DeSantis : « Le travail de l’amour est perdu » – CounterPunch.org

0
156

Source photographique : Matt Johnson – CC BY 2.0

“L’abus de grandeur, c’est quand il disjoint le remords du pouvoir.”
— William Shakespeare, Brutus dans « Jules César », acte II, scène I

Dans une surprise estivale, le magazine progressiste à but non lucratif Mother Jones a mis un tableau d’horreur sur la couverture de son dernier numéro : le gouverneur républicain Ron DeSantis de Floride, où les libertés américaines meurent rapidement dans une guerre culturelle qu’il a contribué à mener. Bien mérité.

L’artiste Scott Anderson a représenté DeSantis comme le Diable, regardant le lecteur à travers des yeux rouges, un croc jaunâtre dépassant de chaque côté de la lèvre inférieure de sa bouche rouge, son visage plissé à moitié immergé dans une étendue d’eau verte. Deux alligators aux dents de rasoir et à la gueule ouverte nagent juste derrière lui. Le lac Okeechobee ?
Dit tout. Le titre noir au-dessus de sa tête : POWER HUNGRY : RON DESANTIS RÊVE D’UNE AUTOCRATIE AMÉRICAINE. L’essence du mal. Et je pensais que Trump possédait ce titre. Aujourd’hui, la droite a misé sur nous.

L’article de 10 pages rédigé par Pema Levy, journaliste au bureau du magazine à Washington, DC, est intitulé LABORATOIRE D’AUTOCRACIE. Cela montre clairement, à travers une litanie de nouvelles lois inquiétantes d’extrême droite en Floride, que le gouverneur pour son deuxième mandat tente de surpasser Trump en cherchant à attirer des votes conservateurs. Mais ça ne marche pas.

DeSantis, 44 ans, diplômé de Yale et de Harvard Law, l’Ivy’s Ivy de l’enseignement supérieur en Amérique, semblait initialement être le républicain capable de battre Trump aux primaires et d’être nommé. Mais malgré les meilleures écoles, les donateurs et les sondages se sont estompés alors qu’il révélait à plusieurs reprises ses vraies couleurs de dictateur. Pourtant, quelque chose, pas aussi mignon qu’un chat, lui a arraché la langue pendant une grande partie du premier débat.

Les derniers sondages moyens de FiveThirtyEight montrent mercredi que DeSantis est passé d’un peu moins de 40 % en février à 14,8 %, toujours à la deuxième place derrière Trump, qui est à 50,3 %.

DeSantis, d’origine italienne, apprend peut-être que l’Amérique n’est pas la Floride, où le nombre de personnes entre 65 et 85 ans est le deuxième plus élevé du pays après le Maine, avec 18,7 pour cent. Les personnes âgées ont tendance à voter républicain. À l’échelle nationale, ce chiffre est de 14,9 pour cent.

L’Amérique n’est pas la Hongrie et la Pologne, qui ont renoncé à la démocratie pour s’en tenir aux hommes forts de droite. Je crois que les Américains en général, en particulier les jeunes, ne veulent pas qu’un président autoritaire soit limité dans ce qu’ils peuvent lire, ce qu’ils sont autorisés à apprendre sur la race et qu’il leur soit interdit d’avorter. Et ils n’aiment pas l’antagonisme envers les personnes trans et LGBTQI+.

Et c’est précisément le ton sur lequel DeSantis a marché.

Il existe un autre morceau, plus populaire : Encore une fois, « les temps sont en train de changer », chantait Bob Dylan en 1964, l’année où le droitier Barry Goldwater a perdu beaucoup de temps face à LBJ pour la présidence. Mais la droite dure a toujours été en retard.
Ils vivent pour le passé, y compris DeSantis. Il remonte au moins à 1963, lorsque le révérend Martin Luther King Jr., un pasteur baptiste, a déclaré à l’Amérique devant le Lincoln Memorial, notre temple laïc, qu’il avait fait un rêve. Cela ne s’est toujours pas réalisé ; le racisme est bien vivant.

L’Amérique n’est pas le Parti républicain que DeSantis essaie puissamment d’entourer de ses bras. Il a pris en compte les plaintes de fanatiques et a obtenu que sa législature républicaine à majorité qualifiée adopte la loi « Ne dites pas gay » l’année dernière, parmi d’autres lois de droite. Il interdit aux enseignants de la maternelle à la troisième année de discuter d’éducation sexuelle ou d’identité de genre.

La loi est officiellement connue sous le nom de Loi sur les droits parentaux en matière d’éducation. Quels droits ? Quels parents ? Qu’en est-il des mamans et des papas qui souhaitent que leurs enfants s’initient à ces sujets sensibles auprès de professionnels sachant parler avec les enfants ?

Disney à Orlando, la maison de jeux géante adorée des enfants et qui rapporte des tonnes de dollars au tourisme, s’est opposée à la loi. Le vaniteux DeSantis a pris ombrage, naturellement, et s’en est pris à Disney. C’est à ce moment-là qu’il a commencé à perdre son soutien politique. Le fait qu’il n’aime pas être corrigé présente une similitude avec le Trump vindicatif et inondé de vanité.
Un autre revers possible pour DeSantis a été la destitution il y a un an du procureur démocrate de Tampa, Andrew H. Warren, pour avoir signé une déclaration avec 89 autres procureurs élus dans tout le pays s’engageant à ne pas criminaliser les avortements. Cela signifierait que le second mandat de Warren violerait la stricte loi anti-avortement de Floride.

DeSantis s’est vanté de sa décision de suspendre Warren dans le but d’attirer la base conservatrice de Trump à ses côtés. Il a écarté d’autres opposants démocrates. Warren, que j’ai rencontré il y a des années, porte plainte.

“Cela va bien au-delà de ma position”, a-t-il déclaré à Mother Jones, qui affirme toucher huit millions de lecteurs par mois sur diverses plateformes. « Si le gouverneur peut simplement démettre un élu de ses fonctions, sur un coup de tête, sans aucune base légale, alors cela annule le sens de la démocratie dans tout notre État. Cela signifie que les élections n’ont aucun sens.

DeSantis est resté muet pendant la majeure partie des deux heures du premier débat républicain du 23 août. Peut-être a-t-il été dépassé par l’homme d’affaires millionnaire Vivek Ramaswamy, désormais troisième dans les sondages FiveThirtyEight. Ses pitreries étranges ont éclipsé tout le monde sur la scène Fox « News » en lice pour avoir une chance de battre Trump, absent mais favori.
Quant à l’ancien président deux fois destitué et quatre fois inculpé, la juge fédérale Tanya S. Chutkan a fixé au 4 mars la date du procès pour les accusations de Trump de complot visant à renverser les élections de 2020. Trump a proposé une date de début de mandat en 2026, deux ans après avoir espéré remporter les élections de 2024, afin de pouvoir se pardonner s’il était reconnu coupable.

Mais ne comptez pas sur cette date du 4 mars. Depuis des années, le mode de fonctionnement de Trump consiste à retarder, retarder, retarder les comparutions devant les tribunaux avec des camions remplis de propositions juridiques. Ce sera un homme très, très occupé, avec des problèmes juridiques uniques et une campagne pour sa réélection. Il peut dormir dans son avion. Ou somnoler au tribunal.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/09/01/desantis-loves-labors-lost/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire