Des travailleurs de la Colombie-Britannique viennent d’obtenir une accréditation syndicale en une seule étape

0
35

Le gouvernement de la Colombie-Britannique (C.-B.) a récemment déposé une loi qui permettra à une majorité de travailleurs de former un syndicat un peu plus facilement et rendra plus difficile pour les employeurs d’intimider et d’intervenir dans les campagnes de syndicalisation. C’est une bonne nouvelle tant pour les travailleurs que pour la qualité de notre démocratie.

La certification en une seule étape signifie que si une majorité claire de travailleurs reviennent à former un syndicat – et signent des cartes d’autorisation le déclarant – ils sont autorisés à en former un. Il s’agit en fait d’un retour au cadre traditionnel d’accréditation syndicale au Canada. Le processus en une seule étape était la norme jusque dans les années 1980, lorsque les gouvernements ont commencé à l’annuler dans de nombreuses provinces, dont la Colombie-Britannique. Ce retour en arrière s’inscrivait dans le cadre d’une tendance plus longue à la réduction du filet de sécurité sociale et à des politiques anti-syndicales plus larges.

À partir des années 1980, les lois du travail ont été modifiées dans de nombreuses provinces pour rendre la formation d’un syndicat plus difficile, notamment en instaurant un processus en deux étapes. Après qu’une majorité de travailleurs aient signé des cartes d’autorisation syndicale, une deuxième étape a été ajoutée exigeant un vote de reconfirmation. Cela peut sembler anodin (voire inutile), mais l’effet principal était de donner aux employeurs une fenêtre pour mener des campagnes antisyndicales et intimider les travailleurs pour qu’ils abandonnent les campagnes de syndicalisation.

Les campagnes d’ingérence des employeurs sont courantes et comprennent généralement des tactiques telles que la tenue de réunions à public captif – des réunions antisyndicales obligatoires – et l’utilisation de messages antisyndicaux, dont des flux constants sont affichés sur le lieu de travail et envoyés par SMS. D’autres tactiques courantes consistent à embaucher des consultants spécialisés dans les efforts antisyndicaux et à licencier simplement les travailleurs les plus actifs dans l’effort de syndicalisation.

Malheureusement, ces types de pratiques sont très répandus. Ils ont récemment attiré un peu plus l’attention des médias lors d’une vague de campagnes d’organisation des travailleurs dans de grandes entreprises comme Amazon et Starbucks aux États-Unis. Mais les mêmes tactiques sont utilisées au Canada dans des sociétés comme Amazon, Starbucks et Tim Hortons, et dans de nombreuses entreprises moins connues dans divers secteurs.

Pour aider à réduire ces types de pratiques, la Colombie-Britannique a mis en place une série de réformes du droit du travail en 2019, mais la province n’a pas rétabli la certification en une seule étape à ce moment-là. Les réformes de 2019 comprenaient le raccourcissement de l’écart entre la demande initiale d’accréditation syndicale et le vote de reconfirmation, qui visait à réduire la fenêtre d’opportunité pour les employeurs d’intervenir.

En 2018, les trois membres d’un groupe d’experts de la Colombie-Britannique sur le droit du travail ont convenu que si les abus des employeurs se poursuivaient après la mise en œuvre des réformes, les arguments en faveur du retour à la certification en une seule étape seraient « convaincants ». Lorsque le retour à la certification en une seule étape a été annoncé en avril 2022, le ministre du Travail, Harry Bains, a cité plusieurs décisions récentes du BC Labour Relations Board (LRB) comme preuve de l’ingérence continue de l’employeur. Par exemple, dans une décision rendue plus tôt cette année, la LRB a conclu qu’une entreprise de gestion des déchets avait licencié « l’organisateur en chef du syndicat au tout début d’une campagne de syndicalisation », et que cela était « sans motif valable et [with] motivation antisyndicale.

Dans une décision de février 2022, la LRB a constaté qu’un entrepreneur en électricité utilisait des tactiques telles que des réunions à audience captive pour menacer de “conséquences désastreuses sur l’emploi” si les travailleurs se syndiquaient. Selon le LRB, “la conduite de l’employeur était flagrante et la mesure dans laquelle il interférait avec le droit fondamental des employés de décider d’adhérer ou non à un syndicat était grave”. Dans un autre cas de 2020, le LRB a découvert qu’une entreprise de transformation alimentaire près de Vernon avait licencié deux travailleurs avec «l’effet de mettre fin à la campagne de syndicalisation du syndicat», typique d’une «stratégie d’évitement syndical« frapper fort, frapper tôt ». ”

Le retour à la certification en une seule étape ne signifiera pas la fin des campagnes antisyndicales agressives, mais il les rendra un peu plus difficiles à mener et donnera aux travailleurs une chance de former un syndicat. Les détracteurs du processus ont fait valoir que le processus d’accréditation en deux étapes vise à réduire les taux de syndicalisation. Des recherches examinant la certification en deux étapes en Colombie-Britannique et dans d’autres juridictions prouvent que la réduction de la syndicalisation est précisément ce que le processus accomplit.

Renforcer le droit des travailleurs à organiser des syndicats a de vastes implications pour lutter contre les inégalités extrêmes et créer un contrôle plus démocratique sur notre politique. Les syndicats aident à compenser un déséquilibre de pouvoir critique qui existe entre les travailleurs et les propriétaires. Il est de plus en plus clair que les riches exercent une influence disproportionnée sur la politique dans le monde développé, bloquant dans certains cas les progrès sur bon nombre des défis les plus importants auxquels nous sommes confrontés.

Par exemple, l’année dernière, le public de la Colombie-Britannique a massivement soutenu l’instauration d’un droit à dix jours de maladie payés, une position fortement soutenue par les experts de la santé et les économistes. Mais après des efforts de lobbying intensifs de la part des entreprises, le gouvernement provincial n’a mis en place que cinq jours. Les récents débats politiques en faveur d’un impôt sur la fortune des super-riches racontent une histoire similaire. Malgré le soutien de 89 % des Canadiens, y compris de grandes majorités d’électeurs de tous les horizons politiques, un impôt sur la fortune est introuvable.

Des syndicats plus forts peuvent aider à combler cet écart alarmant entre la volonté publique et la politique gouvernementale dans ces domaines, en compensant et en luttant contre l’influence du pouvoir des entreprises et des riches. En effet, un nombre croissant de recherches empiriques suggèrent que des taux de syndicalisation plus élevés peuvent aider à réduire les inégalités politiques persistantes dans lesquelles les riches exercent une influence disproportionnée.

Comme l’ont constaté mes propres recherches doctorales et d’autres analyses, les membres de la classe ouvrière sont gravement sous-représentés parmi les titulaires de mandats législatifs dans le monde développé. Ce manque de représentation directe au gouvernement est l’un des facteurs qui contribuent à la diminution de l’influence des travailleurs sur les politiques publiques. Mais cela aussi peut être changé. La même recherche révèle que là où les taux de syndicalisation sont plus élevés, les travailleurs sont plus susceptibles d’occuper des fonctions publiques.

Des taux de syndicalisation plus élevés sont associés à des niveaux plus faibles d’inégalités économiques et à une meilleure équité salariale entre les sexes, en partie grâce à la transparence salariale exigée par les conventions collectives. La recherche a montré que faire partie d’un syndicat et travailler dans une lutte commune avec d’autres travailleurs tend également à réduire les préjugés raciaux et le ressentiment.

Les syndicats aident à garantir que les travailleurs aient un élément de voix démocratique dans les lieux de travail capitalistes, qui sont de par leur structure de base profondément antidémocratiques, avec des propriétaires et des gestionnaires détenant le pouvoir. Les syndicats aident les travailleurs à avoir une voix collective pour contrebalancer en partie le pouvoir des patrons. Il n’y a aucune raison pour que les travailleurs ne possèdent pas et ne contrôlent pas ces entreprises.

Pourquoi la démocratie devrait-elle s’arrêter à la porte d’entrée du lieu de travail ? Pourquoi les travailleurs n’auraient-ils pas davantage leur mot à dire dans les entreprises où ils génèrent des profits et passent une grande partie de leur vie ? Si cela semble radical, gardez à l’esprit que les propositions récentes dans ce sens attirent des niveaux élevés de soutien public de tous les partis lors des sondages aux États-Unis.

Rien de tout cela ne peut se produire, cependant, sans construire le pouvoir de la classe ouvrière. Les entreprises et les politiciens n’ont jamais cédé les droits aux travailleurs sans combattre. En effet, les groupes de pression des grandes entreprises se mobilisent déjà pour tenter de bloquer le droit à la certification en une seule étape.

Le renforcement du droit de se syndiquer est essentiel non seulement pour les travailleurs qui cherchent à augmenter leurs salaires et à améliorer leurs conditions de travail, mais aussi pour lutter contre les inégalités extrêmes et approfondir la démocratie. En éliminant un obstacle à la formation de syndicats et en atténuant l’effet des campagnes antisyndicales des entreprises, le retour à l’accréditation syndicale en une seule étape est une victoire pour les travailleurs de la Colombie-Britannique.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire