Dick Cheney devrait être en prison, pas salué comme un héros par les démocrates

0
41

Hier marquait un an depuis que les fanatiques pro-Trump ont pris d’assaut le Capitole américain pensant qu’ils pourraient arrêter le dépouillement des votes électoraux et installer le perdant d’une élection en tant que président. Les démocrates ont marqué l’occasion en se souvenant de la rupture du Capitole comme une attaque contre la démocratie (avec un interlude musical bizarre de la distribution de Hamilton); Les républicains étaient moins enclins à le faire. Lors de la cérémonie officielle du Congrès, seuls deux républicains ont choisi d’y assister. L’une était Liz Cheney, actuellement représentante des États-Unis pour le Wyoming ; l’autre était son père, Dick Cheney (en tant qu’ancien membre du Congrès, Cheney a des privilèges à vie au Congrès). De nombreux démocrates auraient a marché dessus à Cheney pour lui serrer la main.

J’ai du mal à exprimer à quel point il est honteux de vénérer Cheney de la sorte par qui que ce soit, et encore moins par le soi-disant parti de gauche du pays – et c’est particulièrement choquant étant donné que Cheney a consacré sa carrière à attaquer la démocratie, la chose même que la cérémonie était censée contrairement à.

Il est nécessaire de rappeler un peu d’histoire ici. Cheney était le vice-président le plus puissant de l’histoire des États-Unis. Il est surtout connu pour son rôle dans la promotion de la guerre en Irak, une guerre d’agression illégale fondée sur des mensonges, ainsi que pour avoir poussé la nation du « côté obscur » après le 11 septembre, ce qui comprenait la torture, la détention sans procès (y compris des citoyens), la surveillance sans mandat et d’autres écarts flagrants par rapport aux normes libérales de la démocratie.

Tout cela était fondé sur une théorie juridique choquante qui conférait au président des pouvoirs étendus en temps de guerre que ni le Congrès ni les tribunaux ne pouvaient contrôler. Alors qu’ils menaient une guerre mondiale sans frontières, cela signifiait que même les citoyens américains aux États-Unis n’étaient pas à l’abri des saccages du président en temps de guerre. Cela a été illustré par le cas de José Padilla, qui a été arrêté à l’aéroport de Chicago, déclaré combattant ennemi par George W. Bush, et détenu dans une prison militaire pendant trois ans et demi.

Ce ne sont pas les actions d’un « défenseur de la démocratie » mais de quelqu’un qui l’attaque, la sape et la méprise constamment. Et tandis que les pires abus de Cheney sont survenus pendant la « guerre contre le terrorisme », ils ont été le point culminant de décennies de ses manigances contre la démocratie américaine. La longue carrière politique de Cheney a été consacrée à contourner et à ignorer les normes démocratiques comme bon lui semble.

Cheney a commencé sa carrière au gouvernement pendant la présidence en disgrâce de Richard Nixon, restant dans l’administration de Gerald Ford. Alors que le nom de Nixon est synonyme d’abus de pouvoir de la présidence impériale, Cheney pensait que Nixon avait obtenu un accord brut. Plus important encore, il pensait que le pouvoir de la présidence avait été trop fortement diminué. Il en voulait aux tentatives du Congrès d’imposer des restrictions aux agences de renseignement, de restreindre la capacité du président à faire la guerre sans le consentement du Congrès et de rendre le pouvoir exécutif plus transparent.

Le zèle de Cheney pour l’exécutif et le mépris pour la législature se sont poursuivis pendant son séjour au Congrès. Lorsqu’il ne s’opposait pas à la liberté de Nelson Mandela ou ne votait pas contre les sanctions contre l’apartheid en Afrique du Sud, il utilisait sa place au sein de la commission du Congrès chargée d’enquêter sur l’affaire Iran-Contra pour faire avancer ses théories d’une guerre présidentielle expansive. Cheney a dirigé le rapport minoritaire de l’enquête.

À l’époque, les démocrates ont à juste titre décrit l’Iran-Contra comme une crise constitutionnelle et une attaque contre l’État de droit et la démocratie elle-même. Pourtant, pour Cheney, l’abus de pouvoir ne venait pas du pouvoir exécutif mais du pouvoir législatif, qui avait usurpé les pouvoirs du président.

Les racines d’Iran-Contra remontent à 1979, lorsque la révolution sandiniste a renversé la dictature corrompue de Somoza soutenue par les États-Unis et a inauguré un nouveau gouvernement socialiste. Dans le même temps, les décideurs américains craignaient que les gouvernements militaires brutaux d’El Salvador et du Guatemala, soutenus par les États-Unis, ne soient également vaincus par les forces de gauche.

En 1981, Ronald Reagan, nouvellement élu, a ordonné à la CIA de soutenir les Contras (abréviation de « contre-révolutionnaires ») dans leurs actions militaires contre le gouvernement socialiste du Nicaragua. Les Contras étaient, par définition, une organisation terroriste. Estimant que la légitimité de leurs opposants de gauche reposait en partie sur leur capacité à améliorer la vie du peuple nicaraguayen, les Contras ont délibérément attaqué des garderies, des dispensaires, des agents de santé et des centres d’alphabétisation pour adultes. En plus d’attaquer délibérément les infrastructures civiles, les Contras ont exécuté et kidnappé des civils et utilisé le viol et la torture comme armes de guerre. Pour aider les crimes des Contras, la CIA a miné les ports du Nicaragua.

Le Congrès, préoccupé par les atrocités des Contras — ainsi que par le fait qu’en minant les ports, la CIA a littéralement commis un acte de guerre contre une nation souveraine — a imposé des restrictions sur le soutien monétaire américain aux efforts des Contras visant à renverser le gouvernement nicaraguayen (alors que en donnant simultanément aux Contras une « aide humanitaire »). Le scandale Iran-Contra a éclaté lorsqu’il a été révélé que des responsables de l’administration Reagan avaient vendu des armes à l’Iran, un ennemi officiel des États-Unis, et utilisé les bénéfices pour acheter des armes pour les Contras. Il ne faisait aucun doute qu’un tel geste enfreignait la loi ; la seule question était de savoir jusqu’où s’élevait l’association de malfaiteurs.

Pourtant, selon le rapport minoritaire de Cheney sur le scandale, le président a simplement commis des erreurs, mais il n’a pas enfreint la loi. (Une erreur pour laquelle le rapport a critiqué Reagan : renoncer au privilège exécutif afin de coopérer avec l’enquête du Congrès.) Le président, et non le Congrès, a le pouvoir d’exécuter la politique étrangère. Des actions secrètes comme celles que la CIA s’était engagées au Nicaragua, selon Cheney, étaient des pouvoirs inhérents conférés au président par la Constitution. Le Congrès ne pouvait pas usurper ces pouvoirs.

Ainsi, l’abus de pouvoir, dans l’esprit de Cheney, ne provenait pas de la violation délibérée de la loi par l’administration Reagan, mais des tentatives du Congrès de limiter sa guerre secrète et non déclarée contre le gouvernement nicaraguayen. Inutile de dire que ce ne sont pas les actions d’un défenseur de la démocratie américaine.

Des années plus tard, George W. Bush a chargé Cheney de choisir son colistier vice-présidentiel. Cheney s’est choisi. Cheney n’a pu prendre le pouvoir qu’après une décision absurde de la Cour suprême qui a interrompu le recomptage des élections en Floride pour des motifs fallacieux, confiant ainsi la présidence à Bush. Alors que Donald Trump avait peut-être rêvé de voler une élection, Bush et Cheney l’ont fait.

Après que les attaques terroristes du 11 septembre aient stupéfié la nation, Cheney a vu une opportunité de mettre enfin en œuvre son programme de plusieurs décennies pour restaurer la présidence impériale. Comme l’a documenté Jane Mayer, Cheney a joué un rôle déterminant dans la cabale au sein de l’administration Bush qui a repoussé les limites du pouvoir exécutif et engendré certaines des pires violations des droits humains de l’histoire des États-Unis. L’une des actions les plus spectaculaires de Cheney et de ses acolytes a été d’inventer une nouvelle catégorie de prisonniers appelés « combattants ennemis », arguant du fait que les Conventions de Genève, qui régissent le droit de la guerre, ne s’appliquaient pas à eux.

La théorie du gouvernement de Cheney a été reprise par les défenses juridiques du programme de surveillance sans mandat de Bush, que Cheney a défendu avec enthousiasme comme étant légal. L’administration Bush a autorisé la National Security Agency (NSA) à intercepter sans mandat les appels téléphoniques des citoyens américains à l’étranger. Une telle décision ne viole pas seulement le quatrième amendement, elle viole expressément le texte du Foreign Intelligence Surveillance Act, une mesure de compromis adoptée en réponse aux abus de surveillance de la guerre froide révélés dans les années 1970.

L’administration Bush a fait valoir que l’autorisation d’utilisation de la force militaire adoptée par le Congrès outrepassait ces interdictions statutaires, accordant à Bush le droit d’espionner les Américains. Plus inquiétant encore, l’administration Bush a soutenu qu’une telle surveillance sans mandat était basée sur un pouvoir inhérent de la branche exécutive. Ainsi, ce n’était pas la surveillance sans mandat du président des Américains qui était inconstitutionnelle, mais plutôt la tentative du Congrès de l’interdire qui allait à l’encontre de la Constitution.

Cette logique, bien sûr, reflète le rapport minoritaire de Cheney sur Iran-Contra. Les critiques ont qualifié les arguments juridiques de l’ère Bush de renouveau de la « doctrine Nixon ». Bien sûr, faire revivre la doctrine Nixon était la mission de toute une vie de Cheney.

Et il n’y avait pas que des écoutes téléphoniques sans mandat pour lesquelles Cheney était une pom-pom girl. Il était un défenseur de la prison de Guantanamo Bay et du programme de torture de la CIA.

Personne ne devrait minimiser les crimes de Donald Trump. Son comportement erratique et démagogique pendant la crise du COVID-19 et les soulèvements de George Floyd, son feu vert à la terreur policière et à la violence de la suprématie blanche, et son amour de l’insensibilité et de la cruauté, même envers les enfants migrants, ont fait de lui une véritable menace.

Pourtant, comparé aux crimes contre la démocratie de Dick Cheney, Trump est un amateur. Cheney a réduit les nations en ruines, déchiqueté la Déclaration des droits et adopté des programmes de surveillance, d’enlèvement, de détention et de torture plus conformes au terrorisme d’État des dictatures militaires qu’aux normes de la démocratie libérale.

Vénérer Cheney, comme les démocrates au Congrès l’ont fait hier, c’est faire preuve d’un mépris total pour la démocratie.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici