Elections au Kenya : Cinq raisons de se soucier du vote | Nouvelles des élections

0
85

Nairobi, Kenya – Le 9 août, 22,1 millions de Kenyans inscrits se rendront aux urnes pour élire le cinquième président du pays et successeur du président sortant Uhuru Kenyatta.

Même si l’accent est principalement mis sur la course présidentielle de haut niveau, dans les 47 comtés, l’électorat votera également pour les gouverneurs de comté, les représentants du parlement et d’autres postes de niveau inférieur.

Bien qu’il n’ait pas été éligible après avoir servi deux mandats comme limité par la constitution, Kenyatta reste sur le devant de la scène dans les sondages. Il soutient le principal candidat Raila Odinga, son ancien grand rival qui se présente à la présidence pour un cinquième mandat record.

L’autre challenger principal est le vice-président William Ruto, qui a exercé deux mandats avec Kenyatta mais s’est depuis brouillé avec son patron après la réconciliation de ce dernier avec Odinga.

Voici cinq raisons pour lesquelles cette élection est si chaudement disputée et ce qu’il faut rechercher.

L’économie en jeu

L’une des plus grandes économies d’Afrique, le Kenya possède un secteur technologique florissant et la Banque mondiale a prévu que son produit intérieur brut (PIB) augmentera de 5,5 % à la fin de 2022.

Mais les effets de la pandémie de COVID-19 et la hausse du coût des denrées alimentaires due aux perturbations de l’approvisionnement en blé alors que la Russie continue d’envahir l’Ukraine, ont affecté l’économie et augmenté le taux de chômage.

Cela a entraîné une augmentation du coût de la vie qui pourrait être déterminante dans les élections, vues comme un référendum sur la présidence de Kenyatta. En fin de compte, cela pourrait éloigner des sections du public de son candidat préféré Odinga, vers son ancien adjoint, Ruto.

Certaines parties du nord connaissent également une grave sécheresse, qui fait partie d’une vague parmi les plus sèches à avoir affecté la région de la Corne de l’Afrique depuis plus de 30 ans.

Et les choses pourraient encore empirer, selon les analystes.

“Les prix des matières premières sont actuellement volatils et tendent à la hausse”, a déclaré à Al Jazeera Magdalene Kariuki, responsable des politiques publiques au bureau de Nairobi d’Africa Practice. “L’inflation alimentaire a augmenté à environ 18,8% en juin, contre 12,4% en mai, mais des efforts sont déployés par le gouvernement pour assurer la stabilisation et protéger les Kenyans”.

“Le ratio de la dette publique au PIB devrait atteindre 70% du PIB en 2022”, a-t-elle déclaré. “Si un candidat à la présidence dit qu’il ne reste qu’un tiers du budget actuel pour le développement, il faut alors remettre en question certaines des promesses du manifeste, en se demandant dans quelle mesure elles sont pratiques ou réalisables.”

Compte tenu de la politisation des indicateurs économiques, le vainqueur devra se mettre immédiatement au travail.

Stabilité régionale

Le Kenya est considéré comme une démocratie saine et un phare de stabilité en Afrique de l’Est, en particulier avec l’Ouganda et le Rwanda qui ont depuis longtemps des dirigeants à la poigne de fer.

C’est également un courtier en électricité clé dans la région des Grands Lacs couvrant le Burundi, la République démocratique du Congo ou RDC, le Rwanda et l’Ouganda. Et son influence s’étend également aux voisins de la Corne de l’Afrique, compte tenu de sa proximité avec la Somalie où le groupe armé al-Shabab, lié à Al-Qaïda, y contrôle encore certains territoires et a mené un certain nombre d’attaques ces dernières années sur le sol kenyan.

Mais c’est peut-être la République démocratique du Congo, qui peine à mettre en déroute les centaines de groupes armés qui combattent à travers le pays, notamment à l’est, qui pourrait faire l’objet d’une intervention du Kenya.

“Avec l’adhésion de la RDC à la Communauté de l’Afrique de l’Est en mars de cette année, le pays a développé des liens encore plus étroits avec le Kenya et le président Kenyatta est devenu médiateur dans le conflit dans l’est de la RDC, facilitant les pourparlers avec les groupes armés à Nairobi”, a déclaré Nelleke van de Walle, directrice de projet pour la région des Grands Lacs pour l’International Crisis Group. “La L’EAC a récemment nommé Kenyatta en tant que facilitateur spécial pour ce soi-disant processus de Nairobi, un poste qu’il continuera à occuper lorsqu’il quittera ses fonctions de président.

En 2018, Félix Tshisekedi, aujourd’hui président de la RDC, lance sa campagne présidentielle à Nairobi et reçoit le soutien de Kenyatta. Ce dernier était en effet le seul chef de l’Etat président lors de la cérémonie de prestation de serment de son homologue congolais en janvier 2019, en raison du caractère controversé des élections.

Une transition démocratique pacifique renforcerait davantage la position et la sphère d’influence du Kenya dans la région, même avec le départ de Kenyatta, selon les analystes.

Mais une présidence Odinga serait apparemment le meilleur scénario pour la stabilité régionale et continuerait l’alignement de Kenyatta avec la RDC, a déclaré van de Walle à Al Jazeera.

“Odinga était proche du père du président Tshisekedi et lui a présenté Kenyatta”, a-t-elle déclaré. « Si William Ruto est élu, il reste à voir si le Kenya continuera à jouer un rôle actif. Ruto a des liens commerciaux plus étroits avec le président ougandais Museveni et est moins populaire en RDC qu’Odinga ou Kenyatta.

Réformes électorales, climat politique

En 2007, plus d’un demi-million de personnes ont été déplacées et plus d’un millier d’autres tuées après l’annonce par la commission électorale du président Mwai Kibaki comme vainqueur de l’élection contre Odinga qui est largement considéré comme le véritable vainqueur.

Un gouvernement de coalition a ensuite prêté serment, avec Kibaki comme président et Odinga comme Premier ministre – et ils ont aidé à promulguer une nouvelle constitution pour réformer le processus électoral.

Il y a également eu des poches de violence lors des élections ultérieures de 2013 et 2017, la Cour suprême opérant sous la suprématie de la constitution, déclarant une reprise des élections présidentielles.

La nouvelle constitution a donné plus de pouvoirs au pouvoir judiciaire, mais certains autres amendements incluent la clause prévoyant une plus grande représentation des femmes et la déclaration détaillée des droits.

Une section de la nouvelle constitution comprend des critères stricts de leadership qui ont rendu certains candidats inéligibles aux élections – par exemple, l’ancien gouverneur de Nairobi destitué, Mike Sonko, s’est vu interdire de se présenter aux prochaines élections pour devenir gouverneur du comté de Mombasa. La Commission électorale indépendante et des frontières ou IEBC a également disqualifié les aspirants dans le pays qui ont déjà été condamnés par un tribunal.

Même s’il n’a été que partiellement mis en œuvre, il a également efficacement contribué à adoucir le climat politique en “déléguant et décentralisant les pouvoirs et en réduisant les enjeux des élections présidentielles”, a déclaré Nicolas Delaunay, qui couvre le Kenya pour l’International Crisis Group. Certaines institutions, notamment le système judiciaire, ont également été renforcées, a-t-il précisé.

Et cela signifie que les spéculations sur d’éventuelles violences lors de ces élections, qui pourraient correspondre aux niveaux de 2007, sont peu susceptibles de se produire, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

“Le Kenya a beaucoup évolué depuis cette époque et même s’il y a des tensions croissantes, elles sont principalement entre les élites alors qu’en fait les tensions sociales entre les communautés ont été à leur plus bas pendant une période électorale de mémoire récente”, a-t-il déclaré. “Il y a toujours un niveau d’imprévisibilité… mais s’il y a de la violence, nous ne nous attendons pas à ce qu’elle atteigne les niveaux de 2007.”

Changer la dynamique du vote

Société très hétérogène, le Kenya compte plus de 47 ethnies officiellement reconnues.

Et au cœur de sa politique, les allégeances ethniques et l’identité jouent un rôle important, en particulier pour trois des plus grands groupes : les Kikuyu, les Luo et les Kalenjin.

Le Kikuyu, également appelé collectivement la région du Mont Kenya, est le plus grand et effectivement le plus grand bloc électoral du pays. No Kikuyu est à la tête d’un grand parti pour la première fois depuis l’indépendance en 1963. Mais trois des quatre candidats à la présidence ont choisi les Kikuyus comme leurs colistiers afin de faire appel à ce bloc.

Mais le vice-président William Ruto a effectivement encadré la conversation comme celle de « arnaqueurs contre dynasties », une lutte de classe entre les pauvres et les riches.

Et les analystes disent que même si l’ethnicité et l’église sont toujours influentes dans les élections, cela pourrait peut-être être le début d’un changement de dynamique dans les conversations autour des élections.

“La classe va certainement jouer un rôle dans cette élection, en particulier parce que la population majoritaire est jeune et sans emploi et n’a pas accès aux opportunités”, Nerima Wako-Ojiwa, directrice exécutive de Siasa Place, une organisation à but non lucratif dirigée par des jeunes engageant les jeunes sur la politique et la gouvernance, a déclaré à Al Jazeera. “Beaucoup d’entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté, donc la majorité qui sont pauvres et considérés comme des arnaqueurs s’identifieraient à ce récit.

“Cela existe depuis l’indépendance, nous avons une grande population pauvre et c’est pourquoi l’économie est au centre de la plupart des manifestes”, a-t-elle déclaré.

Prisonniers et personnes de la diaspora

Les Kényans de la diaspora constituent environ trois à quatre millions de personnes au total, selon les données des autorités. Et environ 54 000 détenus sont répartis dans les 134 centres correctionnels du pays.

Contrairement à de nombreux autres pays africains, les deux groupes de personnes ont le droit de voter. Cela s’ajoute au reste de la population qui est âgée de plus de 18 ans et n’a jamais été condamnée pour des infractions liées aux élections.

Mais cela s’accompagne d’une mise en garde : les prisonniers ne peuvent voter qu’à l’élection présidentielle – pas aux autres élections locales.

Les détenus ont commencé à voter aux élections de 2017. C’était après que des groupes de la société civile se sont rendus devant les tribunaux après la promulgation de la constitution de 2010, cherchant à faire enregistrer les prisonniers comme électeurs éligibles.

En janvier 2013, un tribunal de Nairobi a exaucé leur souhait, mais il était trop tard pour que l’IEBC les inclue dans les élections de 2013.

Avant les élections de mardi, les électeurs inscrits dans la diaspora sont 10 444 – plus du double du nombre (4 223) du dernier cycle. Le nombre d’électeurs inscrits en prison est également de 7 483, une augmentation de 44 % par rapport à 5 182 lors des dernières élections.

Une autre communauté qui devrait voter aux élections est celle des Shonas, qui sont apatrides depuis leur arrivée en tant que missionnaires du Zimbabwe en 1959, jusqu’à il y a deux ans, lorsque plus de 1 000 personnes sont officiellement devenues citoyennes.

C’est la première fois qu’ils votent au Kenya.

Source: https://www.aljazeera.com/features/2022/8/4/kenyan-elections-five-reasons-to-care-about-the-vot

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire