Combien de fois une personne peut-elle apparaître dans une enquête avant d’être interrogée ? – Mère Jones

0
152

Virginia “Ginni” Thomas arrive pour regarder Amy Coney Barrett prêter le serment constitutionnel sur la pelouse sud de la Maison Blanche le 26 octobre 2020.Patrick Semansky / AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Le comité du 6 janvier vient d’annoncer qu’elle prévoyait d’inviter la militante de droite et épouse de la Cour suprême Ginni Thomas à être interrogée après avoir déclaré pendant des mois qu’il était peu probable qu’elle sollicite son témoignage. La volte-face s’est produite après la New York Times a rapporté qu’elle avait été en contact avec l’avocat John Eastman alors qu’il cherchait une base légale pour maintenir Trump au pouvoir.

“À ce stade, les informations que nous avons trouvées … il est temps pour nous de l’inviter à venir parler”, a déclaré jeudi aux journalistes le chef du comité, le représentant Bennie Thompson (D-Miss.).

Cela déclenchera sans aucun doute des hurlements de condamnation de la part des républicains, qui prétendront que c’est encore une autre indication du biais partisan de l’enquête du comité (bipartite). Mais à ce stade, il est difficile de comprendre ce que le comité aurait pu faire d’autre.

Comme un marionnette antidémocratique, Thomas est continuellement apparu en arrière-plan de l’enquête du comité, faisant jaillir des points de discussion QAnon à certaines des personnes les plus puissantes du cercle restreint de Trump. Elle a également joué ce que nous, les journalistes, aimons appeler un «rôle actif» en faisant pression sur les législateurs des États pour qu’ils renversent la volonté des électeurs.

Si vous avez besoin d’un rappel, voici ce que nous savons de ses activités avant le 6 janvier :

  • Dans des textes, elle a exhorté le chef de cabinet de Trump, Mark Meadows, à annuler l’élection, citant une multitude de théories du complot extrêmes liées à QAnon.
  • Elle a envoyé un e-mail 29– comme dans 20 + 9 – les législateurs de l’État de l’Arizona, les poussant à rejeter le vote populaire et à envoyer une liste alternative d’électeurs au Sénat, le Poste de Washington signalé.
  • Comme indiqué ci-dessus, elle aurait correspondu avec l’avocat John Eastman alors qu’il organisait une campagne juridique pour maintenir Trump au pouvoir, bien que le contenu exact de ses e-mails n’ait pas encore été révélé. Dans un article de Substack publié le 16 juin, Eastman a nié avoir discuté avec l’un ou l’autre des sujets “en attente ou susceptibles d’être soumis à la Cour” et a affirmé que Ginni Thomas lui avait plutôt demandé de donner une “mise à jour sur le litige électoral à un groupe qu’elle rencontrait périodiquement.
  • Elle a littéralement assisté au rassemblement Stop the Steal sur l’ellipse mais est partie avant que les autres participants ne deviennent violents. Elle affirme qu’elle avait “froid”.

Il est important de noter qu’il y a encore plus de chances que zéro que le rôle joué par Ginni Thomas dans le complot visant à annuler les élections de 2020 se révèle être une distraction. Les révélations sur le comportement de Thomas semblent montrer un effort sincère mais pataugeant pour maintenir Trump au pouvoir. Dans son envoi d’e-mails aux législateurs de l’Arizona, Thomas ne dépendait pas, semble-t-il, de ses relations (effroyablement) étendues avec l’élite conservatrice, mais de FreeRoots, que le Poste de Washington décrit comme une “plateforme en ligne destinée à faciliter l’envoi de courriels pré-écrits à plusieurs élus”. Néanmoins, une tentative de coup d’État incompétente reste une tentative de coup d’État, et un putschiste inefficace reste un putschiste.

De plus, il n’y a toujours aucune preuve tangible que Clarence Thomas ait été au courant des activités de sa femme ou qu’elles aient affecté ses décisions. Le juge Thomas, après tout, était d’accord avec ses collègues juges de la Cour suprême lorsqu’ils ont rejeté un tristement célèbre procès post-électoral intenté par des partisans de Trump, bien qu’il a été le seul dissident public dans une décision ultérieure qui a forcé la divulgation des dossiers de Trump au comité du 6 janvier.

Le comité du 6 janvier a été chargé d’enquêter sur les événements qui ont conduit à l’attaque du Capitole et aux efforts tentaculaires du cercle restreint de Trump pour renverser le transfert de pouvoir. Rien ne pourrait être plus pertinent à cet objectif que d’interviewer une épouse de la Cour suprême qui s’est engagée dans une campagne de pression vraiment sans précédent pour annuler les élections de 2020, que son rôle ultime se révèle avoir été périphérique ou non.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire