Crise et lutte des classes en Iran

0
60

Une nouvelle vague de grèves et de protestations a balayé l’Iran depuis le début de 2022. Les protestations contre les pénuries d’eau et les prix du pain, ainsi que les grèves nationales des enseignants, ont secoué le pays. De la plus petite province du Khorasan à la capitale Téhéran, les gens sont descendus dans la rue avec deux chants : « Mort au dictateur » et « Victoire aux travailleurs ».

L’économie iranienne traverse une grave crise. La monnaie a atteint sa valeur la plus basse jamais enregistrée en juin et l’inflation annuelle se situe à 41,5 % et l’escalade, selon les chiffres du Centre statistique d’Iran. Le prix des denrées alimentaires de première nécessité a augmenté de 90,2 %, et les dépenses des ménages ont triplé, tandis que les salaires réels continuent de baisser. Le gouvernement a réagi en intensifiant les mesures d’austérité. Plus récemment, l’État a réduit les subventions au blé, ce qui a multiplié par treize le prix du pain, et a éliminé les subventions pharmaceutiques.

Depuis 2018, la classe ouvrière iranienne porte le fardeau de l’écrasement des sanctions américaines. Puis, en 2020, le COVID-19 a ravagé le pays, avec 7,5 millions de cas (enregistrés) et plus de 143 000 décès, bien que le nombre réel soit probablement beaucoup plus élevé. Des vidéos d’hôpitaux inondés de malades ont été publiées sur Internet, montrant des personnes implorant des médicaments et des cadavres entassés devant les urgences.

Le régime actuel est incroyablement impopulaire. L’année dernière, le conservateur pur et dur Ebrahim Raisi a remporté la présidence après le taux de participation le plus bas en 40 ans. Raisi est tristement célèbre pour avoir mené une série de chasses aux sorcières contre les dissidents politiques. En 1988, il dirige la « commission de la mort », qui préside à l’exécution de milliers de prisonniers politiques. Raisi au pouvoir signifie l’approche de plus en plus répressive de l’État face aux crises internes et à la dissidence, ainsi que les ambitions impérialistes croissantes de la classe dirigeante dans la région.

Les émeutes du pain ont éclaté pour la première fois dans la province méridionale du Khouzistan début mai après que le gouvernement a réduit les subventions au blé. Abritant une importante minorité arabe et les militants des travailleurs de la canne à sucre du syndicat Haft Tappeh, la province est un foyer de lutte. Des émeutes et des manifestations se sont propagées dans 40 villes et villages, des personnes occupant des bâtiments gouvernementaux, prenant d’assaut des banques et saisissant des entrepôts de farine. Les habitants de Junqan ont même tenté d’incendier la base d’une milice soutenue par l’État.

Ces premières émeutes ont été écrasées par l’armée, mais bientôt la colère a refait surface dans la ville d’Abadan. L’effondrement de deux immeubles de grande hauteur appartenant à Hossein Abdol-Baghi, l’un des hommes les plus riches d’Abadan, a tué plus de 40 personnes. Les manifestants ont rapidement envahi les rues pour réclamer la mort d’Abdol-Baghi et la justice pour les victimes. La colère monte au point qu’Abdol-Baghi doit fuir la ville sous la protection des forces de sécurité. Lorsque le gouvernement a tenté de pacifier les manifestants en envoyant un porte-parole dans la ville, il a été crié en direct à la télévision par des manifestants scandant «Mort au dictateur».

Ces luttes urbaines ont fait suite à une vague d’actions syndicales lancées début 2022 en réponse à la crise du coût de la vie. Les enseignants ont mené cette bataille. Organisés dans le cadre du Conseil de coordination des syndicats d’enseignants, ces travailleurs ont mené une série de grèves, de rassemblements et d’occupations à l’échelle nationale, y compris d’énormes manifestations à travers le pays le 1er mai. Alors que la campagne se poursuit, les enseignants ont avancé des revendications politiques, notamment le droit de former des syndicats indépendants, la gratuité de l’enseignement, le droit à l’éducation pour les minorités nationales, la libération des prisonniers politiques et le droit d’enseigner sans contrôle de l’État.

La radicalisation des enseignants a commencé en 2017, lorsqu’une vague de grèves a conduit à la création de syndicats indépendants et que le Conseil de coordination des syndicats d’enseignants est devenu l’organe national représentant les enseignants. Mais l’assaut du COVID-19 au début de 2020 a marqué un tournant pour les enseignants, car l’éducation a été mise en ligne et les enseignants ont commencé à mettre en place des réseaux de communication impliquant des milliers de travailleurs à travers le pays.

Une Shura de coordination – un organisme faîtier national élu représentant tous les syndicats d’enseignants à travers le pays – a été créée en ligne pour coordonner la prise de décision collective sur les revendications politiques, la stratégie et les tactiques du mouvement. Mais lorsque la Shura de coordination est entrée en action, elle a également fait entrer dans le giron d’autres couches de la société, y compris les étudiants et les retraités. Plus important encore, la Shura de coordination a commencé à organiser collectivement les travailleurs, dans toutes les industries, pour protester et faire grève ; de cette manière, il s’étend au-delà du Conseil de coordination des syndicats d’enseignants.

Après que les enseignants ont mené la mobilisation nationale illégale du 1er mai, le gouvernement a rassemblé des centaines de syndicalistes de premier plan et les a jetés en prison. Immédiatement, une campagne a été lancée par la Shura de coordination pour exiger leur libération. D’autres syndicats militants comme Haft Tappeh, le Syndicat des travailleurs des bus de Téhéran, le Syndicat Vahed et le Syndicat des retraités ont lancé des campagnes de solidarité avec les enseignants emprisonnés et ont organisé des manifestations et des grèves pour exiger leur libération inconditionnelle. De manière impressionnante, la force de leur campagne pour libérer les enseignants emprisonnés a forcé le régime à faire des concessions partielles.

Le développement récent le plus significatif du mouvement ouvrier iranien est peut-être la réémergence et la vulgarisation de la politique et de l’organisation marxistes parmi des sections de travailleurs. La «Comité d’action syndicale» (CLO) est l’une des nombreuses organisations socialistes révolutionnaires qui se construit actuellement parmi enseignants, Avait des travailleurs de Tappeh et travailleurs du pétrole. DCA mission déclarée est de jeter les bases d’un parti ouvrier socialiste révolutionnaire qui pourra un jour renverser l’État capitaliste par la révolution. Les militants impliqués dans ces groupes risquent d’être enlevés, torturés et même tués, et opèrent en grande partie dans la clandestinité.

L’influence croissante de la politique socialiste parmi les sections avancées des travailleurs, malgré la répression du régime, est le produit de la montée de la lutte en Iran. Les graines de l’organisation socialiste révolutionnaire commencent à être plantées dans des sections spécifiques de la classe ouvrière iranienne – enseignants, chauffeurs de bus, ouvriers d’usine et du pétrole. Il s’agit d’un développement prometteur qui, s’il se développe davantage dans les années à venir, a le potentiel de poser un sérieux défi au capitalisme iranien.

Source: https://redflag.org.au/article/crisis-and-class-struggle-iran

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire