Douleurs frontalières : un jeu de rôle par la Biélorussie

0
27

Les migrants désespérés pris en sandwich entre la frontière biélorusse-polonaise est un sale bourbier. C’est aussi une crise fabriquée de manière impressionnante. Avec les menaces aux frontières de l’UE et de l’OTAN au centre de la situation, un air d’anxiété et d’atrophie a tourmenté les décideurs bruxellois tout au long de cette crise.

Bien que la situation actuelle ne soit pas enviable et déchirante, elle donne un aperçu sobre du futur paysage de conflit que les deux organisations devront apprendre à gérer. Au fur et à mesure que la débâcle frontalière se déroule, des erreurs dans le choix des politiques et le jugement moral seront commises. Malgré la courbe d’apprentissage abrupte, la crise est une opportunité d’apprendre et d’améliorer leurs réponses de guerre hybride. Ils s’avéreront particulièrement importants compte tenu de la publication prochaine de la boussole stratégique de l’UE et du concept stratégique de l’OTAN.

La décision du président biélorusse Alexandre Loukachenko d’amener des migrants du Moyen-Orient aux frontières de la Pologne et de la Lituanie est une brillante mise en scène d’un livre de jeu hybride en constante évolution qui sert à faire avancer à la fois les intérêts intérieurs et extérieurs de dictateurs similaires comme le président russe. Vladimir Poutine et le Turc Recep Tayyip Erdogan. Chez nous, malgré un été houleux de révolte en 2020 appelant à son exode, une vague de répression violente, dont un air jacking, et un épuisement dissident ont résisté à la tempête.

Ensemble, ils ont considérablement augmenté les perspectives à long terme de sa présidence. À l’étranger, la répression nationale épouvantable a entraîné des sanctions économiques et un isolement diplomatique, ne laissant aucun débouché à l’exception de Poutine. Un endroit soumis que Loukachenko souhaite éviter comme la peste ou la démocratie. Par conséquent, à travers sa crise migratoire, Loukachenko s’est libéré des deux situations difficiles.

Les médias étrangers se concentrent carrément sur la sécurité des frontières avec de moins en moins de mentions de la situation politique nationale. À toutes fins utiles, il a sapé l’élan des manifestants, qui ont été dépassés par les tirs des médias humanitaires. Chaque jour qui passe de la crise consolide la position nationale de Loukachenko et supprime tout élément de résistance.

À leur tour, Varsovie et d’autres parties concernées sont obligées de s’engager avec le président paria biélorusse. Son homologue au Kremlin a déclaré qu’un dialogue actif avec Loukachenko était une condition préalable pour mettre fin à la situation. De plus, si la Commission européenne rapports sont vrais, il a reconstitué ses caisses d’État avec des migrants payant jusqu’à 10 000 € pour le passage vers l’Europe.

Les événements se sont développés au point où le déploiement de ce jeu hybride peut être, et est, incroyablement réussi. Crédit là où le crédit est dû à la Russie, qui a écrit le avant-propos du playbook en 2016 en conduisant les migrants syriens en Turquie et plus tard en Europe. La conception biélorusse actuelle a divisé l’Occident, accru la légitimité de Loukachenko et fourni plus de propagande au Kremlin en décrivant l’UE comme une organisation hypocrite.

Alors que la crise reste dans un sweet spot et bien gérée par Minsk, il semble illogique que Loukachenko espère qu’elle déborde à un niveau plus dangereux. Ces derniers jours, il y a eu beaucoup de coups de sabre de Minsk, notamment des exercices instantanés de parachutistes biélorusses et russes, et le Royaume-Uni a envoyé des conseillers militaires en Pologne. Tant Varsovie que Vilnius ont envisagé d’invoquer l’article 4 de la charte de l’OTAN. Il s’agirait d’une demande formelle de consultations avec d’autres membres de l’alliance si un membre estime que son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité sont menacées.

Alors que la solidarité est toujours la bienvenue, il n’y a pas de solution militaire concevable à la crise qui augmente le risque de dégénérer en un conflit plus large.

La Biélorussie utilise la crise comme une boîte de Pétri pour voir quel type de prix elle peut exiger. Cette approche peut également être utilisée par l’OTAN et l’UE, dans des limites raisonnables. Envisager de nouvelles contre-mesures doit garantir que les sanctions ou les perturbations affectent le régime et non ses habitants. Bien qu’évident, ne pas le faire donnerait à Loukachenko des munitions supplémentaires pour goudronner les opposants étrangers.

Un domaine qui pourrait être traité immédiatement est la création d’un système d’alerte précoce hybride (SAP) et d’un protocole d’alarme efficaces. Les migrants du Moyen-Orient ne sont tout simplement pas arrivés en Europe sans aide. Il y a eu des signes que des migrants illégaux ont été transportés en Biélorussie depuis septembre. Compte tenu du volume inhabituel et de la logistique de voyage compliquée, les sonnettes d’alarme à l’OTAN et à l’UE auraient dû sonner. Ils auraient ensuite dû prendre des mesures préventives pour se coordonner avec les pays d’accueil afin de supprimer les droits d’atterrissage des transporteurs aériens biélorusses, turcs, irakiens et russes afin de freiner l’afflux de migrants en provenance du Moyen-Orient.

Ils devraient avoir la prévoyance de comprendre qu’aujourd’hui ses avions, demain pourraient être des bateaux de croisière. Tout SAP doit être adaptable pour inclure toutes les possibilités. À ce jour, l’UE s’est exclusivement appuyée sur un cocktail de sanctions économiques ciblées ainsi que sur des interdictions de voyager et d’atterrir pour punir le régime biélorusse. Bien qu’il soit important de montrer aux citoyens de l’UE, et à la communauté internationale au sens large, que les décideurs politiques agissent, il y a une limite à leur capacité à changer le comportement de la Biélorussie.

En dehors de cette position par défaut, l’OTAN et l’UE doivent envisager de faire monter les enchères par une escalade contrôlée. Pour cela, l’instrument logique à déployer est les cyber-armes en raison de leur nature large. L’utilisation de ces armes non cinétiques pour perturber l’électricité et les services publics des bâtiments du gouvernement biélorusse, ou même paralyser les réseaux informatiques ou de télécommunications, sont des cibles viables qui infligent des dommages sans frais aux citoyens. Bien qu’impensable, le moment est venu d’envisager de déployer certaines attaques contre rançon contre le régime biélorusse. Compte tenu du déni plausible des attaquants, il offre la couverture parfaite pour les utiliser comme réponse proportionnelle alors que Loukachenko aggrave le désordre à la frontière.

À l’avenir, que ce soit cette crise ou la suivante, le quo standard n’est plus acceptable. Si l’Occident a appris quelque chose récemment, c’est que la faiblesse invite à de nouvelles agressions. Bien que changer la portée de la réponse en utilisant des tactiques hybrides inspirées de l’Occident soit une proposition désordonnée et pas universellement approuvée, c’est une nécessité.

Compte tenu de la probabilité de mauvais résultats à la frontière, il est maintenant temps de tester et de rassembler des données originales. Toute nouvelle donnée dérivée de ces tactiques peut affiner la boussole stratégique de l’UE et le concept stratégique de l’OTAN pour garantir qu’elles sont prêtes pour le match hybride.

L’imitation est la plus grande forme de flatterie ; il est temps pour un jeu hybride occidental défini.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici