Comment la guerre américaine contre la drogue a renversé la démocratie bolivienne

0
26

Il y a trois problèmes fondamentaux avec l’armée. Le premier tient à la faiblesse des autorités politiques à contrôler les forces armées. Il existe une culture séditieuse et conspiratrice dans les forces armées depuis le XIXe siècle. La Bolivie est le pays d’Amérique latine qui a connu le plus de coups d’État. Les forces armées pensent qu’elles sont censées se placer au-dessus de l’autorité publique.

Mais il y a aussi une faiblesse dans la société. La population paie ses impôts pour soutenir l’armée mais n’a absolument aucune connaissance de l’armée, de sa doctrine, de ses armes, de sa mentalité et de son histoire. Au cours de nos quatorze années de mandat, nous [MAS] n’a pas réussi à pourvoir les postes politiques avec du personnel de la défense qui démocratiserait la connaissance des forces armées. Cela a laissé les forces armées exemptes de responsabilité envers la société.

Deuxièmement, il y a une culture coloniale en Bolivie. Cela a à voir avec les conséquences de plus de cent ans de service militaire. Les communautés agricoles rurales supposent que leurs fils doivent payer un lourd tribut pour devenir citoyens. Abolir le service militaire obligatoire est impensable, car, en tant que société, nous n’avons pas créé d’espaces alternatifs pour l’exercice de la citoyenneté.

L’armée pense qu’elle a le droit d’être la « gardienne » de la société. Comment venir? Son contact avec la société est un contact avec le monde indigène et rural. Il n’y a pas de contact avec la classe moyenne, avec les fils de l’oligarchie, car les fils de l’oligarchie ne vont pas à la caserne. Ceux qui y vont sont les Indiens, les paysans, les ouvriers. Le contact des forces armées avec des couches marginalisées leur donne un sentiment de supériorité culturelle. Aujourd’hui encore, ils n’ont pas compris le concept d’État plurinational. Il faut donc travailler à la décolonisation des forces armées. Ils doivent comprendre que notre État est un État qui reconnaît la diversité entre les nations, coexistant de manière complémentaire.

Le troisième problème est l’ingérence étrangère. Pendant soixante-dix ans, les forces armées boliviennes ont été idéologiquement dirigées par les États-Unis. L’apparition de leurs uniformes, de leurs armes, de leur doctrine, de leur entraînement, de leurs voyages aux États-Unis ont fait perdre aux forces armées son identité d’institution dépendante de l’État bolivien. Vous êtes fier d’être un allié de l’armée la plus puissante du monde, même si les relations entre vous sont coloniales. Selon les forces armées coloniales, les le créole sont une puissance invincible.

Aujourd’hui, ils se rendent compte que les forces armées américaines peuvent être vaincues. L’empire américain est en déclin et subit des défaites historiques. Il a quitté l’Afghanistan dans des conditions pires qu’il n’a quitté Saigon en 1975. L’idée commence donc à germer dans les forces armées qu’elles ne doivent pas automatiquement s’aligner sur la plus grande puissance militaire du monde.

Quelle guerre gagnerez-vous avec une armée à la mentalité coloniale ? La seule bataille qu’il a remportée au cours des soixante-dix dernières années est la guerre contre le peuple bolivien. La doctrine des forces armées découle de l’idéologie anticommuniste américaine : le peuple est l’ennemi, nous ne pouvons pas être un pays moderne parce que la plupart des boliviens sont misérables, ignorants, indigènes, etc. Dans cette idée de modernité, les peuples autochtones ne peuvent atteindre une valeur sociale que s’ils remplissent les conditions de vie dans une société civilisée : ils doivent parler espagnol. Ils doivent avoir des coutumes urbaines occidentales. Ils doivent imiter le mode de vie américain.

C’est pourquoi nous devons changer ce modèle de défense du XIXe siècle en un modèle du XXIe siècle.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici