Comment les travailleurs immigrés d’Amazon se sont organisés pour gagner un syndicat à Staten Island

0
96

BS

j’étais à l’un d’eux [captive audience] des réunions avec les antisyndicaux lorsque l’un des membres de l’ALU, Cassio, a commencé à corriger les mensonges qu’ils nous disaient. Il a été expulsé de la réunion, mais après je lui ai parlé. Il m’en a dit beaucoup plus sur le syndicat et je me suis dit : « C’est le bon combat, je suis dedans, je ne veux pas être un spectateur. Vivant à New York, je sais que les syndicats sont des outils puissants pour protéger les intérêts de leurs membres : regardez les travailleurs du métro du MTA, les pompiers du FDNY, les travailleurs de l’assainissement et même la police du NYPD.

Alors j’ai dit à Cass: “Je veux faire partie de ça.” Il m’a invité aux réunions hebdomadaires en personne les mercredis, où j’ai pu apprendre beaucoup et obtenir beaucoup de littérature. Lors de ces réunions de comité, nous avons analysé où nous en étions et discuté de la manière d’être le plus efficace. J’ai aussi commencé à fréquenter les banques téléphoniques au [UNITE HERE Local 100] siège du syndicat à Manhattan.

J’ai vu que j’étais bien placé pour aider à l’effort. Je n’ai jamais fait partie d’un syndicat, mais j’ai beaucoup d’expérience dans l’organisation parce que je suis le secrétaire général de l’ACASI, l’Alliance communautaire africaine de Staten Island. Et j’ai des compétences, pas seulement avec les réseaux sociaux, mais aussi avec les langues — je parle français, arabe, anglais et trois langues africaines. Cela m’a donc beaucoup facilité la communication avec les travailleurs immigrés à l’intérieur du bâtiment. Et il y a beaucoup d’entre nous ici sur Amazon – Sénégalais, Nigérians, Libériens, Ghanéens, Algériens, Égyptiens, Libanais, Pakistanais, Albanais, Polonais, Philippins, Malaisiens et beaucoup de Latinos.

Nous nous voyons fréquemment, que ce soit à l’heure du déjeuner ou pendant les pauses ou parfois en sortant du travail. Mais pour être honnête, beaucoup de travailleurs ici n’étaient pas impressionnés au départ par les efforts déployés pour créer un syndicat – ils voulaient juste venir travailler et rentrer chez eux. Les gens se plaignaient beaucoup, mais ils ne voulaient rien faire.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire