Critique : “Nos membres sont illimités : une bande dessinée sur les travailleurs et leurs syndicats”

0
70

Critique : “Nos membres sont illimités : une bande dessinée sur les travailleurs et leurs syndicats”

Dans un paysage politique où la hausse du coût de la vie et les attaques contre les conditions de travail confrontent un mouvement syndical paralysé par des dirigeants et une bureaucratie veules, il est facile d’oublier à quoi ressemble vraiment le combat. En Australie aujourd’hui, malgré les meilleurs efforts des militants de base, la lutte de masse de la classe ouvrière est à la baisse. Pour une génération de jeunes travailleurs, cela signifie qu’il ne s’agit pas tant d’oublier à quoi ressemble le vrai syndicalisme militant que de ne jamais l’avoir connu au départ.

Dans ce contexte, la nouvelle bande dessinée de l’activiste et artiste de Melbourne Sam Wallman Our Members Be Unlimited: Une bande dessinée sur les travailleurs et leurs syndicats est une chose rare et vitale. Le livre trace une histoire sélectionnée de l’organisation syndicale, dissipant les mythes et citant toutes sortes de leçons en cours de route.

Membre du Workers’ Art Collective, Wallman a produit un ensemble impressionnant d’œuvres à utiliser dans de nombreuses campagnes syndicales et militantes. Il n’est donc pas surprenant que son premier livre soit tout aussi pratique, exposant un véritable argument en faveur de l’activité syndicale de base à un moment où elle est cruellement nécessaire. Cet argument est présenté de manière si dynamique et est si solidement ancré dans la propre expérience de Wallman de tenter de s’organiser dans un entrepôt australien d’Amazon, que l’appel à l’action est impossible à ignorer.

Il y a un sens dans le style d’illustration de Wallman que rien n’est statique. Chaque panneau est chargé de visages qui sont saisis à mi-pli avec soulagement ou exaspération, et tout est souligné ou souligné avec la courbure du mouvement constant. Le résultat est un dynamisme irrésistible qui permet à Wallman de se déplacer avec aisance entre le personnel, individuel et momentané, et le politique, collectif et historique. Compte tenu du contenu narratif, il ne s’agit pas simplement d’une caractéristique technique de l’œuvre. Il s’agit plutôt d’une évocation d’une politique qui encadre les choses dans une image plus grande, une image que le livre cherche fondamentalement à changer.

Un exemple particulièrement efficace de cela est dans une séquence autobiographique dans laquelle le personnage de Wallman parle à un collègue travailleur d’Amazon de la façon dont ils se voient tous les deux comme des personnages de la mythologie grecque pour traverser leurs changements ennuyeux. Le personnage de Wallman raconte le mythe de Sisyphe poussant un rocher sur une colline encore et encore. Le rocher est d’abord représenté comme un produit transporté dans l’allée de l’entrepôt, mais au fur et à mesure que la métaphore est élaborée, Wallman devient le Sisyphe de la Grèce antique, qui commence à regarder le rocher qu’il pousse jour après jour, seulement pour voir des fissures qu’il n’est pas remarqué auparavant – des fissures qui suggèrent qu’un autre monde au-delà de cette corvée est possible. La barrière qui empêche les travailleurs de voir ces contradictions pour ce qu’elles sont réellement se matérialise alors sous la forme du DING ! des combinés Amazon arrache le personnage de ce moment d’enquête pour le ramener à la monotonie mortelle du travail en entrepôt.

La force du livre réside dans son refus de céder à ce sentiment d’aliénation et de nihilisme. Les choix esthétiques et d’observation de Wallman lui permettent de faire ressortir l’humanité, non seulement de chaque travailleur individuel qui peuple les panneaux et les marges, mais aussi celle qui s’exprime organiquement, par les personnages en tant que classe. Il y a une séquence dans laquelle Wallman réfléchit sur les éléments sensoriels du travail de l’entrepôt – le bruit de la pluie sur le toit, la lumière se reflétant sur les sols en béton poli – qui, dans sa perspicacité et sa tactilité, contraste avec le détachement sans âme que le lieu de travail est conçu pour imprégner ses travailleurs.

Ensuite, il y a les histoires de travailleurs qui s’organisent collectivement. Parmi eux se trouvent des ouvriers bangladais de l’habillement qui mènent des manifestations à l’échelle nationale et des chauffeurs de Deliveroo qui organisent des grèves sauvages. Il y a des ouvriers britanniques qui combattent les fascistes et des ouvriers du bâtiment en Australie qui s’unissent contre l’homophobie. Tout cela est tempéré par les propres expériences de Wallman d’appliquer les leçons et les tactiques de base de l’organisation syndicale dans son propre lieu de travail. Chacune de ces anecdotes est rendue dans le même dessin au trait audacieux et bancal qui, même en relatant des victoires, suggère qu’il y a encore plus de pouvoir latent contenu dans la masse des travailleurs unis. Bien que ce sentiment propulsif d’agitation soit quelque peu perdu lorsque les illustrations deviennent plus abstraites pour s’adapter à de gros morceaux de texte, Wallman ne faiblit jamais dans sa description de la capacité des travailleurs à mettre en œuvre des changements significatifs.

Après cette histoire choisie des luttes syndicales et du passé de la résistance ouvrière, une figure fantomatique affirme que raconter ces histoires n’est pas simplement se vautrer dans la nostalgie du bon vieux temps. Le personnage dit : « Ma vision du travail est gouvernée par la nostalgie d’une époque qui n’est pas encore née ». Pourtant, l’expression spécifique de l’espoir que Wallman situe dans les luttes passées est l’aspect le plus émouvant et le plus prémonitoire de Nos membres sont illimités. Parce que ce n’est pas un espoir passif que les choses s’amélioreront au fil du temps. C’est le genre d’espoir provocateur qui, bien que tourné vers l’avenir, tient compte de l’affirmation de Walter Benjamin selon laquelle ce n’est pas une libération future imaginée, mais une véritable histoire concrète de souffrance, de sacrifice et de résistance qui stimule la classe ouvrière et qui éclaire la voie vers une meilleure monde. Ainsi, le livre commence par une liste des victoires des luttes passées, suivie des sanctions souvent brutales encourues par ceux qui ont osé se battre. Il ne s’agit pas de dissuader les lecteurs de s’organiser, mais de les inspirer.

Au milieu d’une période de petite lutte de classe et de crise massive, cette inspiration, ainsi que la patience et le courage que Wallman y associe, sont nécessaires.

Au début du texte, un personnage parcourt les livres qu’il emballe à l’entrepôt d’Amazon et tombe sur un passage de Stephen Jay Gould : « Je suis, en quelque sorte, moins intéressé par le poids et les circonvolutions du cerveau d’Einstein que par la quasi-certitude que des gens de talent égal ont vécu et sont morts dans des champs de coton et des ateliers clandestins ». À cette fin, bien qu’il s’agisse d’une ressource politique utile et d’une histoire en pot, Nos membres sont illimités est aussi le reflet de notre chance. Parce que le talent de Wallman n’a, peut-être miraculeusement, pas été victime du désespoir et de la corvée du capitalisme. De plus, c’est une petite mais très bienvenue victoire sur ce système barbare qu’il ait consacré ce talent à se battre pour nous.

Nos membres sont illimités est publié par Scribe.

Source: https://redflag.org.au/article/review-our-members-be-unlimited-comic-book-about-workers-and-their-unions

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire