Craignant un recul de la reprise, l’OPEP+ s’en tient aux plans d’augmentation progressive de la production de pétrole

0
35

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés dirigés par la Russie, un groupe appelé OPEP+, ont rejeté les demandes d’approvisionnement supplémentaire des États-Unis pour stopper la hausse des prix, acceptant le 4 novembre de s’en tenir aux plans visant à augmenter la production de pétrole de 400 000 barils par jour à partir de décembre.

“Les pays de l’OPEP+ ne sont pas entièrement convaincus que l’économie mondiale est exempte de risque Covid”, Chris Weaver, co-fondateur de Macro-Advisory à Moscou, a déclaré à New Europe le 5 novembre, ajoutant qu’ils rajoutaient du pétrole chaque mois tout en surveillant l’évolution de la demande et des niveaux de stocks.

«Je pense qu’ils sont plus inquiets d’un revers de la reprise que d’une compression de l’offre. C’est pourquoi ils ne répondent pas aux demandes américaines de plus de pétrole à court terme », a déclaré Weafer.

Lors de la 22e réunion ministérielle OPEP et non-OPEP, tenue par visioconférence, le 4 novembre, les ministres de l’OPEP+ ont réaffirmé l’engagement continu des pays participants à la Déclaration de coopération (DoC) pour assurer un marché pétrolier stable et équilibré, l’efficacité et la sécuriser l’approvisionnement des consommateurs et fournir de la clarté au marché lorsque d’autres parties du complexe énergétique en dehors des frontières des marchés pétroliers connaissent une volatilité et une instabilité extrêmes, et continuer à adopter une approche proactive et transparente qui a assuré la stabilité des marchés pétroliers .

“L’OPEP a déjà été là, lorsque le prix du pétrole augmentait rapidement dans un contexte de demande croissante”, a déclaré Weafer, rappelant qu’elle avait déjà répondu aux demandes des pays consommateurs pour plus de pétrole, puis, relativement rapidement, s’est retrouvée dans une situation de offre excédentaire et prix bas. « L’OPEP a appris des expériences précédentes, et ils ont spécifiquement appris à ne pas faire d’ajustements instinctifs de l’offre. Cela lui a coûté cher dans le passé », a déclaré Weafer. “Ainsi, ils s’en tiennent à leur stratégie convenue d’un retour progressif de l’offre et surveillent de près les données de la demande et des stocks”, a-t-il ajouté.

“L’époque où l’OPEP était intimidée par des mesures d’opportunité à court terme par les grands pays consommateurs est bel et bien révolue”, a-t-il déclaré.

Selon Weafer, il est très peu probable que l’OPEP+ ajoute plus de pétrole que prévu actuellement pendant les mois d’hiver. Il évaluera la situation au printemps, c’est-à-dire le deuxième anniversaire de l’arrêt de la production, puis décidera des actions à entreprendre. “Il est très peu probable de faire quoi que ce soit avant cela”, a-t-il déclaré.

Le 5 novembre, le brut Brent a augmenté de 1,73 $, ou 2,2%, à 82,27 $ le baril à 11h20 HAE (15h20 GMT). Le brut West Texas Intermediate (WTI) a gagné 2,08 $, ou 2,6 % à 80,89 $, a rapporté Reuters.

« Il est intéressant de noter que les hauts responsables de l’OPEP, tels que le ministre saoudien du Pétrole, font désormais écho à ce que le président (russe) (Vladimir) Poutine a dit à propos du marché européen du gaz. Poutine attribue la récente flambée des prix du gaz au fait que les pays occidentaux se sont lancés tête baissée dans une nouvelle stratégie énergétique, c’est-à-dire basée sur les énergies renouvelables et les objectifs de réduction des émissions, sans aucune idée claire sur la gestion de la transition énergétique », a déclaré Weafer à New Europe.

« Essentiellement, le ministre du Pétrole d’Arabie saoudite, Prince Abdulaziz ben Salmane, a déclaré cette semaine que l’Occident ne devrait pas blâmer les producteurs de pétrole pour leur échec. C’est à peu près ce que le président Poutine a dit », a déclaré Weafer.

Vice-Premier ministre russe Alexandre Novak a déclaré le 5 novembre que le prix du pétrole à environ 80 dollars le baril reflétait objectivement la situation actuelle du marché. « À mon avis, le prix d’aujourd’hui à environ 80 $ le baril reflète objectivement la situation actuelle. Voyons ce qui se passera en décembre-janvier, à partir des faits que j’ai mentionnés », a déclaré Novak dans une interview à la chaîne de télévision Rossiya-24, a rapporté Tass.

Selon le ministre russe de l’Énergie, il existe désormais un certain nombre d’incertitudes sur le marché qui peuvent jouer un rôle dans la baisse du prix du pétrole, tout dépendra de la situation fin 2021-début 2022. « Il y a de nombreux facteurs qui poussent le prix à la hausse, ainsi que de nombreuses incertitudes qui peuvent faire baisser le prix », a déclaré Novak, ajoutant : « Tout dépendra de la situation qui se développera entre novembre et décembre 2021 et le premier trimestre de 2022. Nous voyons maintenant la propagation du delta, qui est un facteur négatif, des mesures restrictives sont introduites dans de nombreux pays ».

suivre sur twitter @energyinsider



La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici