Comment les États-Unis peuvent soutenir la démocratie taïwanaise

0
235

En janvier prochain, les électeurs de Taïwan se rendront aux urnes pour élire leur prochain chef. L’élection est conséquente, après huit ans de leadership constant par Tsai Ing-wen, qui démissionnera lorsqu’elle atteindra la limite de son mandat. Il est important de noter que les électeurs choisiront un nouveau chef à un moment de tension importante à travers le détroit. Au cours du mois dernier, des avions et des navires militaires chinois se sont livrés à des manœuvres dangereuses qui les ont placés à proximité dangereuse de l’armée américaine. Comme le montrent ces événements, nulle part ailleurs dans le monde aujourd’hui le risque de conflit n’est plus grand que dans le détroit de Taiwan.

Compte tenu des enjeux, il est peut-être naturel que les responsables et les législateurs américains se fassent plus entendre sur l’avenir de Taiwan. Par exemple, le membre du Congrès Michael McCaul (R-TX), président de la commission des affaires étrangères de la Chambre, a récemment qualifié l’un des principaux candidats présidentiels taïwanais du parti Kuomintang de “candidat fantoche installé” de Pékin. Le membre du Congrès Seth Moulton (D-MA), ancien officier du Corps des Marines et étoile montante actuelle des cercles de politique étrangère du Parti démocrate, a estimé que menacer de «faire sauter» la principale usine de fabrication de semi-conducteurs de Taiwan, TSMC, est une «idée intéressante» pour potentiellement dissuader la Chine.

Bien que ces déclarations soient probablement motivées par une préoccupation sincère pour les intérêts américains, non seulement elles affaiblissent l’influence à long terme des États-Unis sur les événements dans le détroit de Taiwan, mais elles sapent également le processus démocratique de Taiwan à un moment où son intégrité comptera le plus.

Premièrement, l’intérêt primordial des États-Unis réside dans un Taïwan sain, résilient et confiant. Un pilier central de cela est son processus démocratique cohérent et prévisible, qui dépend d’un système multipartite compétitif et, plus important encore, de la libre expression de la volonté de l’électorat taiwanais. Le peuple taïwanais est maître de son propre avenir grâce à ses processus démocratiques. Plus les dirigeants américains éludent les propres intérêts de Taïwan, moins les États-Unis auront d’influence sur les choix futurs de Taïwan. En tant que fervent partisan de la démocratie taïwanaise, les dirigeants américains doivent agir en étant conscients de l’importance de soutenir le système multipartite compétitif de Taïwan dans son ensemble et résister à la tentation de favoriser un parti ou un candidat donné. Tout comme les électeurs américains et les candidats aux élections s’attendent à ce que les dirigeants étrangers restent en dehors de notre politique intérieure, les responsables américains doivent rester en marge du processus démocratique de Taiwan.

Deuxièmement, il n’y a aucune preuve convaincante pour étayer les affirmations selon lesquelles le Kuomintang (KMT) sert de «marionnette de Pékin». S’il est vrai que les membres de l’opposition KMT ont remis en question les efforts du président Tsai pour établir des relations plus étroites avec les États-Unis, de telles opinions sont légitimes dans des élections contestées et dans une société ouverte et pluraliste. Le monde regorge de partis d’opposition qui recherchent un avantage électoral en contestant les décisions du parti au pouvoir. Les candidats présidentiels de Taïwan auront probablement un débat animé dans les mois à venir sur la meilleure façon de protéger la sécurité de Taïwan. Certains plaideront pour des liens plus étroits avec les États-Unis. D’autres plaideront pour une baisse des tensions avec la Chine. L’élection offrira aux électeurs taïwanais un choix qu’il leur appartiendra d’exercer. En respectant cette liberté pour le peuple de Taiwan de choisir ses propres dirigeants, les États-Unis peuvent créer un contraste favorable avec la Chine, dont les efforts pour influencer les résultats électoraux à Taiwan sont bien documentés.

Troisièmement, même si le résultat des élections sera important pour déterminer l’orientation de Taiwan pour les quatre prochaines années, il ne doit pas être traité comme existentiel. Taïwan n’acceptera pas l’unification avec la Chine si le KMT l’emporte, pas plus que la Chine n’envahira automatiquement Taïwan si le Parti démocrate progressiste en place l’emporte. Les électeurs taïwanais se sont montrés constamment modérés dans leurs préférences sur les questions inter-détroit, et leurs préférences généreront une demande pour que les dirigeants en herbe se rencontrent. Selon les dernières données de sondage disponibles auprès du Centre d’étude électorale de l’Université nationale de Chengchi, la grande majorité des électeurs taïwanais sont favorables à une certaine variation du statu quo actuel. Les partis politiques taïwanais sont obligés de naviguer dans cette réalité, qui agit comme une rupture avec les voix les plus extrêmes au sein du système politique.

Enfin, quel que soit le déroulement de l’élection présidentielle à Taiwan, Washington devra travailler en étroite collaboration avec les dirigeants nouvellement élus. Cet impératif exige que les responsables et décideurs américains restent strictement neutres dans leurs positions et leurs déclarations sur les élections à venir. L’administration Biden a à juste titre signalé sa détermination à ne pas enregistrer de préférence dans le processus électoral de Taiwan. D’autres dirigeants élus devraient adopter une approche similaire.

Alors que Pékin cherche à isoler et à contraindre Taïwan, il est impératif que les décideurs américains renforcent la confiance, la détermination et la résilience de l’île. La meilleure stratégie, alors, pour ceux qui cherchent à faire avancer les intérêts américains dans la région et à soutenir Taïwan est d’encourager les efforts pacifiques d’une démocratie dynamique pour transférer le pouvoir politique par le biais d’un vote populaire.

Jude Blanchette est titulaire de la chaire Freeman d’études chinoises au Centre d’études stratégiques et internationales. Ryan Hass est chercheur principal et titulaire de la chaire Michael H. Armacost et de la chaire Koo en études taïwanaises à la Brookings Institution.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire