Des flics lancent des gaz lacrymogènes pour protester contre la violence (VIDEOS) — RT World News

0
44

La police anti-émeute turque a lancé des gaz lacrymogènes pour disperser une grande foule de manifestants protestant contre les violences faites aux femmes à Istanbul, ainsi que le retrait du gouvernement d’un traité international consacré à les combattre.

Le groupe massif de manifestants, qui se comptent par milliers, a défilé jeudi vers la place Taksim à Istanbul pour marquer la “Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes”. Ils ont rencontré une forte présence policière sur la place, qui a été barricadée par des officiers vêtus de lourds vêtements anti-émeute, qui ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes sur la foule après avoir ordonné sa dispersion.

Des échauffourées avec la police ont été capturées dans des vidéos circulant en ligne, montrant des agents se déplaçant vers les manifestants pour les chasser de la zone alors que des gaz lacrymogènes flottent dans l’air.

Des manifestants ont également été vus portant un assortiment coloré de pancartes et de banderoles, certains portant même des fusées éclairantes, tandis que d’autres ont scandé des slogans anti-gouvernementaux et exigé la fin de ce qui a été surnommé par certains militants comme ‘fémicide.’ Quelque 345 femmes en Turquie ont été tuées dans des actes de violence sexiste jusqu’à présent cette année, un peu moins que les 410 signalées en 2020, selon “We Will Stop Femicide”, un groupe de défense des droits des femmes.

La manifestation, qui s’est reproduite à plus petite échelle dans d’autres villes du pays, intervient après que le gouvernement turc s’est officiellement retiré d’un traité international destiné à lutter contre la violence à l’égard des femmes en juillet. Connu sous le nom de Convention d’Istanbul, le pacte a été négocié à l’origine dans la même ville en 2011, mais la décision du président Recep Tayyip Erdogan de se retirer de l’accord a été vivement critiquée à la fois par des militants locaux et des dirigeants étrangers, le président américain Joe Biden doublant le déménagement “profondément décevant.”

Ankara, pour sa part, a affirmé que la convention avait été « détourné » par « des gens qui tentent de normaliser l’homosexualité », ce qu’il a dit était « incompatible avec les valeurs sociales et familiales de la Turquie ». Néanmoins, le gouvernement a insisté sur le fait qu’il ne “abandonner son combat contre les violences conjugales” et serait « continuer à protéger la sécurité et les droits de toutes les femmes ».

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici