Cuba réaffirme le socialisme tout en comptant avec son secteur privé

0
188

Le programme d’hégémonie mondiale des États-Unis s’est continuellement heurté à la quête d’indépendance et de souveraineté de Cuba, et ce de manière plus intense depuis la victoire de la révolution en 1959. L’administration Kennedy a lancé un blocus contre Cuba en 1962, lançant une campagne incessante de famine et de privation contre les habitants de l’île. 11 millions d’habitants. Cependant, malgré le plus long embargo de l’histoire moderne, les Cubains ont réussi à construire des systèmes publics d’éducation et de santé de renommée mondiale, ainsi qu’une industrie biotechnologique innovante, et ont assuré à leurs citoyens une qualité de vie supérieure à celle de nombreux pays en développement.

Pourtant, les États-Unis ont intensifié leur blocus contre Cuba au cours des six dernières années, à commencer par l’ancien président Donald Trump qui a mis en œuvre 243 nouvelles sanctions, annulant ainsi le processus de normalisation initié par l’ancien président Barack Obama en 2014. Malgré les promesses électorales d’une approche plus équilibrée à l’égard de Cuba. Cuba, le président Joe Biden a amplifié la pression sur la nation.

En 2017, les États-Unis ont accusé le gouvernement cubain d’avoir déployé des attaques sonores contre les responsables de son ambassade, une affirmation qui s’est par la suite révélée fausse. Cependant, cette accusation a servi de prétexte pour geler les relations avec Cuba, provoquant un effondrement du tourisme et une perte de revenus puisque plus de 600 000 visiteurs américains annuels ont cessé de se rendre sur l’île. Sous les sanctions de Trump, Western Union a interrompu ses opérations à Cuba en 2020, perturbant ainsi les envois de fonds. Les services de visa ont été suspendus par l’ambassade américaine à La Havane en 2017, déclenchant la plus grande vague de migration irrégulière depuis 1980.

L’économie cubaine a souffert de ce blocus étendu, le PIB du pays étant tombé à 15 % en 2019 et à 11 % en 2020, le gouvernement et d’autres entités se trouvant dans l’incapacité d’acheter des produits de première nécessité en raison des restrictions bancaires imposées en raison du blocus. Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé en 2020, le solide système de santé cubain a été mis sous pression par les sanctions alors que le nombre de cas de variante Delta a augmenté et que la seule usine d’oxygène du pays est devenue non opérationnelle en raison de son incapacité à importer des pièces de rechange. Même si les patients cubains avaient du mal à respirer, Washington a refusé de faire des exceptions, n’offrant des vaccins fabriqués aux États-Unis qu’après que la plupart des Cubains aient été vaccinés avec des vaccins développés dans le pays.

Au cours de sa dernière semaine au pouvoir, en janvier 2021, l’ancien président Trump a inscrit Cuba sur la liste des États soutenant le terrorisme, ce qui rend presque impossible pour Cuba de s’engager dans des transactions financières normales nécessaires au commerce. Au cours des 14 premiers mois du mandat du président Biden, l’économie cubaine a perdu environ 6,35 milliards de dollars, empêchant Cuba de réaliser des investissements cruciaux dans son réseau énergétique vieillissant ou d’acheter de la nourriture et des médicaments. Alors que l’économie se contractait mais que le gouvernement persévérait dans son engagement à créer des emplois, l’inflation a ébranlé le peso cubain, dévaluant ce qui était déjà considéré comme de faibles salaires gouvernementaux. Même si le système de rationnement du pays garantissait à chacun un régime alimentaire de subsistance, il s’agissait d’un niveau de privation que les Cubains n’avaient pas ressenti depuis la période spéciale des années 1990, et aucune solution immédiate n’est en vue. Le gouvernement cubain s’est tourné vers d’autres voies de croissance et de développement.

En 2020, Cuba a commencé à s’appuyer davantage sur le secteur privé pour répondre à ses besoins fondamentaux en raison de la rareté croissante des biens. Alors que le secteur privé est en passe d’importer pour 1 milliard de dollars de biens en 2023 et que plus de 8 000 petites et moyennes entreprises se sont enregistrées depuis 2021, l’économie connaît une croissance lente à un taux de 1,8 %. La montée du secteur privé introduit de nouveaux défis pour tout projet socialiste.

Le président cubain Miguel Díaz-Canel a exprimé sa vision de l’avenir de Cuba, soulignant l’engagement du gouvernement à fournir des services essentiels à ses citoyens, mais également en faveur de changements à l’avenir. Il a fait valoir que la justice sociale n’est pas seulement une question de bien-être ou d’égalité, mais aussi une répartition équitable des revenus, où ceux qui cotisent davantage gagnent plus et ceux qui sont incapables de cotiser reçoivent l’aide du gouvernement.

Dans ce cheminement, le gouvernement cubain est confronté à une tâche ardue. Même si la montée du secteur privé a accru l’offre et fourni des biens indispensables, elle crée également de nouvelles disparités de revenus, ce qui contraste avec l’accent historique de Cuba sur une répartition équitable des richesses. De plus, si les nouvelles politiques du gouvernement parviennent à ramener la croissance économique et à fournir plus efficacement les approvisionnements nécessaires via le secteur privé – à un moment où l’État est essentiellement empêché de le faire – cela créera un nouveau contrepoids social à l’État lui-même. Cette dynamique changeante définira le deuxième et dernier mandat présidentiel de Díaz-Canel, alors que le gouvernement gérera l’équilibre entre la croissance du secteur privé et le maintien des principes socialistes qui sont au cœur de l’identité cubaine.

Jusqu’à présent, les dirigeants de la Révolution cubaine, tout en reconnaissant la nécessité de créer des richesses, se sont engagés à garantir que les bénéfices de cette richesse soient partagés entre tous ses citoyens. Díaz-Canel insiste sur le fait que le gouvernement sauvegardera le projet socialiste – en garantissant les services essentiels, certains gratuits et d’autres au coût le plus bas possible – tout en résistant aux appels de ses amis et de ses ennemis à se lancer dans des efforts de privatisation majeurs.

Au fil des années, Cuba a été confrontée à des défis économiques et politiques considérables. Au-delà du blocus économique, les catastrophes naturelles telles que l’ouragan Ian ont causé plus d’un milliard de dollars de dégâts et laissé plus de 100 000 familles sans abri. Les crises provoquées par la pandémie de COVID-19 ont éliminé le tourisme, première industrie du pays.

Alors que les gouvernements occidentaux ne perdent jamais une occasion de critiquer Cuba sur des bases économiques et politiques, de nombreux pays du Sud continuent de la soutenir comme un exemple de résilience et d’indépendance. Face à de nombreux défis, Cuba a choisi la voie de la résistance, s’adaptant et innovant continuellement face à l’adversité plutôt que de succomber aux pressions extérieures.

Face aux défis d’une économie mondiale marquée par la crise, Cuba s’efforce de maintenir son projet socialiste, de répondre aux besoins de son peuple et d’affirmer son indépendance. Bien qu’il soit confronté au plus long embargo de l’histoire moderne, le pays a réalisé des progrès significatifs en matière d’éducation publique, de soins de santé et de développement durable, surpassant ainsi de nombreuses économies avancées. L’avenir est peut-être semé d’embûches, mais le dévouement de Cuba envers son peuple et son chemin vers l’indépendance brillent comme une lueur d’espoir dans un monde encore incapable de répondre aux nombreux dilemmes de l’humanité. C’est en effet pourquoi la mission audacieuse de Fidel Castro à la caserne Moncada, il y a 70 ans, continue d’avoir une telle emprise sur l’imaginaire cubain. Malgré les revers temporaires, les Cubains survivent et vivent pour mener la prochaine bataille.

Cet article a été réalisé par Globetrotter.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/07/28/cuba-reaffirms-socialism-while-it-reckons-with-its-private-sector/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire