Contes de mystère et d’imagination à Skopje – Partie 2

0
373

L’opposition conservatrice de Macédoine du Nord a échoué dans sa tentative du 11 novembre de renverser le gouvernement du Premier ministre Zoran Zaev. Cela s’est produit uniquement parce que les législateurs de la coalition au pouvoir ont pu mettre un terme à un vote de défiance en raison d’un manque de quorum après la mystérieuse disparition d’un seul député aligné sur l’opposition, après avoir signalé via les réseaux sociaux qu’il avait eu des contacts avec des représentants diplomatiques étrangers. Cette curieuse tournure des événements a laissé au Parlement un membre en dessous du nombre requis pour organiser le vote de défiance (61 sur 120).

L’opposition conservatrice, dirigée par le parti VMRO-DPMNE, avait indiqué précédemment que si Zaev perdait le vote de défiance, ils essaieraient de former un nouveau gouvernement avec de nouveaux alliés parlementaires, s’ils pouvaient être trouvés, avant de se diriger vers des élections anticipées.

Les négociations d’adhésion à l’UE étant indéfiniment retardées, l’objectif essentiel du gouvernement Zaev, son parti social-démocrate (SDSM), a été bien en deçà des prévisions des élections municipales d’octobre. Après ces résultats, Zaev s’est engagé à démissionner, l’une de ses tactiques fréquemment utilisées.

Les développements ne se sont pas arrêtés là. Le comité au pouvoir du parti SDSM a accepté le 27 novembre la démission de Zaev de la direction du parti et a programmé un vote sur un successeur pour le 12 décembre. On pense que le nouveau chef du parti sera également soumis au parlement pour remplacer Zaev en tant que prochain Premier ministre de Macédoine du Nord assumant le le pays n’avance pas vers les élections. Les médias locaux rapportent que le ministre des Finances Dimitar Kovacevski est actuellement le favori pour remporter la présidence du SDSM.

Le long adieu

Bien qu’il y ait un réalignement interne au sein du SDSM à la suite des lourdes pertes lors des élections municipales d’octobre, il est en effet probable maintenant que le SDSM restera en place en tant que principal partenaire de coalition dans un nouveau gouvernement avec une majorité légèrement plus importante dans les 120 -siège du Parlement qu’il n’en a eu jusqu’à présent. Zaev a dépensé une quantité extraordinaire d’énergie à essayer de concocter une coalition avant de quitter ses fonctions plus tard ce mois-ci si, effectivement, il part à ce moment-là. Utilisant la perspective habituelle de lancer « bientôt » des pourparlers d’adhésion à l’UE, Zaev a formé une coalition provisoire avec un petit parti albanais qui pourrait fournir à la nouvelle coalition jusqu’à 64 voix au parlement, en supposant que le plus grand parti albanais du pays, The Democratic L’Union pour l’intégration (DUI) ne rompt pas les rangs au sujet des concessions que Zaev fait (par exemple plus de postes ministériels) pour attirer les petits partis albanais dans sa coalition.

La question bulgare n’est toujours pas résolue

Depuis les élections bulgares du 14 novembre, lorsque le parti anti-corruption « Nous continuons le changement » (PP) a remporté la majorité, des travaux sont en cours sur la formation d’une nouvelle coalition gouvernementale. Des signaux de Sofia révèlent qu’un accord est considéré comme proche et qu’une nouvelle coalition de droite et de centre-gauche pourrait être annoncée la semaine du 13 décembre.

Même ainsi, ce timing rend peu probable que le «scénario fantastique» que certains journalistes et responsables des Balkans préconisent soit possible, c’est-à-dire un accord éclair presque magique entre Sofia et Skopje résolvant le différend bilatéral de longue date sur la langue et l’identité à temps pour la Bulgarie. de lever son veto cette année (pendant la fin de la présidence slovène de l’UE) sur le lancement des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord. Néanmoins, les rumeurs habituelles d’initiatives de dernière minute pour résoudre le problème bilatéral cette année circulent, comme elles le font avant de nombreux Conseils européens. La Bulgarie, quant à elle, nie que ce scénario soit même possible et des responsables à Sofia ont affirmé cette semaine que leur veto sur la Macédoine du Nord restait fermement en place.

Washington vient appeler, apportant peu de cadeaux

Non content de laisser les Macédoniens du Nord régler leurs propres problèmes à leur rythme, le sous-secrétaire adjoint du Bureau européen du département d’État américain, Gabriel Escobar, porte également le titre que son prédécesseur a repris sous l’administration Trump alias « représentant spécial pour les Balkans occidentaux ». (pas de différence essentielle) a visité Skopje le 6 décembre.

Au cours de cette visite de familiarisation, il a rencontré le président de la Macédoine du Nord, le Premier ministre et d’autres responsables clés. Ses commentaires publics semblaient se concentrer fortement sur le soutien à l’intégration de la Macédoine du Nord à l’UE, ce qui ne signifiait essentiellement rien puisque Washington n’a aucune influence réelle sur les décisions d’élargissement de l’UE à Bruxelles. Au lieu de cela, les États-Unis ont été essentiellement une pom-pom girl pour Zaev depuis l’accord Prespes de 2018 avec la Grèce qu’ils ont activement aidé à forger l’ONU et ont fonctionné comme un surveillant informel.

En conséquence, des visites et des rappels de haut niveau à Skopje et à Athènes sont nécessaires de temps en temps pour éviter que l’accord Prespes ne perde de son attrait, de peur que quiconque dans ces capitales ne commence à spéculer que l’administration Biden s’est concentrée sur d’autres préoccupations plus urgentes.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire