Des responsables américains confirment que Biden se rendra en Arabie saoudite et rencontrera MBS | Actualités de Mohammed ben Salmane

0
174

La Maison Blanche a confirmé les détails du premier voyage du président américain Joe Biden au Moyen-Orient, y compris une escale controversée en Arabie saoudite et une rencontre prévue avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman (MBS).

L’administration Biden a annoncé mardi que le voyage, qui avait déjà été rapporté par les médias américains, aurait lieu entre le 13 et le 16 juillet. Biden se rendra également en Israël et en Cisjordanie occupée.

L’arrêt en Arabie saoudite – et en particulier la rencontre avec MBS – représente une volte-face pour Biden, qui, en tant que candidat, a déclaré que le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, que les services de renseignement américains ont ensuite directement lié au prince héritier, a fait du royaume un “paria”. ”.

Khashoggi a été assassiné et démembré par un groupe d’agents saoudiens à l’intérieur du consulat du pays à Istanbul le 2 octobre 2018. Les responsables saoudiens ont d’abord affirmé que Khashoggi avait quitté le bâtiment, mais sous la pression publique, ils ont reconnu plus tard qu’il y avait été tué.

En 2019, une enquête de l’ONU a conclu que le meurtre de Khashoggi était une “exécution extrajudiciaire préméditée”.

Mais Riyad a insisté sur le fait que le meurtre avait été perpétré par des agents voyous sans l’approbation de hauts responsables, y compris le prince héritier. MBS a nié avec véhémence avoir ordonné ou avoir eu connaissance du meurtre. Le royaume a également arrêté et jugé plusieurs citoyens pour cet incident.

Au cours de sa visite de juillet, Biden devrait tenter d’obtenir une augmentation de la production de pétrole saoudienne, alors que son administration s’efforce de maîtriser la montée en flèche des coûts du carburant – stimulée par l’invasion russe de l’Ukraine – et l’inflation dans le pays qui devraient nuire à son parti démocrate. lors des prochaines élections législatives de mi-mandat.

Dans un communiqué, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré que pendant son séjour à Djeddah, Biden assistera à une réunion du Conseil de coopération du Golfe (CCG) plus l’Égypte, l’Irak et la Jordanie.

Avec le leadership saoudien, le président américain « discutera d’une série de questions bilatérales, régionales et mondiales », a déclaré Jean-Pierre, y compris la poursuite d’une trêve médiée par l’ONU dans les combats au Yémen, où Riyad dirige depuis une coalition combattant les rebelles houthis. 2015.

Biden “discutera également des moyens d’élargir la coopération régionale en matière d’économie et de sécurité, y compris de nouvelles initiatives prometteuses en matière d’infrastructures et de climat, ainsi que de dissuader les menaces de l’Iran, de faire progresser les droits de l’homme et d’assurer la sécurité énergétique et alimentaire mondiale”, a-t-elle déclaré.

Jean-Pierre a confirmé plus tard les commentaires d’un haut responsable américain qui a déclaré aux journalistes que Biden rencontrerait MBS lors de la visite.

“Oui, nous pouvons nous attendre à ce que le président voie le prince héritier”, a-t-elle déclaré.

La Maison Blanche avait précédemment indiqué après que les services de renseignement américains avaient directement lié MBS au meurtre de Khashoggi que Biden ne traiterait pas directement avec MBS à l’avenir, comme l’avait fait son prédécesseur Donald Trump. Au lieu de cela, la Maison Blanche a déclaré l’année dernière que le président américain ne s’engagerait directement qu’avec son homologue, le roi Salman.

Le responsable américain, qui avait parlé aux journalistes sous couvert d’anonymat avant l’annonce, a rejeté le fait que Biden se retirait de ses principes lors du prochain voyage.

“La politique américaine a exigé un recalibrage des relations” après le meurtre de Khashoggi, “pas une rupture”, a déclaré le responsable.

Le responsable a ajouté qu’il n’y avait “aucun doute” que les droits de l’homme feront partie des discussions de Biden lors de son voyage, mais la source a souligné l’importance de l’alliance avec Riyad.

“L’Arabie saoudite est un partenaire stratégique des États-Unis depuis huit décennies”, a déclaré le responsable. “Et nous partageons une foule d’intérêts avec l’Arabie saoudite, allant de la maîtrise de l’Iran à la lutte contre le terrorisme, en passant par la protection de son territoire où, surtout, 70 000 Américains vivent et travaillent.”

Lorsqu’on lui a demandé lors d’une interview sur MSNBC mardi si Biden discuterait du meurtre de Khashoggi avec MBS, le responsable du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, a refusé de discuter des détails, mais a déclaré que “les droits de l’homme sont toujours à l’ordre du jour lorsque nous rencontrons des homologues partout”. le monde.”

Avant de se rendre en Arabie saoudite, Biden s’arrêtera en Israël et rencontrera le Premier ministre Naftali Bennett, où il “réaffirmera l’engagement à toute épreuve pour la sécurité d’Israël” et discutera de la poursuite de l’aide américaine, selon Jean-Pierre.

Plus tard lundi, Bennett a salué le voyage, affirmant que la visite « approfondira la relation spéciale » entre les deux pays.

“La visite du président révélera également les mesures prises par les États-Unis pour intégrer Israël au Moyen-Orient et accroître la prospérité de toute la région”, a déclaré le bureau du Premier ministre israélien dans un communiqué.

Les États-Unis fournissent environ 3,8 milliards de dollars d’aide inconditionnelle à Israël chaque année, malgré la condamnation généralisée de ses violations des droits humains contre les Palestiniens, y compris le récent meurtre par les forces de sécurité israéliennes de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh en mai.

Abu Akleh a été abattu par un tireur d’élite alors qu’il effectuait un reportage à Jénine, en Cisjordanie occupée. Des témoins et des journalistes qui l’accompagnaient ont déclaré qu’il était clair que le tir provenait d’Israéliens qui avaient été informés que des journalistes se trouvaient dans la région. Le casque et le gilet d’Abu Akleh l’ont clairement identifiée comme étant de la presse.

La visite intervient alors que l’administration Biden s’efforce de relancer l’accord nucléaire iranien de 2015, qui a vu Téhéran réduire son programme nucléaire en échange d’un allégement des sanctions. Mardi, le ministre de la Défense d’Israël, qui s’oppose depuis longtemps à l’accord, a appelé à un « renforcement de la force régionale » contre l’Iran, dirigé par les États-Unis et incluant les pays arabes alignés sur Washington.

En Cisjordanie, Biden doit rencontrer des responsables de l’Autorité palestinienne, dont le président Mahmoud Abbas et “réitérer son ferme soutien à une solution à deux États, avec des mesures égales de sécurité, de liberté et d’opportunités pour le peuple palestinien”, selon le Maison Blanche.

Plus tôt ce mois-ci, l’administration Biden a renommé la mission diplomatique américaine auprès des Palestiniens, signalant une mise à niveau après que la mission ait été reléguée sous Trump. L’administration Biden n’a pas fait le point sur sa promesse de rouvrir un consulat desservant les Palestiniens à Jérusalem-Est occupée, après que Trump a fermé le précédent.

Le vol de Biden d’Israël vers l’Arabie saoudite représentera la première fois que le président américain volera d’Israël vers un État arabe qui ne le reconnaît pas. L’ancien président Donald Trump a pris un vol direct dans la direction opposée – de Riyad à Tel Aviv – en 2017.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/14/us-officials-confirm-biden-to-visit-saudi-arabia-meet-with-mbs

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire