Décidé? Non! – CounterPunch.org

0
111

Source photo : Matt Hrkac – CC BY 2.0

La Cour suprême des États-Unis est hors de contrôle, déterminée à annuler les précédents établis et à faciliter la création d’un État théocratique autoritaire.

Gardez à l’esprit que lors de leurs diverses audiences de confirmation, les juges ont tous fait une génuflexion devant l’autel de décidé, qui signifie “se tenir aux choses décidées”. Fondamentalement, si un tribunal précédent a statué sur la même question ou sur une question étroitement liée, le tribunal rendra sa décision conformément à la décision du tribunal précédent.

L’espace ne permet pas de discuter en détail des avis de la Cour, mais les exemples suivants donnent une idée de la direction que prend la Cour.

Dans sa décision du 24 juin en Dobbs contre Jackson la Cour a refusé de suivre 50 ans de précédent et a annulé Roe contre Wade. Les 6 juges conservateurs de la Cour ont sommairement annulé le droit fondamental des femmes à rechercher des services d’avortement sécurisés en consultation avec leurs prestataires de soins de santé sans ingérence du gouvernement et, à la place, ont confié le contrôle des droits reproductifs des femmes aux politiciens, aux justiciers et aux assemblées législatives religieuses de droite. La décision ouvre également la voie à des contestations des droits de la communauté LGBTQ +, des droits à la contraception et du droit au mariage interracial.

Le jour d’avant Dobbsla Cour a rendu sa décision en Association des fusils et pistolets de l’État de New York contre Bruen et encore élargi les droits des armes à feu bien au-delà de ce que dit réellement le deuxième amendement et de ce que les rédacteurs avaient manifestement l’intention de faire. Cette décision fait suite à une vague de fusillades de masse – environ 1,7 par jour en moyenne – et malgré le fait qu’aucun Américain, où que ce soit, soit à l’abri de la violence armée.

Puis une semaine plus tard, en Virginie-Occidentale c. États-Unis. APE, la Cour a ignoré 100 ans de jurisprudence et a vidé le pouvoir de l’Environmental Protection Agency de réglementer les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques en vertu de la Clean Air Act de 1970, telle que modifiée. Le changement climatique est sans doute la plus grande menace existentielle pour la survie de l’humanité. Et, la décision générale de la Cour jette la confusion et le doute sur la capacité des agences fédérales à réglementer une grande partie de tout ce qui va suivre. Pire encore, la Cour a tranché cette affaire malgré le fait que les règles contestées avaient été abandonnées, rendant ainsi la question sans objet.

Cette Cour a de plus en plus introduit la religion dans la loi, affaiblissant ainsi l’un des principes fondateurs de notre démocratie, la séparation de l’Église et de l’État. Le 27 juin, la majorité conservatrice de la Cour a rendu Kennedy contre le district scolaire de Bremerton. Là, la Cour a annulé la décision du tribunal de première instance confirmant les préoccupations du district scolaire local selon lesquelles les discours et la prière imprégnés de chrétiens dans une activité d’école publique pourraient être considérés comme coercitifs pour les élèves ou comme une approbation gouvernementale de la religion en violation du premier amendement. Le 21 juin, en Carson c.Makin, la Cour a approuvé un financement public accru des écoles religieuses malgré une exigence de l’État selon laquelle un tel financement exigeait que les écoles soient non sectaires. Avant cela, le 2 mai, à Shurtleff c.Boston la Cour a statué que Boston avait violé les droits à la liberté d’expression en refusant de faire flotter un drapeau avec une image de la croix lors d’un programme qui permettait à des groupes privés d’utiliser le mât tout en organisant des événements sur la même place. Et, cette décision a été précédée le 24 mars par Ramirez c.Collier dans laquelle la Cour a déterminé que l’État devait autoriser un pasteur chrétien à mettre la main sur un détenu pendant son exécution.

Le 29 juin, la Cour a statué en Oklahoma c. Castro Huerta que les États ont compétence, avec le gouvernement fédéral, pour poursuivre les crimes commis par des non-Indiens contre des Indiens sur des terres tribales. Ce faisant, la Cour a renversé un solide précédent contraire et ouvert la porte à de nouvelles incursions dans la souveraineté tribale longtemps préservée.

Et, le prochain mandat de la Cour est fixé pour plus de la même chose.

La Cour entendra notamment l’affaire de Moore c.Harper. Là, il sera sur le point de décider que les législatures des États sont seules habilitées à fixer les règles électorales, même si ces règles violent la propre constitution de l’État! Si cela devient la loi du pays, les habitants du Montana peuvent dire adieu à l’article II, section 13 de notre Constitution et s’attendre à ce que d’autres droits précieux soient également mis à la poubelle.

Ligne de fond. Aucun état de droit, aucun droit constitutionnel n’est sûr à moins qu’il ne promeuve l’agenda de la droite religieuse conservatrice.

Décidé? C’est DOA avec cette Cour militante !

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/07/stare-decisis-nope/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire