Des scientifiques forcent les cellules du cerveau humain à effectuer une simulation de type matrice — RT World News

0
47

Des cellules cérébrales humaines cultivées dans une boîte de Pétri et assistées par des microélectrodes ont découvert l’art de jouer au jeu vidéo « Pong » beaucoup plus rapidement que l’IA.

Des chercheurs de Cortical Labs en Australie ont exploité des centaines de milliers de cellules cérébrales humaines cultivées sur des réseaux de microélectrodes, enseignant à l’hybride biotechnologique qu’ils ont surnommé «DishBrain» de jouer à une version solo de «Pong» à l’ancienne. Ils ont ensuite comparé la vitesse à laquelle le mini-cerveau a acquis la compétence avec celle de l’intelligence artificielle (IA). Les cellules du cerveau humain ont battu leurs rivales haut la main, prenant le contrôle du jeu en seulement cinq minutes par rapport aux 90 minutes qu’il a fallu à la machine pour comprendre.




Brett Kagan, le directeur scientifique du laboratoire qui dirige la recherche, a cependant déclaré au magazine New Scientist que tout n’était pas si simple. Une fois que l’IA apprend à jouer au jeu, elle finit par être plus qualifiée que les cellules du cerveau humain.

Malgré cela, les scientifiques à l’origine du projet affirment qu’il a démontré qu’un “Une seule couche de neurones corticaux in vitro peut s’auto-organiser et afficher un comportement intelligent et sensible.” De plus, cela pourrait également avoir des implications pratiques, car Cortical Labs espère que la recherche aidera à ouvrir la voie à l’intégration “neurones biologiques vivants” avec “calcul traditionnel sur silicium,” dans ce qui serait effectivement un véritable cerveau de cyborg.

Et si cela ne suffisait pas à la science-fiction, les chercheurs sont cités par New Scientist comme se référant aux cellules du cerveau humain comme “vivant dans la matrice.« Voici ce que cela signifie : lorsque le mini-cerveau joue à la version simplifiée pour un seul joueur de « Pong », les cellules du cerveau sont amenées à croire qu’elles sont la raquette qui frappe la balle dans le jeu.

Quant à l’expérience elle-même, les cellules du cerveau reposent sur des réseaux de microélectrodes qui les stimulent, envoyant des signaux électriques au réseau droit ou gauche pour indiquer où se trouve la balle. En réponse, le « DishBrain » libère des neurones pour déplacer la palette, tandis que les mêmes électrodes analysent l’activité neuronale et permettent à la réalité virtuelle de réagir en conséquence.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici