Comment les dictateurs peuvent-ils contrôler tant de millions de personnes ?

0
87

Comment les dictateurs parviennent-ils pendant des décennies à contrôler 1,4 milliard (Chine) ou 146 millions (Russie) de personnes et jusqu’à d’autres régimes totalitaires plus petits ? Réponse : un homme avide de pouvoir au sommet.

Les politologues ont écrit sur les différents « piliers » soutenant les régimes autocratiques. Le professeur Christoph H. Stefes (Université du Colorado à Denver) se concentre sur les « piliers » de la légitimation, de la répression et de la cooptation – dont nous parlerons plus tard.

Mais quels sont les mécanismes qui découlent du trône du dictateur et qui produisent une conformité écrasante aux exigences du dictateur ? En commençant par ses “gardes du palais”, ses cuisiniers, ses médecins, jusqu’à une matrice complexe d’obéissance jusqu’au niveau des villes/villes/villages, l’absence de toute rupture dans les maillons des chaînes d’oppression est remarquable. Même un sabotage suicidaire majeur à des points critiques de l’emprise de fer d’un régime se produit rarement.

Commençons par les découvertes des anthropologues selon lesquelles toutes les cultures ont des concentrations de pouvoir entre très peu de mains, que ce soit dans les domaines politique, économique ou religieux. Quelque chose dans l’éparpillement des personnalités humaines enracine le petit nombre au pouvoir. Les quelques-uns apprécient profondément le pouvoir, la richesse et le statut auxquels ils consacrent beaucoup d’efforts et d’énergie tandis que les nombreux habitants apolitiques luttent pour préserver leur vie familiale personnelle, que les dictateurs laissent largement tranquille, en particulier lorsque les normes culturelles prévoient des zones privées pour le travail, la famille et descendance.

Pensez à un dictateur faisant pleuvoir une cascade d’ordres sur de nombreuses échelles avec des personnes à chaque échelon donnant leurs ordres assignés aux personnes de l’échelon suivant. La police et l’armée illustrent le fonctionnement de telles hiérarchies. Chaque détenteur d’échelon a des enjeux dans l’obéissance donnée par cet échelon suivant.

Les ordres vont du général aux colonels aux lieutenants aux sergents et ainsi de suite. Dans la Russie de Poutine, le contrôle de l’économie par le haut est relayé par un petit nombre de méga-milliardaires oligarchiques en contact étroit avec leur dictateur au Kremlin qui les a enrichis au-delà de leurs rêves d’avarice.

Les systèmes totalitaires fonctionnent sans heurts dans leurs poursuites corrompues et cruelles au sein d’une culture complexe de soumission de masse. Le récent verrouillage coercitif de deux mois et les tests des 25 millions d’habitants de Shanghai – pour contrôler la propagation de Covid-19 – sont un signe avant-coureur étonnant de la façon dont un État de surveillance de masse peut empêcher les gens d’acheter de la nourriture, de recevoir des soins de santé, de se connecter avec les familles et simplement sortir des appartements de la ruche dans leurs quartiers.

Revenons aux constructions du professeur Stefes, qui sont des références utiles aux systèmes formels ou informels où les dictateurs donnent aux personnages clés une part de l’action en échange d’une loyauté absolue. Une telle cooptation est soutenue par la terreur, la force brute, un harcèlement profond ou l’emprisonnement de dissidents. La légitimation prend la forme d’élections truquées (le dictateur et son acolyte obtiennent bien plus de 90 % des voix), ce qui se traduit par l’expression oxymore – “une dictature élue”.

Les juntes militaires contre les personnes étiquetées « communistes », ou réagissant aux régimes corrompus qui ont effondré les services publics et les protections de base, combinent à la fois « légitimation » et « répression » dans un renversement violent.

Les dictateurs absolus qui survivent n’écrivent pas souvent de mémoires lorsqu’ils s’exilent (l’Espagne a été pendant des années un refuge pour les dictateurs sud-américains évincés). S’ils le faisaient, ce serait probablement pour régler des comptes, pas pour éclairer en révélant en détail comment ils ont tellement dominé tout sauf la vie personnelle de millions de leurs sujets jusqu’à ce qu’ils soient évincés. Certains dictateurs pourraient avouer leurs propres craintes quotidiennes de personnes assoiffées de vengeance sur les atrocités de leur régime.

Ils pourraient même admettre qu’ils auraient renoncé à leur puissance de fer pour un passage sûr vers l’île d’exilés du dictateur vieillissant habitée par d’anciens tyrans et leurs familles. Comprendre comment les gens remplacent les dictateurs, sous différents angles, devrait être étudié. Construire et maintenir la démocratie n’exige rien de moins.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/04/how-can-dictators-control-so-many-millions-of-people/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire