Comment la NRA est passée du soutien à l’interdiction des mitrailleuses en 1934 au blocage de presque toutes les restrictions d’armes à feu aujourd’hui

0
122
Le logo de la Conversation

Cette histoire est initialement apparue dans The Conversation le 25 mai 2022. Elle est partagée ici sous une licence Creative Commons.

Déclaration de divulgation : Robert Spitzer est membre de la National Rifle Association et de l’organisation Giffords.

Les fusillades de masse dans un supermarché de Buffalo, New York, et dans une école primaire à Uvalde, Texas, à seulement 10 jours d’intervalle, suscitent le débat national désormais familier sur les armes à feu après les tragiques fusillades scolaires de 2012 et 2018 à Newtown, Connecticut, et Parc, Floride.

Inévitablement, mais aussi de manière compréhensible, de nombreux Américains accusent la National Rifle Association d’avoir contrecarré des lois plus strictes sur les armes à feu qui auraient pu empêcher ces deux tragédies récentes et bien d’autres. Et malgré la proximité dans le temps et le lieu de la fusillade au Texas, la NRA poursuit ses plans pour tenir sa convention annuelle à Houston du 27 au 29 mai 2022. Les conférenciers invités incluent l’ancien président Donald Trump et le sénateur Ted Cruz, un républicain texan.

Après avoir passé des décennies à rechercher et à écrire sur comment et pourquoi la NRA en est venue à exercer une telle influence sur les politiques nationales en matière d’armes à feu, j’ai vu ce récit prendre des tournants inattendus au cours des dernières années, ce qui soulève de nouvelles questions sur la réputation d’invincibilité de l’organisation.

Trois phases

L’histoire de plus de 150 ans de la NRA s’étend sur trois époques distinctes.

Au début, le groupe était principalement préoccupé par l’adresse au tir. Il a ensuite joué un rôle relativement constructif en ce qui concerne les restrictions de possession d’armes à feu axées sur la sécurité avant de se transformer en une force politisée rigide.

Au début, le groupe était principalement préoccupé par l’adresse au tir. Il a ensuite joué un rôle relativement constructif en ce qui concerne les restrictions de possession d’armes à feu axées sur la sécurité avant de se transformer en une force politisée rigide.

La NRA a été formée en 1871 par deux vétérans de la guerre civile des États du Nord qui avaient été témoins de l’incapacité typique du soldat à manier les armes à feu.

L’organisation s’est d’abord appuyée sur le soutien du gouvernement, qui comprenait des subventions pour les matchs de tir et les surplus d’armes. Ces cadeaux, qui ont duré jusqu’aux années 1970, ont incité les passionnés d’armes à feu à rejoindre la NRA.

La NRA a joué un rôle dans les efforts politiques naissants pour formuler une politique étatique et nationale sur les armes à feu dans les années 1920 et 1930 après que le trafic d’alcool à l’époque de la prohibition ait alimenté la guerre des gangs. Il a soutenu des mesures telles que l’exigence d’un permis pour porter une arme à feu et même une période d’attente pour l’achat d’une arme à feu.

Et la NRA a contribué à façonner la loi nationale sur les armes à feu de 1934, deux de ses dirigeants témoignant longuement devant le Congrès au sujet de cette législation historique. Ils ont soutenu, bien qu’à contrecœur, ses principales dispositions, telles que la restriction des armes de gangsters, qui comprenait un registre national des mitrailleuses et des fusils à canon scié et les taxait lourdement. Mais ils se sont opposés à l’enregistrement des armes de poing, qui a été retiré de la première loi nationale importante sur les armes à feu.

Des décennies plus tard, dans la bataille législative qui s’est déroulée à la suite de l’assassinat du président John F. Kennedy et au milieu des préoccupations croissantes concernant la criminalité, la NRA s’est opposée à une autre disposition du registre national qui se serait appliquée à toutes les armes à feu. Le Congrès l’a finalement retiré de la loi sur le contrôle des armes à feu de 1968.

Tout au long de cette période, cependant, la NRA est restée principalement concentrée sur l’adresse au tir, la chasse et d’autres activités récréatives, bien qu’elle ait continué à s’opposer aux nouvelles lois sur les armes à feu, en particulier à ses membres. Ron Elving de NPR raconte l’histoire de la NRA.

Un virage serré à droite

Jusqu’au milieu des années 1970, la NRA soutenait les périodes d’attente pour les achats d’armes de poing. Depuis lors, cependant, il s’y oppose.

Au milieu des années 1970, un groupe dissident au sein de la NRA pensait que l’organisation perdait le débat national sur les armes à feu en étant trop défensive et pas assez politique. Le différend a éclaté lors de la convention annuelle de la NRA en 1977, où les dissidents ont déposé la vieille garde.

À partir de ce moment, la NRA est devenue de plus en plus politique et stridente dans sa défense des soi-disant «droits aux armes à feu», qu’elle a de plus en plus définis comme presque absolus en vertu du deuxième amendement.

Un signe de combien la NRA avait changé : le droit du deuxième amendement de porter des armes n’a jamais été mentionné dans les 166 pages de témoignages du Congrès concernant la loi de 1934 sur les armes à feu. Aujourd’hui, l’organisation traite ces mots comme son mantra, les citant constamment.

Et jusqu’au milieu des années 1970, la NRA a soutenu les périodes d’attente pour les achats d’armes de poing. Depuis lors, cependant, il s’y oppose. Il s’est battu avec véhémence contre la promulgation finalement réussie d’une période d’attente de cinq jours ouvrables et de vérifications des antécédents pour les achats d’armes de poing en 1993.

L’influence de la NRA a atteint son apogée pendant la présidence favorable aux armes à feu de George W. Bush, qui a adopté les positions du groupe. Entre autres choses, son administration a laissé expirer l’interdiction des armes d’assaut et a soutenu la principale priorité législative de la NRA : la promulgation en 2005 de protections spéciales en matière de responsabilité pour l’industrie des armes à feu, la loi sur la protection du commerce licite des armes.

Avoir un allié à la Maison Blanche n’est pas tout

Malgré les succès passés, la NRA a souffert d’une série de coups principalement auto-infligés qui ont précipité une crise existentielle pour l’organisation.

Plus important encore, une enquête du procureur général de New York, déposée en 2020, a révélé de nombreuses allégations de copinage endémique, de corruption, d’accords amoureux et de fraude. En partie à cause de ces révélations, le nombre de membres de la NRA est apparemment tombé à environ 4,5 millions, contre un sommet d’environ 5 millions.

La Cour suprême se prononcera bientôt sur l’affaire New York State Rifle & Pistol Club c. Bruen, l’affaire la plus importante concernant les droits des armes à feu qu’elle ait examinée depuis des années. Il est probable que le tribunal annule une loi de longue date sur les permis de pistolet à New York, élargissant le droit de porter des armes en public à travers les États-Unis.

Malgré cette tendance, cependant, la communauté des armes à feu de base n’est pas moins attachée à son programme d’opposition aux nouvelles lois sur les armes à feu. En effet, les conclusions du Pew Research Center en 2017 suggéraient qu’environ 14 millions de personnes s’identifiaient au groupe. À tous points de vue, c’est une petite minorité sur près de 260 millions d’électeurs américains.

Mais le soutien aux droits des armes à feu est devenu un test décisif pour le conservatisme républicain et est intégré à l’agenda d’un grand parti politique. Cette concentration laser sur les questions d’armes à feu continue de renforcer l’influence de la NRA même lorsque l’organisation est confrontée à des troubles. Cela signifie que la protection et l’avancement des droits des armes à feu sont propulsés par le mouvement conservateur plus large, de sorte que la NRA n’a plus besoin de porter le ballon par elle-même.

Comme Bush, Trump a entretenu une relation chaleureuse avec la NRA. Il faisait partie des bailleurs de fonds les plus enthousiastes de sa candidature à la présidentielle de 2016, contribuant à hauteur de 31 millions de dollars à sa campagne présidentielle.

Lorsque Trump a ordonné au ministère de la Justice de rédiger une règle interdisant les stocks de bosse et a indiqué son soutien tardif à l’amélioration des vérifications des antécédents pour les achats d’armes à feu après la fusillade de Parkland, il s’en tenait aux positions approuvées par la NRA. Il a également soutenu l’armement des enseignants, une autre proposition de la NRA.

Un seul éclat de lumière a émergé entre l’administration Trump et la NRA : son apparente volonté d’envisager de relever l’âge minimum pour acheter des armes d’assaut de 18 à 21 ans – ce qui ne s’est pas produit. En 2022, un an après le départ de Trump, des jeunes de 18 ans, dont les hommes armés présumés responsables des fusillades de masse à Uvelde et Buffalo, ont pu acheter légalement des armes à feu.

En politique, la victoire appartient généralement à celui qui se présente. Et en se montrant, la NRA a réussi à étouffer tous les efforts fédéraux pour restreindre les armes à feu depuis la fusillade de Newtown.

Néanmoins, la NRA ne gagne pas toujours. Au moins 25 États avaient promulgué leur propre nouvelle réglementation sur les armes à feu dans les cinq ans suivant cette tragédie.

Les répercussions de la décision de la Cour suprême

Ces dernières fusillades de masse pourraient inciter les partisans de la sécurité des armes à feu à susciter l’indignation du public et à inciter les électeurs à favoriser une réglementation plus stricte des armes à feu lors des élections de mi-mandat de 2022.

Mais il y a un joker : la Cour suprême se prononcera bientôt sur l’affaire New York State Rifle & Pistol Club c. Bruen, l’affaire la plus importante concernant les droits des armes à feu qu’elle ait examinée depuis des années. Il est probable que le tribunal annule une loi de longue date sur les permis de pistolet à New York, élargissant le droit de porter des armes en public à travers les États-Unis.

Une telle décision pourrait galvaniser les partisans de la sécurité des armes à feu tout en enhardissant les militants des droits des armes à feu – rendant le débat sur les armes à feu en Amérique encore plus tumultueux.


Ceci est une version mise à jour d’un article initialement publié le 23 février 2018.

Source: https://therealnews.com/how-the-nra-evolved-from-backing-a-1934-ban-on-machine-guns-to-blocking-nearly-all-firearm-restrictions-today

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire