Des gentils avec des flingues ? – CounterPunch.org

0
100

Prêt, en joue, tirez:

“Je crois en Jésus, en armes et en bébés.”

C’est ce que déclare Kandiss Taylor, candidat du GOP au poste de gouverneur de Géorgie, dans une annonce de campagne.

Ou que diriez-vous de : “Je suis Eric Greitens, Navy SEAL, et aujourd’hui, nous partons à la chasse au RINO.” Il ne s’agit pas de tuer des rhinocéros. “RINO” signifie républicain de nom seulement – vous savez, anti-Trumpers. Greitens, ancien gouverneur du Missouri, qui a démissionné à la suite d’une allégation d’abus sexuel, se présente maintenant au Sénat – en cours d’exécution entièrement armé et dangereux comme l’enfer, du moins selon sa petite publicité télévisée, qui le présente avec un groupe de gars vêtus de tenues de camouflage, complètement armés, ouvrant la porte de quelqu’un à coups de pied, lançant une bombe fumigène.

Ta da ! Greitens entre dans la maison vide avec son fusil et dit au spectateur : « Rejoignez l’équipage MAGA, obtenez un permis de chasse RINO. Il n’y a pas de limite d’ensachage, pas de limite d’étiquetage, et il n’expire pas tant que nous ne sauvons pas notre pays.

Et puis bien sûr, nous avons une Marjorie Taylor Greene fronçant les sourcils, ressemblant à James Bond, tenant un fusil d’assaut dans une publicité pour sa course au Congrès. À côté de Marjorie armée se trouve une photo des représentants Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar et Rashida Tlaib : « la haine de l’Amérique, les gauchistes veulent abattre ce pays ». Marjorie va nous sauver ! Quoi de plus simple ?

« Nous avons besoin de chrétiens conservateurs forts pour passer à l’attaque contre ces socialistes qui veulent déchirer notre pays », nous informe la publicité de Greene. Elle semble prête à emmener son arme dans un centre commercial ou peut-être dans une école primaire.

Le mois dernier, le New York Times a publié un article intitulé “Dans plus de 100 annonces à mi-parcours du GOP cette année : des armes à feu, des armes à feu, des armes à feu”. Des hommes et des femmes sarcastiques nous lancent des slogans, parfois, à la Kandiss Taylor, mélangeant homicide (excusez-moi, légitime défense) avec religion et/ou nouveau-nés câlins. Josh Mandel, à la primaire du GOP au Sénat dans l’Ohio, s’est déclaré : “Pro-Dieu, pro-armes, pro-Trump”. Lors de la primaire du Sénat de l’Arkansas, Jake Bequette a tendu la main à ses électeurs potentiels avec: “Bébés, frontières, balles.”

Pan!

C’est le deuxième amendement en pleine action : les républicains qui se présentent aux élections prétendant joyeusement défendre le pays contre… qui que ce soit. Seul un bon gars avec une arme à feu peut arrêter un politicien avec une grande gueule. Une guerre civile littérale se fomente, du moins semble-t-il, et le 6 janvier n’était qu’une séance d’entraînement.

Comment le Parti républicain est-il devenu si déséquilibré ? Aussi facile qu’il soit de blâmer Donald Trump, je blâme quelque chose de beaucoup plus profondément enraciné. Appelez cela du patriotisme armé. Nous faisons la guerre à tout et n’importe quoi : l’Amérique est la lumière brillante de la belligérance et de l’animosité mondiales, avec son budget militaire annuel d’un billion de dollars et en constante expansion.

Comme le souligne Norman Solomon :

« L’état d’esprit des médias de masse américains et de la politique dominante est devenu tellement militarisé que de telles réalités ne sont systématiquement pas prises en compte, voire même pas du tout. Pendant ce temps, le budget du Pentagone continue de gonfler année après année…

“Pour aggraver la tromperie de routine, nous avons été entraînés à appeler le budget militaire de la nation un budget de” défense “.”

Les républicains de l’ère Trump sont, pourrait-on dire, le premier parti politique dominant à briser le politiquement correct bipartite qui s’est durci au cours du dernier demi-siècle environ, fusionnant une version atténuée des années 60 (droits civiques et droits des femmes et, oh mon Dieu, les droits des homosexuels) avec un militarisme continu et incontesté. Les Trumpers, bien sûr, sont d’accord avec le militarisme. Leurs armes visent l’agenda progressiste qui plane toujours dans les marges politiques, ainsi que les républicains non-Trump.

Du point de vue de la tradition américaine du racisme, le nouveau GOP semble avoir revendiqué le meilleur des deux mondes. Le nationalisme blanc ne s’est pas simplement réarmé, il a récupéré une respectabilité dominante, donnant aux candidats républicains l’opportunité d’attirer l’énergie hollywoodienne dans leurs publicités de campagne. L’annonce de chasse au RINO d’Eric Greitens, par exemple, a été vue plus d’un million de fois dans les trois heures suivant sa publication sur Twitter. Oui, il y a eu beaucoup de réponses négatives, mais alors quoi ? Dans le monde simpliste de nous contre eux, il n’y a pas de mauvaise publicité. Les armes à feu vendent un candidat politique aussi facilement qu’elles vendent une intrigue cinématographique.

Une publicité pro-contrôle des armes à feu, remplie de compromis bipartites, va-t-elle rassembler un million de vues sur Twitter ?

Mais il y a aussi la représentante Lucy McBath de Géorgie, partisane de la santé mentale des armes à feu, dont le fils de 17 ans a été assassiné (par un homme avec une arme à feu) en 2012. Elle parle d’apprendre la nouvelle de la mort de votre enfant :

“Quand l’agonie ne vous laissera pas respirer. . . . Tu cries à Dieu dans ta douleur…

“C’est le moment. C’est peut-être le seul moment dont nous disposons. Nous sommes confrontés au défi de notre vie. Et c’est la question de notre époque et nous devons trouver le courage de faire ce qui est juste, le courage de protéger nos enfants. Et le courage – mon Dieu, nous devons avoir le courage – de protéger l’Amérique.

J’espère voir les paroles de McBath se répandre au-delà du contrôle des armes à feu jusqu’au militarisme lui-même : aux 8 000 milliards de dollars dépensés, aux près d’un million de personnes tuées directement et au nombre inconnu et bien plus important de personnes tuées indirectement – par la maladie, la famine, le déplacement – par cette les 20 dernières années de guerre du pays.

Mon Dieu, nous devons avoir le courage… de protéger chaque enfant de cette planète.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/good-guys-with-guns/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire