Deux poids deux mesures au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

0
46

Ce n’est un secret pour personne que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU sert essentiellement les intérêts des pays occidentaux développés et n’a pas une approche holistique de tous les droits de l’homme. Le chantage et l’intimidation sont des pratiques courantes, et les États-Unis ont prouvé qu’ils avaient suffisamment de “puissance douce” pour cajoler les pays les plus faibles. Il n’est pas nécessaire de menacer dans l’hémicycle ou dans les couloirs, un coup de téléphone de l’Ambassadeur suffit. Les pays sont menacés de sanctions – ou pire – comme je l’ai appris des diplomates africains. Bien sûr, s’ils abandonnent l’illusion de la souveraineté, ils sont récompensés en étant qualifiés de « démocrates ». Seules les grandes puissances peuvent se permettre d’avoir leurs propres opinions et de voter en conséquence.

En 2006, la Commission des droits de l’homme, qui avait été créée en 1946, avait adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme et de nombreux traités relatifs aux droits de l’homme, et établi le système des rapporteurs, a été abolie. À l’époque, j’ai été surpris par la logique de l’Assemblée générale, car la raison invoquée était la « politisation » de la Commission. Les États-Unis ont fait pression en vain pour la création d’une commission plus petite composée uniquement de pays qui respectaient les droits de l’homme et pouvaient porter un jugement sur le reste. En fin de compte, l’AG a créé un nouvel organe de 47 États membres, le Conseil des droits de l’homme, qui, comme tout observateur le confirmera, est encore plus politisé et moins objectif que son prédécesseur décrié.

La session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme qui s’est tenue à Genève le 12 mai sur la guerre en Ukraine a été un événement particulièrement douloureux, entaché de déclarations xénophobes en violation de l’article 20 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). Les orateurs ont utilisé un ton méchant pour diaboliser la Russie et Poutine, tout en ignorant les crimes de guerre commis par l’Ukraine depuis 2014, le massacre d’Odessa, les bombardements ukrainiens de 8 ans sur la population civile de Donetsk et Lougansk, etc.

Un examen rapide des rapports de l’OSCE de février 2022 est révélateur. Le rapport du 15 février de la mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine fait état de quelque 41 explosions dans les zones de cessez-le-feu. Cela est passé à 76 explosions le 16 février, 316 le 17 février, 654 le 18 février, 1413 le 19 février, un total de 2026 des 20 et 21 février et 1484 le 22 février. Les rapports de mission de l’OSCE ont montré que la grande majorité des impacts les explosions de l’artillerie étaient du côté séparatiste de la ligne de cessez-le-feu[1]. On pourrait facilement faire une comparaison entre le bombardement ukrainien du Donbass et le bombardement serbe de la Bosnie et de Sarajevo. Mais à l’époque, l’agenda géopolitique de l’OTAN favorisait la Bosnie et là aussi le monde était divisé entre les bons et les méchants.

Tout observateur indépendant grincerait des dents devant le manque d’équilibre affiché dans les discussions au Conseil des droits de l’homme jeudi. Mais y a-t-il beaucoup de penseurs indépendants dans les rangs de « l’industrie des droits de l’homme » à gauche ? La pression de la « pensée de groupe » est énorme.

L’idée d’établir une commission d’enquête pour enquêter sur les crimes de guerre en Ukraine n’est pas nécessairement mauvaise. Mais une telle commission devrait être dotée d’un large mandat qui lui permettrait d’enquêter sur les crimes de guerre commis par tous les belligérants – des soldats russes ainsi que des soldats ukrainiens et 20 000 mercenaires de 52 pays qui combattent du côté ukrainien. Selon Al-Jazeera, plus de la moitié d’entre eux, 53,7 %, viennent des États-Unis, de Grande-Bretagne et du Canada et 6,8 % d’Allemagne. Il serait également justifié de donner mandat à la commission pour enquêter sur les activités des 30 biolabs américano-ukrainiens.

Ce qui semble particulièrement offensant dans le « spectacle » du 12 mai au Conseil, c’est que les États se livrent à une rhétorique contraire au droit humain à la paix (résolution 39/11 de l’AG) et au droit à la vie (art.6 PIDCP). La priorité n’était pas de sauver des vies en imaginant des moyens de promouvoir le dialogue et de parvenir à un compromis raisonnable qui mettrait fin aux hostilités, mais simplement de condamner la Russie et d’invoquer le droit pénal international – bien sûr, exclusivement contre la Russie. En effet, les orateurs présents à l’événement se sont principalement livrés à du « naming and shaming », la plupart du temps sans preuves, car de nombreuses allégations n’étaient pas étayées par des faits concrets dignes d’un tribunal. Les accusateurs se sont également appuyés sur des allégations que la Russie avait déjà abordées et réfutées. Mais comme nous le savons d’après les paroles de la chanson “The Boxer” de Simon & Garfunkel – “un homme entend ce qu’il veut entendre et ignore le reste”.

C’est précisément le but d’une commission d’enquête qui devrait être de recueillir des preuves vérifiables de toutes parts et d’entendre autant de témoins que possible. Malheureusement, la résolution adoptée le 12 mai n’augure rien de bon pour la paix et la réconciliation, car elle est malheureusement unilatérale. C’est précisément pour cette raison que la Chine a renoncé à sa pratique consistant à s’abstenir lors de ces votes et est allée de l’avant et a voté contre la résolution. Il est louable que le haut diplomate chinois au bureau des Nations Unies à Genève, Chen Xu, ait parlé d’essayer de négocier la paix et d’appeler à une architecture de sécurité mondiale. Il a déploré : « Nous avons constaté que ces dernières années la politisation et la confrontation au [council] a augmenté, ce qui a gravement affecté sa crédibilité, son impartialité et sa solidarité internationale ».

Bien plus important que l’exercice rituel de Genève pour dénigrer la Russie et l’hypocrisie à couper le souffle de la résolution fut une autre réunion de l’ONU, cette fois au Conseil de sécurité à New York le jeudi 12 mai, où le vice-ambassadeur chinois à l’ONU Dai Bing a fait valoir que l’anti -Les sanctions russes auraient certainement l’effet inverse. “Les sanctions n’apporteront pas la paix mais ne feront qu’accélérer les retombées de la crise, déclenchant des crises alimentaires, énergétiques et financières à travers le monde”.

Toujours au Conseil de sécurité, vendredi 13 mai, le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, Vassily Nebenzia, a présenté des preuves documentant les activités dangereuses d’une trentaine de bio-laboratoires américains en Ukraine[2]. Il a rappelé la Convention sur les armes biologiques et à toxines de 1975 (BTWC) et a exprimé sa préoccupation face aux risques énormes liés aux expériences biologiques menées dans des laboratoires de guerre américains comme Fort Detrick, Maryland.

Nebenzia a indiqué que les biolabs ukrainiens étaient directement supervisés par la Defense Threat Reduction Agency des États-Unis au service du National Center for Medical Intelligence du Pentagone. Il a confirmé le transfert de plus de 140 conteneurs contenant des ectoparasites de chauves-souris depuis un biolab de Kharkov à l’étranger, en l’absence de tout contrôle international. Évidemment, il existe toujours un risque que des agents pathogènes soient volés à des fins terroristes ou vendus au marché noir. Les preuves montrent que des expériences dangereuses ont été menées depuis 2014, à la suite de l’inspiration occidentale et coordonnée coup d’état contre le président démocratiquement élu de l’Ukraine, Victor Ianoukovitch[3].

Il semble que le programme américain ait déclenché une incidence croissante d’infections dangereuses et économiquement pertinentes en Ukraine. Il a déclaré : « Il existe des preuves qu’à Kharkov, où se trouve l’un des laboratoires, 20 soldats ukrainiens sont morts de la grippe porcine en janvier 2016, 200 autres ont été hospitalisés. Par ailleurs, des foyers de peste porcine africaine surviennent régulièrement en Ukraine. En 2019, il y a eu une épidémie d’une maladie qui présentait des symptômes similaires à la peste.

Selon les rapports du ministère russe de la Défense, les États-Unis ont exigé que Kiev détruise les agents pathogènes et dissimule toutes les traces de la recherche afin que la partie russe ne puisse pas mettre la main sur les preuves des violations ukrainiennes et américaines de l’article 1 de la BTWC. En conséquence, l’Ukraine s’est empressée d’arrêter tous les programmes biologiques et le ministère ukrainien de la Santé a ordonné l’élimination des agents biologiques déposés dans les biolabs à partir du 24 février 2022.

L’ambassadeur Nebenzia a rappelé que lors de l’audition du Congrès américain le 8 mars, la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland a confirmé qu’il y avait des biolabs en Ukraine où des recherches biologiques à des fins militaires avaient été menées, et qu’il était impératif que ces installations de recherche biologique “ne tombent pas aux mains des forces russes.[4]

Pendant ce temps, l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU Linda Thomas-Greenfield a rejeté les preuves russes, les qualifiant de “propagande” et a fait gratuitement allusion à un rapport discrédité de l’OIAC sur l’utilisation présumée d’armes chimiques à Douma par le président Bashar Al-Assad de Syrie, établissant ainsi une sorte de culpabilité par association.

Encore plus pathétique a été la déclaration de l’ambassadrice britannique Barbara Woodward, qualifiant les préoccupations de la Russie de “série de théories du complot sauvages, totalement sans fondement et irresponsables”.

Lors de cette session du Conseil de sécurité, l’ambassadeur chinois Dai Bing a exhorté les pays détenant des armes de destruction massive (ADM), y compris des armes biologiques et chimiques, à détruire leurs stocks : « Nous nous opposons fermement au développement, au stockage et à l’utilisation d’armes biologiques et chimiques par tout pays. quelles que soient les circonstances, et exhortons les pays qui n’ont pas encore détruit leurs stocks d’armes biologiques et chimiques à le faire dès que possible. Toute piste d’information sur une activité biomilitaire devrait être une grande préoccupation pour la communauté internationale. La Chine a appelé toutes les parties concernées à répondre aux questions pertinentes en temps opportun et à apporter des éclaircissements complets afin de dissiper les doutes légitimes de la communauté internationale.

Vraisemblablement, les médias grand public donneront une visibilité abondante aux déclarations américaines et britanniques et ignoreront allègrement les preuves présentées par les propositions de la Russie et de la Chine.

Il y a d’autres mauvaises nouvelles pour la paix et le développement durable. Mauvaise nouvelle pour le désarmement, en particulier le désarmement nucléaire ; mauvaise nouvelle pour les budgets militaires toujours plus importants et le gaspillage des ressources pour la course aux armements et la guerre. Nous venons d’apprendre la candidature de la Finlande et de la Suède à l’adhésion à l’OTAN. Se rendent-ils compte qu’ils rejoignent en réalité ce qui pourrait être considéré comme une « organisation criminelle » aux fins de l’article 9 du statut du Tribunal de Nuremberg ? Sont-ils conscients du fait qu’au cours des 30 dernières années, l’OTAN a commis des crimes d’agression et des crimes de guerre en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie ? Bien sûr, l’OTAN a jusqu’à présent joui de l’impunité. Mais « s’en tirer comme ça » ne rend pas ces crimes moins criminels.

Si la crédibilité du Conseil des droits de l’homme n’est pas encore morte, force est d’admettre qu’elle est gravement atteinte. Hélas, le Conseil de sécurité ne gagne pas non plus de lauriers. Les deux sont des arènes de gladiateurs où les pays essaient seulement de marquer des points. Ces deux institutions deviendront-elles un jour des forums civilisés de débats constructifs sur les questions de guerre et de paix, les droits de l’homme et la survie même de l’humanité ?

Remarques.

[1] voir https://www.osce.org/special-monitoring-mission-to-ukraine/512683

[2] https://consortiumnews.com/2022/03/12/watch-un-security-council-on-ukraines-bio-research/

[3] https://www.counterpunch.org/2022/05/05/taking-aim-at-ukraine-how-john-mearsheimer-and-stephen-cohen-challenged-the-dominant-narrative/

[4] https://sage.gab.com/channel/trump_won_2020_twice/view/victoria-nuland-admits-to-the-existence-62284360aaee086c4bb8a628

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/17/double-standards-at-the-un-human-rights-council/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire