Déballage du sommet États-Unis-Corée du Sud

0
298

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol vient de terminer une visite de six jours aux États-Unis pour commémorer le 70e anniversaire de l’alliance américano-coréenne. Le sommet de cette semaine a marqué la cinquième rencontre (et le deuxième sommet) entre le président américain Joseph Biden et Yoon en moins d’un an, et ce n’est que la deuxième visite d’État organisée par Biden.

Le voyage de Yoon à Washington comprenait également un discours prononcé lors d’une session conjointe du Congrès, une visite au Goddard Space Center de la NASA, un forum avec des entreprises américaines et sud-coréennes organisé par la Chambre de commerce américaine et un dîner d’État à la Maison Blanche où Yoon chantait un quelques lignes du hit de 1971 de Don McLean, “American Pie”.

Washington a déroulé le tapis rouge pour Yoon pour souligner la force des liens militaires, économiques et interpersonnels entre les États-Unis et la Corée du Sud. La fanfare reflétait également le rôle et la contribution croissants du gouvernement Yoon dans le maintien d’un ordre fondé sur des règles dans l’Indo-Pacifique avec des partenaires partageant les mêmes idées. De plus, l’invitation du Congrès à Yoon était en partie une reconnaissance des plus de 100 milliards de dollars d’investissements sud-coréens dirigés vers les États-Unis depuis que Biden a pris ses fonctions.

La visite d’État intervient à un moment où le soutien aux relations américano-sud-coréennes reste élevé dans les deux pays. Cependant, Yoon fait face à des critiques nationales croissantes concernant les récentes déclarations de politique étrangère et les actions liées aux révélations d’espionnage américain sur le bureau du président sud-coréen, le récent rapprochement Corée du Sud-Japon et l’assistance militaire sud-coréenne à l’Ukraine.

Le deuxième sommet Biden-Yoon a couvert un large éventail de questions et aura un impact positif à long terme en renforçant la nature à toute épreuve de l’alliance bilatérale. À court terme, cependant, Yoon peut espérer que sa présence au plus haut niveau de la diplomatie pourra freiner, voire inverser, sa faible cote d’approbation nationale.

Assurer une dissuasion prolongée face à l’agression nord-coréenne

L’un des résultats du sommet, vanté par les gouvernements Biden et Yoon, a été un plus grand engagement et une plus grande assurance des États-Unis pour renforcer la dissuasion étendue contre Pyongyang. Dans le cadre de la nouvelle déclaration de Washington, les deux dirigeants ont dévoilé une série de mesures pour réaffirmer les engagements américains à renforcer la dissuasion étendue contre les provocations nord-coréennes.

Plus précisément, les deux parties ont lancé un groupe consultatif sur le nucléaire (NCG) pour faire face aux éventualités nucléaires et assurer une plus grande transparence sur les plans visant à contrer la menace croissante de la Corée du Nord. Plus particulièrement, les États-Unis se sont engagés à donner à la Corée du Sud un rôle central dans la planification stratégique d’une stratégie de réponse nucléaire lors d’un conflit potentiel avec la Corée du Nord, ainsi que des consultations régulières et un meilleur partage d’informations, en échange d’un engagement de Séoul à ne pas poursuivre son propre programme d’armement nucléaire. La déclaration comprend également des plans pour amarrer des sous-marins nucléaires américains en Corée du Sud pour la première fois en plus de 40 ans, mettant visiblement en valeur les atouts stratégiques américains dans la région.

Garantir la démocratie dans un ordre international fondé sur des règles

La liberté, la démocratie, les droits de l’homme et le soutien à un ordre international fondé sur des règles ont été des thèmes centraux tout au long de la visite. Lorsqu’il s’est adressé au Congrès, Yoon a invoqué à plusieurs reprises les souvenirs de la guerre de Corée et du développement économique fulgurant de la Corée du Sud pour souligner que l’alliance américano-coréenne est bien placée pour être un pivot dans la sauvegarde de la démocratie et de la prospérité mondiales.

Dans le contexte de la guerre russe en Ukraine, la Corée du Sud est devenue un important exportateur d’armes. Biden et l’OTAN ont continué de faire pression sur Yoon pour qu’il fournisse un soutien militaire direct à l’Ukraine au-delà de l’aide humanitaire et économique. Cependant, la loi sur le commerce extérieur de la Corée du Sud, qui interdit la vente d’armes létales aux pays en guerre, et ses craintes de contrarier la Russie compte tenu de l’influence de Moscou sur la Corée du Nord, ont contribué à l’hésitation de Séoul à armer directement l’Ukraine. Avant la visite, Yoon a fait part de sa volonté d’envoyer potentiellement des armes en Ukraine. Cela peut satisfaire les demandes des États-Unis pour plus de soutien à court terme.

Concernant l’Indo-Pacifique, Biden et Yoon ont mis l’accent sur l’alignement de leurs stratégies indo-pacifiques pour relever les défis mondiaux et préserver la stabilité régionale. Il est à noter que les deux dirigeants ont réaffirmé leurs engagements à préserver la paix à travers le détroit de Taiwan et la liberté de navigation en mer de Chine méridionale. Yoon et Biden ont mis l’accent sur un nouveau chapitre de l’alliance qui implique que les deux alliés jouent un rôle de premier plan dans la résolution des problèmes mondiaux d’actualité, notamment le changement climatique, le développement économique, l’énergie et la sécurité alimentaire.

Coordination sur les technologies émergentes et la sécurité économique

Dans la déclaration conjointe et lors du discours de Yoon au Congrès, les deux gouvernements ont proclamé une “alliance en action vers l’avenir”. S’étendant au-delà des questions de défense traditionnelles, l’avenir de l’alliance – une alliance alimentée par des batteries, des semi-conducteurs et des technologies émergentes – était pleinement exposé. Pendant les trois jours complets de Yoon à Washington, d’importantes discussions ont tourné autour des thèmes de la sécurité économique, de la science et de la technologie, de l’espace, de la cybersécurité et du changement climatique. Deux livrables clés dans ce domaine comprenaient l’établissement d’un dialogue bilatéral annuel sur les technologies critiques et émergentes de la prochaine génération et un cadre de coopération stratégique bilatéral en matière de cybersécurité.

Sur la sécurité économique, les deux dirigeants ont brièvement reconnu dans leur déclaration commune les efforts récents pour répondre aux préoccupations sud-coréennes concernant la mise en œuvre de la loi américaine sur la réduction de l’inflation (IRA) et de la loi CHIPS et Science, ainsi que les dispositions relatives aux subventions fiscales pour l’électricité. véhicules automobiles et des restrictions sur les semi-conducteurs avancés vendus ou fabriqués en Chine. Bien qu’aucune mesure concrète n’ait été annoncée publiquement, les deux présidents se sont engagés à poursuivre des consultations étroites pour s’assurer que les deux lois encouragent «l’investissement mutuellement bénéfique des entreprises aux États-Unis en créant des conditions prévisibles pour les activités commerciales».

Au niveau non gouvernemental, une délégation de 122 chefs d’entreprise, dont les chefs des plus grandes entreprises sud-coréennes, a accompagné Yoon à Washington. Le US-Korea Business Council de la Chambre de commerce des États-Unis a accueilli Yoon et la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo pour discuter de la collaboration sur la sécurité économique, les technologies critiques et émergentes et la transformation numérique, entre autres sujets.

Plusieurs nouveaux accords commerciaux ont également été signés, dont un accord de 2,5 milliards de dollars avec Netflix pour produire des drames, des films et des émissions de téléréalité coréens supplémentaires pour les quatre prochaines années, reflétant la demande croissante de contenu coréen.

Messagerie domestique et contraintes

Le gouvernement Yoon espère que les images d’un Biden rayonnant lors de l’interprétation par Yoon de “American Pie”, ainsi qu’une longue ovation debout et des applaudissements bipartites au Congrès contribueront à renforcer le soutien national en baisse. Yoon a déjà reçu des critiques de la part des médias sud-coréens, notamment un éditorial du conservateur Chosun Ilbo, critiquant la déclaration de Washington et les nouveaux engagements de défense comme étant insuffisants pour protéger le pays de la menace nucléaire croissante de la Corée du Nord, et pour maintenir la Corée du Sud « enchaînée » à les États Unis. Bien que l’accord ait été conçu pour clarifier les engagements américains, le gouvernement Yoon pourrait avoir besoin de vendre davantage la déclaration à un public sud-coréen de plus en plus bruyant réclamant ses propres armes nucléaires.

Le sommet de Yoon avec Biden sera suivi de sa participation au sommet du G-7 au Japon et probablement au sommet de l’OTAN en Lituanie, ce qui pourrait encore renforcer la réputation mondiale de la Corée du Sud. Il reste à voir si la performance de Yoon sur les plus hautes scènes internationales renforcera sa position dans son pays, lui permettant de donner suite à certains de ses ambitieux programmes étrangers visant à renforcer la démocratie mondiale et un ordre international fondé sur des règles.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire