Crise alimentaire non liée aux sanctions – États-Unis – RT World News

0
72

Washington affirme que ses restrictions sur la Russie n’affectent pas le marché alimentaire mondial

Bien qu’ils aient tiré la sonnette d’alarme sur la hausse des prix alimentaires mondiaux, les États-Unis n’ont pas l’intention de lever les restrictions sur le commerce russe, a déclaré mercredi le porte-parole du département d’État américain Ned Price aux journalistes lors d’un point de presse quotidien.

Moscou dit qu’ils affectent sa capacité à exporter de la nourriture et des engrais, mais c’est un “mensonge,” il a dit

“Nous ne lèverons certainement pas nos sanctions en réponse à des promesses vides, et nous avons déjà entendu des promesses vides de la part de la Fédération de Russie”, a-t-il ajouté. Price a déclaré lorsqu’on lui a demandé si Washington renoncerait aux restrictions comme Moscou l’avait suggéré.

Les États-Unis ont accusé la Russie d’avoir provoqué une flambée des prix des denrées alimentaires en poursuivant son action militaire en Ukraine. Les nations occidentales ont appelé la Russie à faciliter l’exportation de céréales d’Ukraine, mais Moscou a déclaré que la situation était complexe et pas aussi unilatérale que les nations occidentales le prétendent.

L’un des derniers commentaires sur la question est venu mercredi du vice-ministre russe des Affaires étrangères Andrey Rudenko. Il a déclaré que l’atténuation de la crise alimentaire exigerait “la levée des sanctions imposées sur les exportations et les transactions financières russes” ainsi que “retirer les mines marines de tous les ports ukrainiens”.




Price a rejeté cette déclaration et d’autres faites par des responsables russes comme une série de “mensonges” et “désinformation”.

« Les sanctions américaines ne perturbent pas les exportations agricoles russes. Le fait est que les sanctions américaines ont été spécifiquement conçues pour permettre l’exportation de produits agricoles et d’engrais depuis la Russie », il a dit.

Washington aurait envisagé à un moment donné d’imposer des sanctions contre la nourriture et les engrais russes, alors même que les acheteurs de produits russes comme le Brésil s’y sont fortement opposés. Le secrétaire américain à l’Agriculture, Tom Vilsack, a déclaré que “peut-être que des sacrifices sont nécessaires pour faire face à la guerre injustifiée que la Russie a choisi de déclencher”, lors d’une réunion de l’ONU sur la sécurité alimentaire en mars. Finalement, Washington s’est prononcé contre une telle décision et a ajouté les produits alimentaires et les engrais à une liste d’exemptions.

Le porte-parole du département d’État a laissé entendre que des responsables russes, dont Rudenko, prétendaient faussement le contraire. Pendant ce temps, Moscou affirme que ses exportations de produits alimentaires et d’engrais sont indirectement affectées par les restrictions sur les transactions financières, l’assurance des navires, l’utilisation des installations portuaires occidentales par les navires russes et des facteurs similaires.


La Russie met en garde contre une coalition navale pour escorter le grain ukrainien

De même, c’est la décision de l’Ukraine de déployer des mines le long de ses côtes pour empêcher d’éventuelles attaques amphibies russes et d’interdire aux navires étrangers de quitter ses ports, a déclaré Moscou. Il a déclaré que son armée n’arrêterait pas le trafic civil vers les ports ukrainiens, à condition que les navires empruntent des routes désignées et contrôlées par la Russie. Mais la Russie ne peut à elle seule assurer leur sécurité, a-t-il ajouté. Les responsables occidentaux accusent Moscou de maintenir un blocus naval complet de l’Ukraine.

Price et d’autres responsables occidentaux, comme le secrétaire britannique à la Défense Ben Wallace, ont interprété les remarques de Rudenko comme une offre de libre passage aux navires transportant du grain ukrainien en échange d’un allégement des sanctions.

La Russie a lancé une offensive contre l’Ukraine fin février, après l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire