Dans les écrits de la prison d’Alaa Abd el-Fattah, la flamme de la révolution égyptienne brûle encore

0
89

Dans un premier chapitre de ses carnets, principalement écrits en prison, le dissident et écrivain égyptien Alaa Abd el-Fattah raconte comment il a utilisé la brève fenêtre démocratique de son pays après la révolution de 2011. Après la victoire des Frères musulmans aux élections de 2012 et l’assouplissement du blocus de Gaza, il s’est rendu sur ce territoire palestinien, traversant une frontière qui allait bientôt être refermée, comme elle l’est encore aujourd’hui.

Là, invoquant une description commune de Gaza comme une sorte de prison à ciel ouvert, il écrit – avec un souci typique de ne pas idéaliser ni banaliser – que dans la vie, ce sont les prisonniers qui comprennent le mieux la liberté. Ce n’est que parce que ce sentiment découle de la propre plume d’Alaa qu’il semble acceptable de suggérer que même d’une cellule de prison en Égypte, il a une liberté d’esprit que beaucoup en Occident ne possèdent même pas en dehors d’une seule.

L’écrivaine canadienne Naomi Klein écrit la préface d’une nouvelle édition américaine de Vous n’avez pas encore été vaincu où elle affirme — difficilement contestable — que dans ce livre vous lisez l’histoire vivante. Klein aborde également le fait que le mot le plus important du livre est peut-être le premier – l’ouverture de son titre superbe et vital : Toi.

Alaa Abd el-Fattah est aujourd’hui détenu dans la prison à sécurité maximale de la Torah, juste à l’extérieur du Caire. L’un des penseurs et écrivains les plus éminents de la révolution égyptienne, Alaa est issu d’une famille politique et a la malheureuse distinction d’avoir été emprisonné ou persécuté à chaque étape de l’histoire politique récente de l’Égypte : sous Hosni Moubarak, pendant la brève période de Le règne des Frères musulmans et – dans le contrecoup après son échec – le gouvernement actuel, probablement le plus brutal, sous l’ancien général de l’armée Abdel Fattah al-Sissi.

Depuis ses cellules, Alaa a rendu un service monumental aux personnes partout concernées par le destin de la démocratie, en esquissant les contours du changement politique dans ce qu’il a de plus urgent. Il a vécu, et écrit donc, des circonstances où la violence physique est si aiguë et l’expression politique si opprimée que vous ne pouvez pas être intimidé par l’urgence de la réforme par les froncements de sourcils de la société polie ou les faux prophètes de la fausse équivalence.

Les références politiques d’Alaa vont couramment de l’Afrique du Sud et du Congrès national africain aux pièges monopolistiques de la Silicon Valley et au financement des startups. Pour lui, ces idées globales s’associent clairement – ​​comme elles ne le font souvent pas – à côté de sa propre lutte pour la démocratie chez lui.

Dans un premier épisode du livre, le lecteur se voit offrir un moment révélateur au milieu de la révolution. Une famille copte à faible revenu, jamais desservie par l’État égyptien, est persuadée de compromettre son observation religieuse à la mort de son fils, afin qu’une autopsie puisse être pratiquée, que la brutalité policière soit prouvée et que justice soit rendue. Alaa décrit l’acte de transcendance dans un tel moment ; les pauvres et les personnes injustement endeuillées sont persuadées de croire en une justice et une politique qui n’ont jamais existé – et de placer la fragile promesse que cela pourrait effectivement être possible au-dessus de la tradition et de la foi qui sont tout ce qu’elles ont jamais eu.

Le grand cœur et l’éloquence d’Alaa lui permettent de décrire le sens d’un tel moment avec une clarté que la plupart des écrivains, journalistes et penseurs politiques n’auraient jamais pu faire. En effet, il semble que ses homologues occidentaux gagnent souvent leurs plateformes et paient précisément à condition qu’ils ne puissent jamais le faire.

À d’autres moments, Alaa raconte la colère d’un match de football entre un autre nouvel apport de dissidents dans la prison. Le match se joue sous un courant de ressentiments et d’incertitudes basés sur qui a été dans quelle prison, pendant combien de temps et qui a été torturé sur son chemin. Dans ce cas, comme tant d’autres, Alaa montre sa détermination colossale à toujours insister sur l’humanité, avec toutes ses imperfections. En se souciant simplement de tout écrire, il donne au lecteur une chance de traiter et d’agir sur l’information et l’analyse, sans le traumatisme de ceux qui sont forcés de vivre une telle brutalité.

Dire que Vous n’avez pas encore été vaincu est un livre important n’est pas de lui rendre justice. Encore une fois, ce mot d’ouverture – Toi — est nécessaire pour donner à ce livre l’impact qu’il mérite. Il serait impossible de lire cet ouvrage uniquement comme le genre de produit culturel que certains écrits politiques et même théoriquement radicaux peuvent assumer, mais ce serait aussi un péché de le lire et de ne pas au moins être fortifié dans sa fermeté contre les froncements de sourcils d’un société polie mais corrompue qui résiste encore à l’impératif de changement matériel en Égypte ou parmi ses partisans occidentaux.

Toujours conscient de lui-même, Alaa oppose le privilège relatif et les tortures moindres réservées aux dissidents connus comme lui, par rapport aux pauvres, ou aux habitants du Sinaï, ou à beaucoup de ceux des Frères musulmans. Parmi les formes moins graves de torture, il note les campagnes de diffamation, la banalisation de problèmes graves et la diffamation. S’il serait faux de comparer directement la souffrance des détenus à celle de l’extérieur, il serait tout aussi erroné de ne pas faire le parallèle avec les méthodes de répression douce à l’intérieur des démocraties dirigées de l’Occident, et de s’armer du courage d’Alaa.

Conformément à cette vocation mondiale, la pensée d’Alaa est implacablement universelle. Il fait référence à la tristement célèbre décision de Vodafone de couper les communications avec les manifestants pendant les moments clés de la préparation de la révolution égyptienne (tout en utilisant des images de la révolution pour annoncer le service qu’ils avaient soi-disant fourni). Mais il est également réaliste dans son évaluation selon laquelle – dans le plus pur style de “banalité du mal” – celui qui a pris la décision ou rédigé le contrat accordant un tel pouvoir au gouvernement d’Hosni Moubarak n’était peut-être même pas conscient qu’il l’avait fait. Alaa fait référence au lobbying politique de Vodafone pour une politique fiscale « compétitive » au Royaume-Uni, déversant un mépris légitime sur l’idée que les entreprises sont des entités politiquement neutres. Mais plus que cela, c’est l’un des nombreux exemples démontrant à quel point les paroles d’Alaa vont droit au cœur du monde occidental, qu’il semble souvent saisir plus pleinement depuis une prison du Caire que de nombreux commentateurs politiques à Londres ou à Manhattan.

Plus près de chez nous, la Palestine est une caractéristique constante des essais, ainsi qu’une prise de conscience que – en particulier à Gaza – la liberté palestinienne a été sacrifiée au gouvernement israélien de manière encore plus affirmée que les autres populations arabes n’ont été subjuguées par leurs propres despotes et copains. Il est clair qu’Alaa doit être libéré, et le gouvernement Sisi – qui ne jouit d’aucune légitimité interne mais d’un gros financement américain – ne peut pas continuer. Mais Alaa affirme plus directement que la plupart à quel point ces objectifs sont désormais également liés aux progrès accomplis pour mettre fin à l’apartheid israélien en Palestine, que même en Occident, de plus en plus de gens en viennent à comprendre comme le nœud à partir duquel tant de tyrannie régionale se défait.

Sissi est sans doute le principal coupable de la détention d’Alaa. Mais en lisant ses essais, il est difficile de ne pas considérer deux personnalités occidentales qui ont joué un rôle central dans la situation qui a vu Alaa, ses sœurs et jusqu’à cent mille autres Égyptiens transformés en prisonniers politiques.

Le premier d’entre eux est Barack Obama, avec la décision de son administration de ne pas déclarer la tuerie de 2013 sur la place Rabaa – lorsque des centaines, voire un millier de membres des Frères musulmans ont été massacrés par le gouvernement Sisi – dans le cadre du coup d’État, c’était si clairement le cas. Agir de la sorte aurait légalement interdit aux États-Unis de poursuivre les milliards de dollars d’aide militaire qui continuent d’affluer au Caire, et qui contribuent à verrouiller la violence par laquelle Sissi a arraché l’Égypte de la démocratie à la dictature.

Si nous sommes généreux, Obama peut se voir accorder quelques indemnités dans la mesure où ces quelques précieux mois de démocratie égyptienne ont été chaotiques, marqués aussi par la violence d’État. Au cours de celles-ci, les Frères musulmans ont bêtement fait beaucoup pour saper la révolution démocratique qu’ils venaient d’aider à gagner. Cela ne doit pas occulter le rôle des dizaines de milliards de dollars donnés par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite pour aider Sissi et ses hommes de main à prendre le pouvoir, ni l’œil aveugle qu’Obama a tourné vers cela. Mais peut-être, juste peut-être, quelque chose de cette sinistre étiquette «complexe» peut-il au moins être appliqué à son approche.

Aucune circonstance atténuante de ce type n’existe pour le président français Emmanuel Macron, qui, par une insensibilité que l’on ne peut que qualifier à juste titre de mal, a jugé bon aussi récemment qu’en 2020 d’épingler une Légion d’Honneur sur la poitrine ensanglantée de Sissi. Macron a de nombreuses tendances et vanités bonapartistes, mais dans aucun autre cas, ce petit politicien n’a vraiment été si petit, ni ne s’est montré si humblement un adversaire de la démocratie partout sur terre, en particulier là où elle est pratiquée par des Arabes ou des musulmans.

Sans se livrer à la pratique de plus en plus courante de l’UE consistant à élever les vies blanches et européennes à des valeurs plus élevées, la tyrannie dans la bénédiction de Sissi par Macron n’a été qu’aggravée – à la fureur de nombreuses personnes à travers les Alpes – par sa capacité également à ignorer la torture et le meurtre de Sissi par le gouvernement Sissi. Chercheur italien du travail, Giulio Regeni. Macron a reçu une grosse commande (4,5 milliards de dollars) d’avions de combat de Sisi pour ses ennuis, mais la honte totale de l’ensemble de l’État français et son plus grand «honneur» auraient peut-être valu plus.

Bien qu’Alaa n’épargne pas les critiques des Frères musulmans pour son incapacité à renverser immédiatement les structures du gouvernement Moubarak, il refuse de le jeter sous le bus du despotisme. Quelles que soient leurs différences politiques évidentes, il honore la vie de milliers de membres de la Confrérie qui ont été tués lorsque le gouvernement Sisi a brutalisé son entrée en fonction et a ensuite qualifié le groupe d’organisation terroriste. Il n’obscurcit pas – comme personne ne devrait le faire – le fait que l’horreur de la place Rabaa est la monstruosité à partir de laquelle, à un moment donné, l’Égypte et sa démocratie devront être reconstruites.

C’est cette détermination, et la détermination d’Alaa à se tenir aux côtés de tous dans la poursuite de la démocratie égyptienne – les pauvres, les musulmans, les chrétiens coptes, les syndicalistes, les libéraux urbains – qui donnent à ses paroles leur force. En eux, il crée une carte politique qui peut être reproduite ailleurs, en particulier dans des endroits où la politique n’est pas étranglée par le déni de droits dans la mesure où les Égyptiens en souffrent. Ici, souvent, cela ne prendrait qu’une fraction du courage d’Alaa et – tout aussi important – de la clarté de pensée.

Dans un essai vers la fin de la collection, Alaa tire sa force de l’apprentissage de la résistance palestinienne aux attaques israéliennes de l’été 2021. Avec son incapacité caractéristique à déconnecter son expérience du monde extérieur, il écrit que “la tragédie que je vis n’est que ma part de la vôtre.

La ligne est une belle invocation du thème peut-être le plus récurrent de Vous n’avez pas encore été vaincu; à savoir l’affirmation que l’indignité et l’injustice ne peuvent être confinées qu’à ceux qui les subissent, sans induire également de la culpabilité, de la honte, voire un affaiblissement pour l’auteur, le complice, le silencieux et l’indifférent.

Partout où ils seront désormais lus, ses essais auront un effet libérateur qu’il faudra intérioriser, peut-être particulièrement chez les lecteurs occidentaux, qui doivent désormais rendre cette faveur, à Alaa et à l’Egypte. Libérez-les tous.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire