Comment la division saoudienne-iranienne a-t-elle affecté le Moyen-Orient ? | Nouvelles explicatives

0
100

L’Arabie saoudite et l’Iran ont convenu de suivre les arrangements pour rouvrir leurs missions diplomatiques à Téhéran et Riyad respectivement et de discuter de la reprise des vols entre eux.

L’accord est intervenu alors que le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al Saud, et son homologue iranien, Hossein Amir-Abdollahian, se sont serré la main vendredi dans la capitale chinoise, Pékin, lors de la première réunion officielle des deux hauts responsables après une rupture de plusieurs années. entre Téhéran et Riyad qui a alimenté l’instabilité dans la région.

Les deux puissances avaient convenu le 10 mars de rétablir les liens dans un accord historique négocié par la Chine. Mais les deux principales puissances musulmanes chiites et sunnites du Moyen-Orient étaient en désaccord depuis des années, soutenant des camps opposés dans des guerres par procuration dans plusieurs pays de la région.

Syrie

Les rivaux se sont affrontés après l’éclatement de la guerre syrienne en 2011. L’Iran a soutenu le président syrien Bachar al-Assad et lui a fourni des forces militaires et de l’argent pour combattre les groupes rebelles, tandis que l’Arabie saoudite a soutenu les forces de l’opposition luttant pour renverser al-Assad.

Alors que le soutien de l’Iran a aidé al-Assad à inverser la tendance, le soutien saoudien à l’opposition armée et politique a diminué, et des pourparlers sont maintenant en cours entre l’Arabie saoudite et la Syrie pour rétablir les liens.

L’accord saoudo-iranien intervient alors que l’isolement arabe d’al-Assad est en train de fondre. L’Arabie saoudite a déclaré qu’un engagement accru pourrait même conduire au retour de la Syrie dans la Ligue arabe.

Israël, qui veut normaliser ses relations avec l’Arabie saoudite, frappe régulièrement des cibles militaires pro-iraniennes en Syrie.

Liban

La rivalité entre l’Iran et l’Arabie saoudite a eu un effet néfaste sur la stabilité du Liban, un petit pays méditerranéen dont l’élite dirigeante s’est longtemps alignée sur des puissances étrangères pour maintenir son influence.

Les relations entre le Liban et l’Arabie saoudite – qui avaient soutenu les premiers ministres sunnites du Liban pendant des années – sont devenues particulièrement tendues après l’élection en 2016 du président libanais Michel Aoun, qui est allié au Hezbollah soutenu par l’Iran.

En novembre 2017, le Premier ministre libanais Saad Hariri a démissionné de manière inattendue alors qu’il se trouvait à Riyad, la capitale saoudienne. Hariri a accusé l’ingérence au Liban de l’Iran et de son allié libanais, le mouvement Hezbollah, pour sa décision de démissionner, ajoutant qu’il craignait une tentative d’assassinat.

Bien que Hariri ait par la suite retiré sa démission, cette décision a plongé le Liban dans une crise politique considérée comme faisant partie d’un effort saoudien pour contrer l’influence de l’Iran dans le pays.

Riyad, qui a autrefois investi des milliards de dollars dans le pays et renforcé son économie du tourisme de luxe, a suspendu son soutien alors que le Liban s’envolait économiquement.

L’année dernière, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé le roi Salmane d’Arabie saoudite de “terrorisme”, au milieu d’une des crises politiques les plus profondes entre les États arabes du Golfe et le Liban. Pendant ce temps, l’Arabie saoudite a appelé le Liban à mettre fin à l’influence du « Hezbollah terroriste » sur l’État.

Irak

L’influence iranienne était auparavant tenue à l’écart de l’Irak par son ancien président, Saddam Hussein, qui a mené une guerre de huit ans avec la République islamique.

Mais l’Iran est devenu l’acteur régional le plus influent de l’Irak du XXIe siècle, comblant un vide depuis la chute du régime de Saddam en 2003.

Un certain nombre de partis politiques irakiens ont des liens et reçoivent des fonds de l’Iran, et certains des politiciens qui ont dirigé l’Irak dans l’ère post-Saddam ont passé du temps en exil en Iran.

L’Iran a également financé et formé des groupes paramilitaires alignés sur les partis politiques chiites, dont certains opèrent dans le cadre des Forces de mobilisation populaire, qui ont été créées pour combattre l’EIIL (ISIS), mais continuent de jouir d’une position forte dans le pays.

Pourtant, l’opposition à l’Iran grandit en Irak, ce qui a ouvert une voie potentielle à l’influence saoudienne, d’autant plus que Bagdad tente de se réintégrer davantage avec ses voisins arabes.

Yémen

En mars 2015, une coalition dirigée par l’Arabie saoudite – soutenue par les États-Unis – est intervenue militairement au Yémen dans le but de combattre les Houthis, de rétablir le gouvernement du président Abd-Rabbu Mansour Hadi et d’inverser ce qu’ils qualifiaient d’influence croissante de l’Iran dans la région.

Le mouvement houthi soutenu par l’Iran, composé principalement de musulmans chiites zaïdis du nord du Yémen, s’est opposé au gouvernement de Hadi. Il a fait la une des journaux internationaux après s’être emparé de régions du nord du Yémen au début de 2014. Il s’est ensuite déplacé vers le sud pour s’emparer de la capitale Sanaa, forçant finalement Hadi à fuir son palais présidentiel à Aden pour l’Arabie saoudite.

Au milieu de l’instabilité, plusieurs autres groupes armés se sont renforcés, notamment al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), le Conseil de transition du Sud (STC) séparatiste soutenu par les Émirats arabes unis et d’autres.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a mené plus de 24 000 raids aériens depuis 2015, selon les données recueillies par le Yemen Data Project. D’autre part, les rebelles houthis soutenus par l’Iran ont ciblé des infrastructures stratégiques dans toute l’Arabie saoudite, notamment des aéroports, des gisements de gaz et des pétroliers dans la mer Rouge.

Des années de pourparlers de paix négociés sous l’égide des Nations Unies n’ont pas permis de sortir de l’impasse. En 2022, 14,5 millions des 30 millions d’habitants du pays manquaient de nourriture en quantité suffisante, selon le Programme alimentaire mondial. Près de la moitié des enfants de moins de cinq ans du pays souffrent de malnutrition chronique. De plus, au moins quatre millions de personnes ont été déplacées par les sept années de guerre.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/4/7/how-has-the-saudi-iran-divide-affected-the-middle-east

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire