Des méga-risques menacent la Terre – CounterPunch.org

0
143

Image de Javier Miranda.

Le Conseil pour l’avenir humain, un groupe dévoué de personnes intelligentes et bien informées, a identifié dix méga-risques pour la Terre. Il se trouve que les dix risques menacent la planète en même temps. Par conséquent, le conseil d’administration du Conseil a appelé à un traité sur le système terrestre. Il s’agit peut-être de l’un des efforts les plus uniques visant à organiser la communauté mondiale sous la bannière de l’identification des méga-risques graves pour le système de survie de la planète.

« L’humanité a créé sa trajectoire désastreuse actuelle. Il est maintenant temps de changer de cap avec un traité mondial contraignant conçu pour responsabiliser les individus, les institutions et les décideurs politiques et, grâce à cet effort commun, réduire les menaces existentielles qui pèsent sur la civilisation. Le Traité sur le système terrestre constitue potentiellement un grand pas en avant, un pas vers un avenir sain pour tous.(Paul R. Ehrlich, professeur émérite, Université de Stanford)

Deux questions sont essentielles pour avancer : (1) se concentrer sur les méga-risques pour prendre des mesures constructives coordonnées, ou (2) ignorer les méga-risques comme s’il s’agissait de science-fiction inoffensive, d’un monde fantastique dont il ne faut pas se soucier ; ça va disparaître. Il n’y a pas d’autres options. Le moment est venu où les gens doivent décider quelle option prendre. Le système terrestre n’a jamais été aussi vulnérable. Pour la première fois, l’impact direct du réchauffement climatique et la vulnérabilité des écosystèmes dégradés font l’objet d’un journal télévisé quotidien, presque tous les soirs !

Des études ont montré que le changement climatique place la plupart des gens dans l’un des deux camps suivants : (1) croire en la science ou (2) la rejeter comme étant essentiellement de la science-fiction, ignorant le problème. Mais attention sauterelle, la réalité suit souvent les traces de la science-fiction. À cet égard, cet article fera un pas en avant, ou peut-être un pas en arrière, selon la perspective, dans le monde de Twilight Zone, créé par Rod Sterling dans les années 1960 pour une rétrospective intéressante sur la science-fiction prédisant l’avenir.

The Twilight Zone (1959-1964) était une série télévisée américaine de science-fiction sur des personnes confrontées à d’étranges problèmes, par exemple : The Midnight Sun, épisode 75, novembre 1961 : « À minuit moins vingt, il fait 110 °F (43 °C). ) et ensoleillé dès midi. Norma et Mme Bronson essaient de se soutenir mutuellement alors qu’elles voient la vie telle qu’elles savent qu’elle s’érode autour d’elles. Les rues sont désertes, la consommation d’eau est limitée à une heure par jour et l’électricité est progressivement coupée. La nourriture et l’eau sont rares et la mer s’est asséchée. Un présentateur de radio annonce que la police a été évacuée de la ville et que les citoyens doivent se défendre contre les pilleurs, puis il sort du scénario avec colère avant d’être retiré de force des ondes.»

La science-fiction a une manière de devenir réalité. Par exemple, certains disent que la « Station spatiale V » de 2001 : Une odyssée de l’espace a inspiré la Station spatiale internationale (ISS).

Et 40 ans avant l’introduction de l’iPad, le Dr David Bowman et le Dr Frank Poole, membres de l’équipage du Discovery One à 2001 : Une odyssée de l’espace Ils détenaient entre leurs mains des « blocs-notes » que Samsung revendiquerait plus tard comme étant la tablette originale présentée dans le film 40 ans avant l’arrivée du premier iPad en 2010. Finalement, Samsung a perdu sa réclamation dans un procès contre Apple.

Dans le film de 1990 Rappel total, Douglas Quaid (joué par Arnold Schwarzenegger) saute dans une voiture sans conducteur pour échapper aux poursuites des méchants. La voiture est pilotée par un système de navigation par satellite embarqué, qui est aujourd’hui à l’avant-garde des véhicules sans conducteur.

Et le plus étonnant de tout, le « téléportage-moi, Scotty » de Star Trek via le dématérialisme et la conversion à la rematérialisation est désormais une réalité, mais pas pour les humains. Intrication quantique permet de téléporter des boules d’énergie appelées photons avec deux particules enchevêtrées éloignées l’une de l’autre restant liées aux actions effectuées par l’une affectant l’autre. Cela se produit plus vite que la vitesse de la lumière. C’est vrai! Einstein a qualifié l’intrication quantique d’« action effrayante à distance ».

Les méga-risques actuels du système terrestre sont réels, même s’ils semblent être de la science-fiction en raison de la quasi-impossibilité d’accepter mentalement les conséquences les plus difficiles de toutes, à savoir la perte de terres habitables en raison d’un système climatique en évolution rapide. En effet, qui peut accepter la réalité d’une planète en train de s’endormir sous ses pieds ? Par exemple, une sécheresse massive provoquée par le réchauffement climatique a exposé 75 % de la superficie de l’Espagne au risque de désertification. En tant que tel, la dévastation des mégarisques nécessite un traité universel pour affronter la réalité et faire quelque chose de positif.

Cet article est une version abrégée des méga-risques identifiés par le Conseil. La liste complète ressemble à de la science-fiction simplement parce qu’elle ne semble pas réelle aux yeux des gens. Personne ne veut croire que le pire puisse arriver. Mais la vérité est plus étrange que la fiction. Les menaces posées par les mégarisques sont réelles, actives et avancées. Par exemple, les principales voies navigables commerciales du monde entier, comme le Rhin, le Danube et le Loir, ont été menacées en raison d’une grave sécheresse, qui a une portée considérable. Par exemple, le canal de Panama a été forcé réduire le trafic maritime (août 2023) en raison de conditions de sécheresse sévères et d’énormes embouteillages avec des dizaines de navires bloqués dans les océans Atlantique et Pacifique. La sécheresse mondiale frappe le transport maritime mondial !

D’un autre intérêt « remarquable », l’un des éléments trouvés dans la liste des méga-risques est Illusion de masse. Après tout, c’est un monde vide de sens, sans égard à la réalité : « L’incapacité des gens à comprendre les menaces mortelles auxquelles nous sommes tous confrontés aujourd’hui est le plus grand obstacle à une action mondiale pour un avenir humain sûr. La désinformation, les mensonges et les fausses croyances représentent un risque existentiel pour notre survie. (Source: Les méga-risques par le Conseil pour l’avenir humain, professeur John Hewson – président, professeur Bob Douglas, professeur Robyn Alders, Julian Cribb)

Dans une large mesure, les méga-risques tournent autour de l’empreinte humaine, qui est devenue si importante qu’elle consomme désormais 1,75 terre. Oui, les humains utilisent les ressources équivalentes de plusieurs planètes pour survivre. L’empreinte écologique humaine a dépassé la limite du déficit de biocapacité à la fin des années 1970. La planète ne se régénère plus assez rapidement pour abriter les actifs écologiques nécessaires à la vie humaine en raison d’une demande excessive et insoutenable ainsi que de l’abus, de la mauvaise utilisation et de la dégradation des écosystèmes. En d’autres termes, la planète fonctionne grâce à des réserves accumulées au fil des millénaires et fonctionnera un jour aux vapeurs… avec ensuite la menace d’une extinction massive. Il est incontestable que les ressources de la Terre sont limitées, d’autant plus que la régénération de la biocapacité est dépassée par la demande humaine, de concert avec une mauvaise utilisation imprudente et un mépris des écosystèmes.

Par exemple, les océans sont un dépotoir de plastiques, de produits chimiques et de radioactivité toxique et ont été presque vidés de toute vie : selon le Marine Stewardship Council, l’épuisement des stocks de poissons est la menace la plus urgente pour les océans du monde. Quatre-vingt-treize pour cent (93 %) des principaux stocks de poissons marins du monde sont classés comme pleinement exploités, surexploités ou considérablement épuisés. « La pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN) constitue une menace omniprésente et de grande envergure pour la sécurité. » (Source : Pêche illégale, non déclarée et non réglementée, Garde côtière des États-Unis, 2022)

Il est évident que la pêche durable et l’arrêt de l’utilisation de l’océan comme d’un égout à ciel ouvert, en particulier du déversement de produits toxiques radioactifs (Fukushima* au Japon), ainsi qu’une agriculture écologiquement durable et une utilisation durable de toutes les ressources naturelles sont la seule voie à suivre, mais il ne bénéficie pas d’un sponsoring assez fort, bien au contraire ! Il n’existe pas de parrainage suffisamment puissant pour avoir un impact positif significatif sur la nature et ses écosystèmes, pas assez pour sauver la planète des méga-risques proactifs. Il existe de nombreuses ONG qui soutiennent la nature, comme le Sierra Club ou Greenpeace, mais l’effondrement généralisé des écosystèmes raconte encore une triste histoire.

*Pourquoi quiconque, n’importe où dans le monde, devrait-il être autorisé à déverser dans l’océan de grandes quantités d’eau toxique contaminée qui a été filtrée pour éliminer « la plupart des particules radioactives » directement depuis une centrale nucléaire en panne dans l’océan, quelles que soient les circonstances ?

Il n’a jamais été aussi important d’aborder la question du réchauffement climatique, surtout si l’on considère les répercussions, par exemple, menacées par Électricité de France SA (21 aoûtSt) pour réduire la production nucléaire (70 % d’électricité française) car la canicule qui a touché une grande partie du pays a réchauffé les rivières utilisées pour refroidir ses réacteurs. Ergo, reliant les points : trop de chaleur diminue la capacité de l’énergie nucléaire, ce qui menace la climatisation des maisons et des entreprises, nécessaire pour échapper à la même chaleur qui paralyse les centrales nucléaires, un cercle vicieux. Le réchauffement climatique est l’ennemi juré de l’énergie nucléaire (attention au piège de l’énergie nucléaire).

Le Conseil pour l’avenir humain est conscient des risques et a l’intention de sensibiliser suffisamment le monde pour aider à maintenir un système terrestre fonctionnel. Le Conseil ne prétend pas détenir toutes les réponses, mais il sait qu’il est important de créer une prise de conscience et un moyen d’élargir les connaissances sur ce qui peut être fait. Dans l’état actuel des choses, il n’existe aucune organisation mondiale officielle autre que le Conseil pour l’avenir humain qui se consacre exclusivement à répertorier toute la panoplie des méga-risques pour la planète avec pour mission d’organiser l’humanité sous un même toit pour faire quelque chose de constructif.

Oui, à première vue, il semble prétentieux qu’une poignée de personnes puissent sauver la planète, mais comme l’a si bien dit Margaret Mead : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens réfléchis et engagés puisse changer le monde ; en fait, c’est la seule chose qui ait jamais existé.

Veuillez signer la pétition pour sauver une terre habitable pour nos enfants. Cela n’a jamais été aussi important. Les gens s’inscrivent toutes les heures.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/09/01/mega-risks-threaten-earth/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire