Comment la gauche chilienne a gagné

0
131

Il y a quelques semaines, alors que le candidat néofasciste José Antonio Kast remportait le premier tour de l’élection présidentielle du pays, la rébellion chilienne de 2019 visant à enterrer le néolibéralisme semblait toucher à sa fin. Mais il a été revigoré avec la victoire écrasante du candidat d’Apruebo Dignidad («Je vote pour la dignité») Gabriel Boric Font, qui a obtenu 56% des voix au deuxième tour – près de cinq millions de voix et la plus grande majorité de l’histoire du pays. . A trente-cinq ans, Boric est le plus jeune président de tous les temps.

Ce résultat aurait été plus grand sans la politique de la ministre des Transports Gloria Hutt Hesse, qui n’a délibérément offert presque aucun service de transport public, en particulier des bus pour les quartiers pauvres, dans l’espoir de forcer les électeurs boric à abandonner et à rentrer chez eux. . Le jour du scrutin, les médias grand public ont constamment fait état de personnes dans tout le pays, et en particulier à Santiago, se plaignant de devoir attendre deux ou même trois heures pour que les bus se rendent aux centres de vote. Il y avait donc des craintes justifiées que l’élection soit truquée – mais la détermination des électeurs pauvres était telle que le mouvement a échoué.

La campagne de Kast, avec la complicité de la droite et des médias grand public, a été l’une des plus sales de l’histoire du pays, rappelant la « propagande terroriste » financée et dirigée par les États-Unis contre le candidat socialiste (et futur président) Salvador Allende en 1958, 1964 et 1970. Par des insinuations et l’utilisation des médias sociaux, le camp Kast a craché une propagande anticommuniste grossière, accusé Boric d’aide au terrorisme et suggéré qu’il installerait un régime totalitaire au Chili. La campagne cherchait à semer la peur principalement dans la petite bourgeoisie en prédisant à plusieurs reprises que la toxicomanie, le crime et le trafic de drogue deviendraient incontrôlables si Boric devenait président, et en laissant même entendre que Boric lui-même se drogue. Les médias grand public ont également assailli Boric de questions insidieuses sur le Venezuela, le Nicaragua et Cuba, auxquelles il n’a pas produit les réponses les plus impressionnantes.

Mais la masse de la population a vu le jour, convaincue que son vote était le seul moyen d’empêcher Pinochetismo de s’emparer de la présidence. Ils en avaient assez du président Sebastián Piñera. Ils savaient également que, dans les circonstances, le meilleur moyen d’assurer les objectifs de la rébellion sociale d’octobre 2019 était de vaincre Kast et sa marque de Pinochetismo sans mélange.

Au fur et à mesure que la campagne électorale se déroulait, Kast est revenu sur certaines de ses déclarations les plus virulentes de Pinochetista – mais les gens savaient que s’il gagnait, il n’hésiterait pas à les mettre pleinement en œuvre. Entre autres joyaux, Kast a déclaré son intention en tant que président d’abolir le ministère des femmes, du mariage homosexuel et de l’avortement (dont les lois sont déjà très restrictives) ; supprimer le financement du musée à la mémoire des victimes de la dictature et du Centre Gabriela Mistral pour la promotion des arts, de la littérature et du théâtre ; retirer le Chili de la Commission internationale des droits de l’homme et fermer l’Institut national des droits de l’homme ; cesser les activités de la FLACSO (Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales), le prestigieux centre latino-américain d’investigation sociologique); construire un fossé au nord du Chili, à la frontière avec la Bolivie et le Pérou, pour stopper l’immigration illégale ; et donner au président le pouvoir légal de détenir des personnes dans des lieux autres que les postes de police ou les prisons, c’est-à-dire rétablir les procédures illégales de la sinistre police d’Augusto Pinochet.

Les intentions de Kast ne laissaient aucun doute sur le bon choix lors de l’élection. J’ai cependant été sidéré par diverses analyses de gauche plaidant contre le vote, dans un cas parce que « il y a [was] aucune différence essentielle entre Kast et Boric. Pire encore, un autre a suggéré que « le dilemme entre le fascisme et la démocratie était faux » parce que la démocratie chilienne est défectueuse. Mon désespoir face à une telle « attitude de principe », probablement dictée par les meilleures intentions politiques, s’est transformé en choc lorsque, le jour même du scrutin, un correspondant de Telesur à Santiago a interviewé un militant chilien qui n’a attaqué que Boric, le message principal du reportage étant que « quiconque gagne, le Chili perd.

La coalition de centre-gauche Concertación, qui dans la période 1990-2021 a gouverné la nation pendant vingt-quatre ans et porte une lourde responsabilité dans le maintien et même le perfectionnement du système néolibéral, a ouvertement exprimé sa préférence pour Boric, lui recherchant assidûment son soutien dans le deuxième tour. Ceux qui croient qu’il n’y a pas de différence entre Kast et Boric le font non seulement à partir d’une position d’extrême gauche, mais aussi en déclarant Boric coupable par association, même s’il n’a pas encore eu la chance de commettre un crime.

Cela nous amène à une question politique centrale : que signifient l’héritage de la rébellion d’octobre 2019 et toutes ses conséquences positives pour la classe ouvrière chilienne ? Ce qui se pose maintenant au Chili, ce n’est pas la lutte pour le pouvoir, mais pour les masses qui pendant des décennies ont été dupées à accepter – même à contrecœur – le néolibéralisme comme une réalité de la vie. La rébellion de 2019 qui fut la première mobilisation de masse qui cherchait non seulement à s’opposer, mais aussi à se débarrasser du néolibéralisme. Cette rébellion a extrait des concessions extraordinaires de la classe dirigeante, y compris un référendum pour une convention constitutionnelle chargée légalement de rédiger une constitution anti-néolibérale pour remplacer celle de 1980 promulguée sous le règne de Pinochet.

Le référendum a approuvé la proposition d’une nouvelle constitution et l’élection d’une convention par 78 et 79 % respectivement en octobre 2020. L’élection de la Convention n’a donné au Chili droit que trente-sept sièges sur 155 — à peine 23 % — alors que les partisans de changement radical a obtenu un total agrégé de 118 sièges, soit 77 pour cent. Plus particulièrement, les socialistes et les démocrates-chrétiens, les anciens partis de la Concertation, ont obtenu un total de dix-sept sièges.

Le plus gros problème reste la fragmentation des forces émergentes visant le changement. Ensemble, ils détiennent la quasi-totalité des sièges restants, mais ils sont structurés en au moins cinquante groupes différents. Néanmoins, en accord avec le contexte politique, la convention a élu Elisa Loncon Antileo, une dirigeante indigène mapuche, comme présidente, et il y avait dix-sept sièges réservés exclusivement aux nations indigènes et élus uniquement par elles – un développement d’une importance énorme.

La rébellion de 2019 a également obtenu d’autres concessions du gouvernement et du parlement, notamment le remboursement de 70 % des cotisations de retraite des « administrateurs de retraite » (AFP) privés, que les Chiliens considèrent à juste titre comme une escroquerie massive qui dure depuis plus de trois décennies. Cela a porté un coup dur à la capitale financière du Chili. Une proposition au Parlement pour le retour des 30% restants fin septembre 2021 n’a pas été approuvée par une très faible marge de voix, mais je suis certain que les AFP n’ont pas entendu la dernière fois sur le sujet.

Le scénario décrit ci-dessus s’est soudainement confondu avec les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, qui a non seulement vu Kast arriver en tête (avec 27% contre 25 pour Boric), mais qui a également élu des députés et des sénateurs pour les deux chambres parlementaires du Chili. Si Apruebo Dignidad s’en est très bien sorti avec trente-sept députés (sur 155) et cinq sénateurs (sur cinquante), le Chili de droite Podemos Más (les partisans de Piñera) a obtenu cinquante-trois députés et vingt-deux sénateurs, et l’ancien La Concertation a obtenu trente-sept députés et dix-sept sénateurs.

Plusieurs dynamiques sont à l’œuvre ici. En ce qui concerne les élections législatives, les mécanismes traditionnels et les relations clients existantes s’appliquent, des politiciens expérimentés exerçant une influence locale et se faisant élire. En revanche, la plupart des élus de la convention sont un groupe émergent de groupes de pression hétéroclites organisés autour de campagnes à thème unique (AFP, la privatisation de l’eau, le prix du gaz, les abus des compagnies de services publics, la défense des terres ancestrales mapuches , corruption d’État, etc.) et n’a pas été candidat à un siège parlementaire.

Le 19 décembre, Boric s’est publiquement engagé à soutenir et à travailler avec la Convention constitutionnelle pour une nouvelle constitution dans son discours de victoire. Cela a donné et donnera une impulsion énorme aux efforts visant à remplacer constitutionnellement le modèle économique néolibéral existant.

Ce à quoi la classe ouvrière chilienne doit maintenant s’attaquer, c’est son manque de leadership politique. Il leur manque un Front national de résistance populaire (Frente Nacional de Resistencia Popular, FNRP) comme celui organisé par le peuple hondurien pour lutter contre le coup d’État qui a renversé Mel Zelaya en 2009. Le FNPR, composé d’organisations sociales et politiques nombreuses et variées mouvements, a évolué vers le parti Libre qui vient de réussir à élire Xiomara Castro, la première femme présidente du pays. L’avenue possible évidente pour remédier à cette lacune potentiellement dangereuse serait de réunir dans une conférence nationale tous les nombreux groupes à thème unique aux côtés de tous les mouvements sociaux et courants politiques désireux de mettre en place un Front populaire pour une constitution anti-néolibérale.

Après tout, ils sont descendus dans la rue pendant deux ans pour enterrer le modèle néolibéral oppressif, abusif et exploiteur, et il devient de plus en plus clair par quoi ils devraient le remplacer : un système basé sur une nouvelle constitution qui permet la nationalisation de tous les services publics et ressources naturelles, punit les corrompus, respecte les terres ancestrales des Mapuche et garantit une santé, une éducation et des retraites décentes. La route y sera cahoteuse, mais nous avons gagné les masses ; maintenant, avec un gouvernement sympathique en place, nous pouvons lancer la transformation de l’État et construire un Chili meilleur.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire