Comment ils ont fait de Chesa Boudin l’homosexuel d’automne

0
42

Chesa Boudin. Photo : Jonas Raskin.

Appelez-le l’homme de la rue, ou mieux encore l’homme du bus. À San Francisco, c’était le 8 juin, le lendemain du jour des élections. Le titre de la bannière dans l’examinateur criait: “Boudin évincé dans la défaite du rappel écrasant.” L’homme dans le bus a regardé par-dessus mon épaule, a lu les mots et a secoué la tête. “Oh, non,” gémit-il. “C’est une terrible nouvelle.” C’était décevant pour moi. J’avais suivi la campagne et Boudin pendant des mois et je pensais qu’il avait une chance de battre le rappel. Mais ce n’était pas le cas.

60 000 électeurs avaient voté pour exiger que le controversé DA quitte ses fonctions. 40 000 voulaient qu’il garde son emploi et continue à faire ce qu’il avait commencé, c’est-à-dire réformer un système d’injustice criminelle qui favorisait les riches et punissait les pauvres. Les San Franciscains étaient fiers que leur histoire locale ait fait la une des journaux nationaux, même s’ils semblaient être plus concentrés sur les Warriors que sur le rappel.

L’après-midi du jour du scrutin, j’ai travaillé les téléphones au siège de Boudin sur Noe Street off Market. Je voulais contribuer à la cause et je me voyais comme un journaliste participant opérant à l’intérieur, pas à l’extérieur. Quelques photographes ont pris des photos, mais il n’y avait pas de journalistes autour pour observer et poser des questions. Les téléphones portables et les ordinateurs portables parsemaient les tables. Des dépliants remplissaient des sacs en papier brun. Les sols avaient besoin d’être balayés et nettoyés, même si personne d’autre que moi ne semblait le remarquer. Et personne d’autre que moi n’a remarqué que le quartier général de Boudin rappelait le siège national du SDS à Chicago où j’ai passé une partie de l’été à écrire de la propagande de la Nouvelle Gauche sur George Jackson et Huey Newton, qu’Eldridge Cleaver a décrit comme “le plus méchant enfoiré qui ait jamais pénétré dans l’histoire”. .”

Les bénévoles de Noe Street ressemblaient aux membres du SDS que j’ai rencontrés il y a longtemps. Ils avaient plus ou moins le même esprit de défi et d’empressement à faire quelque chose qui ferait une différence. Six jeunes hommes et femmes chinois se sont assis étroitement ensemble dans une petite pièce et ont téléphoné aux électeurs chinois, en utilisant une invite en chinois écrite par Dixon, leur superviseur, avec tous les points de discussion appropriés. Quand j’ai demandé à Dixon : « Dans quelle direction ira le vote asiatique, pour ou contre Boudin ? », il a répondu : « C’est la question à 4 millions de dollars. En fait, il n’avait pas de réponses, seulement ses propres questions et la volonté de continuer à faire campagne jusqu’au dernier moment possible avant la fermeture des bureaux de vote.

Au téléphone pendant quelques heures, j’ai parlé à des électeurs qui étaient des partisans connus de Boudin pour m’assurer qu’ils avaient bien voté pour leur candidat. Pas de surprise. La plupart d’entre eux l’avaient fait, bien que beaucoup aient raccroché avant que je puisse leur parler, et plus que quelques-uns ont dit : « Ne me dérangez pas. Un homme désireux de discuter a déclaré: «Je ne vois pas comment les électeurs de San Francisco pourraient être assez stupides pour vouloir rappeler Boudin. Il fait ce pour quoi nous l’avons élu. Peut-être que le bavard passionné avait raison. Peut-être que les électeurs étaient stupides. Des dizaines de milliers d’entre eux avaient adhéré au grand mensonge qui qualifiait Boudin de doux envers le crime et de meilleur ami d’un criminel. Pas vrai. Ces données montraient que la criminalité n’avait pas augmenté sous le commandement de Boudin. C’était encore un autre exemple que la perception a plus de poids que la réalité, la queue remuant le chien.

Les citoyens de SF étaient en colère contre tout : le monde, la pandémie, le sans-abrisme, la corruption dans les hauts lieux, les toxicomanes dans les rues et plus encore. Chesa Boudin était le bouc émissaire. Il a dû encaisser le coup, mais lorsqu’il s’est adressé à ses partisans à 21 heures, lorsque tous les votes ont été comptés, il n’a pas ressemblé à un candidat battu, mais plutôt à un organisateur qui se lance dans une nouvelle campagne et met le feu sous les troupes. C’était peut-être en 1968 ou 1969, bien que contrairement à la plupart des rebelles du SDS de cette époque, Chesa avait opté pour une carrière dans le droit, s’était présenté aux élections publiques et visait à utiliser à bon escient le pouvoir qu’il avait entre les mains.

Dans la foule bondée, debout à quelques mètres de là où je me tenais et écrivant dans mon carnet, j’ai vu le père biologique de Chesa, David Gilbert, qui venait d’être libéré de prison. Je ne pouvais pas lire l’expression sur son visage. Était-il fier ou stupéfait ou un peu des deux ? Également dans la foule : Bernardine Dohrn et Bill Ayers qui avaient élevé Chesa, ainsi que leurs deux fils, Malik et Zayd. Les vétérans des années 60, 70 et au-delà ne sont pas venus au micro ou n’ont pas fait connaître leur présence. Ils semblaient se contenter de rester anonymes et non reconnus, même si les électeurs savaient tout sur eux. Ils étaient encore une autre grève contre le DA. L’occasion appartenait à Chesa qui a grimpé sur un fût de bière, a tenu le microphone dans sa main droite et a déclaré: «Ce n’est pas un moment dans le temps. C’est le début d’un mouvement. » Il avait l’air de croire ses propres mots. La foule scandait « Chesa, Chesa, Chesa ». Leurs voix s’élevaient dans le ciel nocturne.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/09/how-they-made-chesa-boudin-the-fall-gay/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire