza.

Une célèbre citation de Franz Kafka dit : « Tout ce que vous aimez est très susceptible d’être perdu, mais à la fin, l’amour reviendra d’une manière différente. »

Le même principe, je crois, s'applique à tout autre sentiment puissant, y compris le ressentiment, la haine, la colère, voire la rage.

Les responsables américains devraient bien le savoir puisqu’ils continuent de soutenir Israël avec des milliards de dollars d’aide militaire et économique, et tout ce qui permettrait à Israël de poursuivre son génocide des Palestiniens à Gaza.

Les Arabes, les musulmans – en fait, le monde entier – regardent, écoutent, lisent et deviennent de jour en jour plus en colère face au rôle direct des États-Unis dans la facilitation du bain de sang à Gaza.

La campagne militaire israélienne à Gaza « a causé plus de destructions que la destruction d'Alep en Syrie entre 2012 et 2016, que Marioupol en Ukraine ou, proportionnellement, que le bombardement allié de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale » et « figure désormais parmi les plus meurtrières et les plus destructrices de l'histoire récente. “, a rapporté l'Associated Press, sur la base d'une analyse récente de données satellite.

Outre les dizaines de milliers de morts et de disparus dans les décombres, un nombre encore plus élevé de personnes ont été blessées et mutilées, parmi lesquelles des milliers d'enfants. D’innombrables enfants se retrouvent « aux prises avec la perte d’un bras ou d’une jambe », selon l’UNICEF.

Cette agonie de Gaza est regardée à la télévision et est également vue à travers tous les moyens de communication possibles. C'est comme si le monde souffrait avec les enfants de Gaza, mais sans pouvoir arrêter ou ralentir le génocide.

Et pourtant, même lorsque tous les pays européens, à l’exception de quelques-uns, ont changé de position sur la guerre, se joignant au reste du monde pour exiger un cessez-le-feu immédiat et global, Washington a continué de rejeter ces appels.

C'est ainsi que l'ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, a justifié le recours au veto par son pays, en annulant la première tentative sérieuse du Conseil de sécurité de l'ONU pour parvenir à une trêve permanente le 18 octobre : « Israël a le droit inhérent de légitime défense telle que reflétée dans l’article 51 de la Charte des Nations Unies.

Cette même logique a été répétée à maintes reprises par les responsables américains depuis lors, même lorsque l’ampleur de la tragédie de Gaza est devenue connue de tous, y compris des Américains eux-mêmes.

Cette logique intéressée va à l’encontre de l’esprit même du droit international et humanitaire, qui rejette avec véhémence le fait de prendre pour cible des civils en temps de guerre et de conflit, ainsi que d’empêcher l’aide humanitaire d’atteindre les victimes civiles de la guerre.

En effet, la grande majorité des victimes à Gaza sont des civils et, selon l'UNICEF, plus de 70 pour cent de toutes les personnes tuées et blessées sont des femmes et des enfants.

De plus, en raison des pratiques inhumaines d’Israël, les survivants de Gaza sont désormais confrontés à une véritable famine, un événement sans précédent dans l’histoire moderne de la Palestine.

Pourtant, Israël continue d'empêcher l'accès à la nourriture, aux médicaments, au carburant et à d'autres fournitures urgentes à Gaza, violant ainsi les propres lois de Washington en la matière.

“Aucune assistance ne sera fournie à un pays lorsqu'il est porté à la connaissance du président que le gouvernement de ce pays interdit ou restreint de toute autre manière, directement ou indirectement, le transport ou la livraison de l'aide humanitaire américaine”, selon la loi américaine sur l'assistance étrangère (article 620I). ) États.

L’administration Biden n’a rien fait pour faire pression – et encore moins forcer – sur Israël à adhérer aux lois humanitaires les plus fondamentales dans le cadre du génocide en cours à Gaza. Pire encore, le président Biden fournit à Israël les outils nécessaires pour prolonger cette guerre destructrice.

Selon un reportage de la Douzième chaîne israélienne du 25 décembre, plus de 20 navires et 244 avions américains ont livré plus de 10 000 tonnes d'armements et d'équipements militaires à Israël depuis le début de la guerre.

Ces fournitures militaires comprennent, selon le Wall Street Journal, au moins 100 bombes anti-bunker BLU-109 de 2 000 livres, qui ont été utilisées à plusieurs reprises tout au long de la guerre israélienne, tuant et blessant des centaines de personnes à chaque fois.

La seule action concrète entreprise par les États-Unis depuis le début de la guerre a été de créer une coalition, appelée « Opération Prosperity Guardian », dans le seul but d'assurer la sécurité des navires traversant la mer Rouge, à destination ou en provenance d'Israël.

Les États-Unis, cependant, semblent n'avoir rien appris du passé, de leurs guerres dévastatrices en Irak, de la soi-disant « guerre contre le terrorisme », de leur incapacité à trouver un équilibre entre leur soutien à Israël et leur respect envers les Palestiniens. Arabes et musulmans. Au contraire, certains responsables américains semblent totalement détachés de cette réalité.

Lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche le 7 décembre, John Kirby, coordinateur du Conseil national de sécurité des États-Unis pour les communications stratégiques, a proclamé : « Dites-moi, nommez-moi, une nation de plus, n’importe quelle autre nation, qui en fait autant que les États-Unis. pour soulager la douleur et les souffrances de la population de Gaza. Vous ne pouvez pas. Vous ne pouvez tout simplement pas.

Mais comment les « bombes stupides », les « bombes intelligentes », les destructions de bunkers et les dizaines de milliers de tonnes d'explosifs « atténuent-ils la douleur et la souffrance » de Gaza et de ses enfants ?

Si Kirby ignore le rôle de son pays dans le génocide de Gaza, alors la crise de la politique étrangère américaine est pire que ce que nous aurions pu imaginer. S’il en est conscient, et il devrait l’être, alors la crise morale de son pays est sans doute sans précédent dans l’histoire moderne.

Le problème de la politique américaine est que les administrations américaines ont une vision segmentée de la réalité, car elles se concentrent intensément sur la manière dont leur action, ou leur inaction, affectera leurs partis politiques lors des prochaines élections.

Mais les Américains qui se soucient de leur pays et de sa position dans un Moyen-Orient en pleine mutation et dans une géopolitique mondiale en rapide évolution devraient se rappeler que l’histoire ne commence ni ne se termine à une date fixe en novembre, une fois tous les quatre ans.

“En fin de compte, l'amour reviendra d'une manière différente”, a écrit Kafka. Il a raison. Mais la haine a également tendance à revenir, se manifestant de multiples façons. Plus que tout autre pays, Washington aurait dû prendre conscience de cette situation tout seul.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/05/rage-over-gaza-washington-will-pay-for-its-support-of-israel/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire