Éléments constitutifs d’une nouvelle posture américaine en matière de développement numérique – de la réponse bilatérale à la coordination multilatérale | Fondation Heinrich Böll | Bureau de Washington, D.C.

0
213

Lire le dossier complet Au-delà de la connectivité : Visions pour un développement numérique basé sur des valeurs.

Les décideurs américains manifestent un intérêt nettement accru pour la réduction de la fracture numérique persistante dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI). Un examen des tendances de la politique numérique montre comment le gouvernement américain peut canaliser ses ressources et travailler efficacement avec des alliés pour répondre aux besoins déclarés des parties prenantes des PRFM, tout en promouvant les valeurs qui sous-tendent les démocraties libérales, y compris le droit à la vie privée et à la liberté de expression. Grâce à une combinaison de recherches documentaires et de consultations avec des experts en la matière, ainsi qu’avec des responsables gouvernementaux actuels et anciens des États-Unis et des PRITI, nous constatons que :

  1. L’attention politique croissante portée à la transformation numérique dans les PRITI est motivée par (a) la préoccupation croissante des influences autoritaires exercées par le biais de la technologie numérique et de la surveillance des données ; (b) l’espoir que la réduction de la fracture numérique puisse ouvrir de nouveaux marchés pour les technologies numériques de nouvelle génération produites aux États-Unis ; et (c) la possibilité d’utiliser la technologie pour combler les fossés sociaux et économiques dans les PRITI rendus encore plus apparents par la pandémie de Covid-19.
  2. L’attention politique accrue des décideurs américains a conduit à des déclarations nobles et à des initiatives très visibles conçues pour catalyser les investissements dans la technologie qui donnent la priorité aux droits individuels, à la concurrence sur le marché, à l’impact environnemental et à la transparence. Cependant, cette rhétorique n’a, en grande partie, pas encore été accompagnée d’un financement proportionné parmi les agences américaines qui offrent de l’aide et des investissements dans les PRITI. Il n’y a toujours pas non plus de stratégie clairement articulée qui définisse où et comment ces agences peuvent s’engager au mieux et comment se coordonner efficacement avec des alliés démocratiques. En fait, certaines lois régissant l’aide étrangère américaine entravent la réponse américaine à l’autoritarisme numérique et à la fracture numérique mondiale.
  3. L’attention politique accrue des décideurs américains a conduit à des déclarations nobles et à des initiatives très visibles conçues pour catalyser les investissements dans la technologie qui donnent la priorité aux droits individuels, à la concurrence sur le marché, à l’impact environnemental et à la transparence. Cependant, cette rhétorique n’a, en grande partie, pas encore été accompagnée d’un financement proportionné parmi les agences américaines qui offrent de l’aide et des investissements dans les PRITI. Il n’y a toujours pas non plus de stratégie clairement articulée qui définisse où et comment ces agences peuvent s’engager au mieux et comment se coordonner efficacement avec des alliés démocratiques. En fait, certaines lois régissant l’aide étrangère américaine entravent la réponse américaine à l’autoritarisme numérique et à la fracture numérique mondiale.
  4. Pour être un partenaire dans le parcours numérique des PRITI, les États-Unis et leurs alliés devraient mettre l’accent sur les ressources partagées, les mécanismes de réglementation transfrontalière cohérente, le renforcement des capacités et le dialogue ouvert pour garantir que le paysage politique national aux États-Unis soutient positivement les PRFM.
  5. Enfin, toute réponse significative de la part du gouvernement américain doit se faire en coordination avec les alliés démocratiques, en particulier l’Union européenne et les États membres du G7. Pour offrir un complément, sinon une alternative (ce qui n’est peut-être pas faisable), à ​​l’approche subventionnée par l’État de la Chine, les États-Unis devront travailler en étroite collaboration avec les États souverains alliés et les banques de développement multilatérales pour créer les conditions permettant d’attirer les investissements privés et institutionnels. , et convenir d’un cadre de valeurs commun et global pour régir l’infrastructure numérique.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire