Comment les électeurs à faible revenu ont façonné les élections de mi-mandat

0
81

Source photo : Paul Sableman – CC BY 2.0

Les élections de mi-mandat ont confirmé qu’à bien des égards, nous sommes une nation divisée. Mais peut-être pas aussi divisés que nous en avons l’air.

Les électeurs peuvent être divisés sur leurs préférences partisanes. Mais dans les initiatives de vote, les électeurs de tous les horizons politiques ont inauguré une vague de changements importants. Ils ont augmenté le salaire minimum au Nebraska, étendu Medicaid au Dakota du Sud, plafonné la dette médicale en Arizona et protégé le droit à l’avortement non seulement au Michigan, en Californie et au Vermont, mais aussi dans les États plus rouges du Kentucky et du Montana.

Ces questions traversent les lignes de parti. Le dénominateur commun est que les personnes les plus touchées sont les pauvres – un bloc électoral qui exige une attention comme jamais auparavant.

En 2009, je suis allé en Virginie-Occidentale pour une école d’une semaine pour les organisations et les dirigeants pauvres et à faible revenu. Il y avait là 150 personnes de plus de 40 organisations à travers le pays. J’ai rencontré des organisateurs, des médias, des travailleurs culturels, des chefs religieux, des universitaires et des défenseurs de tous bords, unis par leur désir d’augmenter les salaires, de rendre le logement plus abordable, d’assurer une eau potable pour tous, et plus encore. Ce fut une expérience remarquable.

À l’époque, la Grande Récession avait été déclarée officiellement terminée – mais presque tout le monde était encore sous le choc de ses effets. Une décennie plus tard, nous avons réalisé la véritable ampleur de ces difficultés, lorsque le rapport Souls of Poor Folk a révélé que dans le pays le plus riche du monde, 140 millions de personnes étaient pauvres ou à faible revenu.

En tant que directeur politique de la Poor People’s Campaign et du Kairos Center, je passe le plus clair de mon temps à penser à ces 140 millions de personnes. Parmi eux se trouvent nos parents et nos enfants, nos amis, nos voisins et les personnes qui touchent nos vies au quotidien.

On entend rarement parler de pauvreté lors des élections. Mais les pauvres votent. En 2020, un tiers de tous les votes ont été exprimés par des personnes pauvres ou à faible revenu – un chiffre qui a encore augmenté dans certains États du champ de bataille du Sud et du Midwest. Au total, 50 millions de personnes à faible revenu ont voté lors de cette élection.

Des chiffres comme ceux-ci peuvent faire toute la différence. C’est pourquoi la Campagne des pauvres a atteint plus de 6 millions d’électeurs éligibles pauvres et à faible revenu avant les élections de mi-mandat de cette année. Notre campagne électorale bilingue a engagé près de 1 000 bénévoles, qui ont contacté ensemble 1 électeur éligible sur 43.

Ce n’était pas une affaire partisane. Lorsque certains électeurs de Trump ont demandé pourquoi nous prenions la peine de les contacter, notre réponse a été simple : nous n’approuvons ni ne nous opposons à aucun parti. Nous voulons juste nous assurer que vous votez.

Si vous avez besoin de plus qu’un salaire minimum, allez voter. Si vous devez choisir entre payer le loyer ou les médicaments, allez voter. Si vous n’avez toujours pas accès à des soins de santé décents ou à de l’eau potable, allez voter.

C’est pourquoi je n’ai pas été surpris lorsque bon nombre de ces questions ont gagné à mi-mandat, même dans les États dits « rouges » : ce sont les politiques vivantes que des dizaines de millions de personnes veulent et dont elles ont réellement besoin.

Au cours de ces dernières semaines, j’ai pensé à cette réunion de 2009 en Virginie-Occidentale. Bien que les élections soient le champ de bataille le plus visible, la démocratie est également combattue et construite dans ces réunions, avec des personnes qui en ont assez d’être exclues des décisions qui ont un impact sur leur vie. Ce sont les espaces où les visions des salaires décents, des soins de santé, du logement, etc. commencent à prendre forme.

Nijmie Dzurinko était à cette réunion. Nijmie, une femme autochtone et noire née dans la pauvreté, s’organise en Pennsylvanie depuis plus de 20 ans. Lors d’un rassemblement cette année, elle a appelé à « une force massive et politiquement indépendante de personnes pauvres et dépossédées » dans chaque communauté de ce pays.

“Si nous construisons un espace pour 140 millions de personnes”, a-t-elle déclaré, “nous ne pouvons pas seulement avoir un impact sur les élections, nous pouvons changer ce qui est politiquement possible”.

Que nous entendions parler de pauvreté lors de nos élections ou non, cette communauté se rassemble.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/18/how-low-income-voters-shaped-the-midterm-elections/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire