“Dès le moment même de la fécondation, une femme n’a aucun droit de parler” – Mother Jones

0
53

Illustration de Mère Jones; Erin Schaff/Le New York Times/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Le vendredi, la Cour suprême a annulé Roe contre Wade, anéantissant le droit constitutionnel à l’avortement qui était en place depuis près de 50 ans. Le jugement, qui était attendu depuis mai après politique publié une fuite de l’opinion, aura des ramifications immédiates et intensément personnelles dans tout le pays, en particulier dans les États qui travaillent vers ce moment depuis des décennies. Dans certains États, l’avortement sera interdit presque immédiatement.

Les trois membres libéraux de la cour ont exprimé leur dissidence, notamment avec le « chagrin » pour les « plusieurs millions de femmes américaines qui ont aujourd’hui perdu une protection constitutionnelle fondamentale ».

La dissidence de 66 pages, écrite par les juges Stephen Breyer, Elena Kagan et Sonia Sotomayor, est passionnée et cinglante, capturant les effets dévastateurs que la décision du tribunal aura sur la vie américaine. Il a également averti que la décision d’aujourd’hui est loin d’être la fin, mais plutôt le début d’une attaque agressive contre le droit général des personnes à la vie privée.

Vous pouvez lire l’intégralité de la dissidence et de l’opinion ici. Voici les passages les plus forts de la dissidence :

  • « Quelle que soit la portée exacte des lois à venir, un résultat de la décision d’aujourd’hui est certain : la restriction des droits des femmes et de leur statut de citoyennes libres et égales.
  • “Après aujourd’hui, les jeunes femmes arriveront à maturité avec moins de droits que leurs mères et grands-mères n’en avaient. La majorité atteint ce résultat sans même se demander comment les femmes se sont appuyées sur le droit de choisir ou ce que cela signifie de le retirer tout de suite. Le refus de la majorité même de considérer les conséquences bouleversantes de l’inversion de Roe et Casey est une mise en accusation stupéfiante de sa décision.
  • « Aujourd’hui, la Cour… dit qu’à partir du moment même de la fécondation, une femme n’a aucun droit à proprement parler. Un État peut la forcer à mener une grossesse à terme, même au prix personnel et familial le plus élevé.
  • « La Cour change de cap aujourd’hui pour une raison et une seule : parce que la composition de cette Cour a changé… Aujourd’hui, ce sont les penchants des individus qui priment. La Cour déroge à son obligation d’appliquer fidèlement et impartialement la loi. Nous sommes en désaccord.
  • “Le plus menaçant de tous, aucun langage dans la décision d’aujourd’hui n’empêche le gouvernement fédéral d’interdire l’avortement dans tout le pays, une fois de plus à partir du moment de la conception et sans exception pour le viol ou l’inceste. Si cela se produit, “les vues de [an individual State’s] les citoyens n’auront pas d’importance.
  • «Personne ne devrait être convaincu que cette majorité en a terminé avec son travail. Le droit reconnu par Roe et Casey n’est pas le seul. Au contraire, la Cour l’a liée pendant des décennies à d’autres libertés établies concernant l’intégrité corporelle, les relations familiales et la procréation. De toute évidence, le droit d’interrompre une grossesse découlait directement du droit d’acheter et d’utiliser une contraception. À leur tour, ces droits ont conduit, plus récemment, aux droits à l’intimité et au mariage entre personnes de même sexe. Ils font tous partie du même tissu constitutionnel, protégeant la prise de décision autonome sur les décisions les plus personnelles de la vie.
  • « La décision d’aujourd’hui dépouille les femmes de leur libre arbitre sur ce que même la majorité considère comme une question morale contestée et contestable. Cela l’oblige à exécuter la volonté de l’État… cela lui enlève sa liberté.
  • « À ce jour, selon cette Cour, un État peut toujours forcer une femme à accoucher, interdisant même les avortements les plus précoces… Certaines femmes, en particulier les femmes aisées, trouveront des moyens de contourner l’affirmation du pouvoir de l’État. D’autres – ceux qui n’ont ni argent ni garde d’enfants ou la possibilité de s’absenter du travail – n’auront pas cette chance. Peut-être essaieront-elles une méthode d’avortement dangereuse et subiront-elles des blessures physiques, voire mourront-elles. Peut-être qu’elles subiront une grossesse et auront un enfant, mais à un coût personnel ou familial important. Au moins, ils encourront le coût de perdre le contrôle de leur vie.
  • « La décision d’aujourd’hui, prise seule, est déjà assez catastrophique. En termes de méthode constitutionnelle, l’engagement de la majorité à reproduire en 2022 toutes les opinions sur le sens de la liberté détenues en 1868 n’a que peu de choses à recommander. Notre droit dans cette sphère constitutionnelle, comme dans la plupart, a pendant des décennies et des décennies procédé différemment.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire