Crise à la frontière polono-biélorusse

0
56

Utiliser des vies humaines pour faire chanter les gouvernements de nations rivales est aussi vieux que la civilisation humaine. Ces dernières années, cependant, des pays comme la Turquie, et maintenant l’ancienne république soviétique de Biélorussie, ont porté ce concept à un nouveau niveau – la militarisation des réfugiés pauvres, sous-éduqués et non qualifiés du Moyen-Orient et d’Afrique subsaharienne, dont la plupart fuient leur foyer dans l’espoir de trouver une vie meilleure en Europe.

Ces derniers mois, le gouvernement totalitaire de Biélorussie a tenté de fabriquer une crise migratoire aux frontières de la Pologne et de la Lituanie ; La réponse de Minsk aux sanctions occidentales après que le KGB du pays a violemment limogé les manifestations en faveur de la démocratie en août et septembre 2020, à la suite d’élections truquées qui ont donné au dictateur de longue date du pays, Alexandre Loukachenko, un nouveau mandat.

Le 10 novembre, l’Union européenne a accusé la Biélorussie d’avoir organisé une “attaque hybride” en poussant des migrants à travers la frontière vers la Pologne. Ces migrants, qui auraient été attirés en Biélorussie avec une fausse promesse de libre passage par des « agences de voyages » non autorisées au Moyen-Orient, en Afghanistan et en Afrique se sont retrouvés en Biélorussie de Loukachenko, un homme qui n’a pas l’intention de permettre aux réfugiés de rester, mais il est plus que disposé à les aider à violer la Pologne et les frontières de l’UE en déclenchant une crise de migrants.

L’Union européenne, qui a sanctionné à plusieurs reprises la Biélorussie pour violations des droits de l’homme, a accusé Minsk d’attirer des migrants de pays appauvris et déchirés par la guerre, puis de les pousser vers la Pologne.

Les membres occidentaux du Conseil de sécurité de l’ONU ont condamné la Biélorussie pour l’escalade de la crise. Dans une déclaration ferme, l’Occident a accusé la Biélorussie d’utiliser les migrants pour déstabiliser la frontière orientale de l’Union européenne.

Loukachenko a déclaré que son pays devrait réagir si l’UE imposait une nouvelle série de sanctions. Il a ensuite laissé entendre qu’il couperait l’approvisionnement en gaz de l’Europe si de nouvelles sanctions étaient imposées.

La Russie, seul allié de la Biélorussie dans la crise, a vivement critiqué l’Occident pour avoir soutenu le traitement des migrants par la Pologne, le Kremlin accusant l’Europe de ne pas être à la hauteur de ses propres idéaux humanitaires et d’essayer d'”étrangler” la Biélorussie avec des plans pour fermer une partie de la frontière. Moscou a déclaré qu’il était inacceptable que l’UE impose des sanctions à la Biélorussie à cause de la crise.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici