Elizabeth Holmes a escroqué Henry Kissinger, et nous ne nous plaignons pas

0
32

Elizabeth Holmes semble en savoir autant sur la science médicale que moi. Lorsqu’on lui a demandé comment fonctionnait réellement son appareil de test sanguin prétendument miraculeux, sa réponse a été, et je jure que je n’invente pas, “Une chimie est effectuée pour qu’une réaction chimique se produise et génère un signal à partir de l’interaction chimique avec l’échantillon, qui se traduit par un résultat, qui est ensuite examiné par du personnel de laboratoire certifié.

Elle semble également avoir été le genre de patron qui fait du travail à la centrale nucléaire de Monty Burns une bonne option. L’un de ses employés a écrit un e-mail disant que Holmes dirigeait son entreprise Theranos “par peur et intimidation”, et que cela faisait non seulement de l’entreprise un lieu de travail misérable, mais empêchait également l’entreprise de faire ce qu’elle était censée faire. C’était le genre d’environnement de travail, a écrit l’employé, “où les gens cachent des choses par peur”.

Et c’est ce qu’ils ont dit dans un e-mail à elle. Je vous encourage à imaginer ce que les travailleurs se sont dit, mais Holmes semble avoir impitoyablement empêché la communication entre les employés. Il n’y a peut-être jamais eu de scénario où elle aurait tenu les promesses farfelues qu’elle avait faites pour sa machine, qui, selon elle, serait capable de prélever une seule piqûre de sang et de la traiter instantanément pour un millier de codes différents. Mais Theranos aurait pu faire certains progrès dans les tests sanguins si cela avait été le genre de lieu de travail où les ingénieurs et les chimistes pourraient se parler, et où les personnes qui ont soulevé des problèmes ne sont pas sorties du bâtiment.

Le nombre maximum de codes de tests sanguins que la machine a effectivement réussi à traiter était de douze. Et les résultats étaient plus souvent faux que corrects. Lorsque Theranos a « démontré » la technologie, elle a utilisé les produits des concurrents pour l’analyse réelle, et lorsqu’elle a utilisé la technologie de Theranos, la machine a souvent craché des résultats terrifiants (et complètement inexacts).

Pourtant, quels que soient les nombreux échecs de Holmes en tant que chercheur médical, patron, explicatif de la chimie et être humain, il y avait au moins une chose qu’elle faisait très bien. Dans le domaine où l’on parle aux riches de leur argent, elle est peut-être en fait l’un des plus grands génies du monde.

Ma pièce préférée des anecdotes sur Theranos est que Holmes, qui a microgéré chaque détail des opérations de l’entreprise, a exigé que la température dans le bureau soit maintenue au milieu des années 60, car sinon elle aurait trop chaud dans son “uniforme quotidien préféré d’un col roulé noir et gilet noir bouffant », une tenue qu’elle portait pour évoquer une femme Steve Jobs. De même, bien qu’elle ne semble pas avoir perdu beaucoup de sommeil à cause de ce qu’il y avait à l’intérieur de son appareil de test sanguin, il était important pour elle que l’extérieur soit élégant et moderne, avec une interface semblable à l’écran tactile d’un iPhone.

Lorsque Holmes a parlé aux investisseurs de « changer le monde », sa voix grave et son regard étrangement impassible n’étaient pas moins importants que son uniforme contrefait de Steve Jobs et l’extérieur attrayant de son projet en grande partie sans valeur. Comme le reste des investisseurs en capital-risque qui investissent dans des projets douteux dans toute la Silicon Valley, ses investisseurs craignaient de rater la prochaine grande affaire. Ils ont répondu à la ressentir de quelque chose de grand et de révolutionnaire à venir.

Il y a un point important et sous-estimé qui se cache ici au sujet de la relation entre l’innovation et l’inégalité économique. Si Holmes avait été forcée de tirer tout son argent de subventions de recherche fournies par des institutions publiques, ou même de prêts de banques privées ordinaires, un certain nombre de personnes auraient été chargées d’examiner de manière indépendante les preuves de ses affirmations extravagantes. Certaines de ces personnes, on l’espère, auraient eu une expertise pertinente. À tout le moins, quelques-uns auraient pu poser des questions de suivi évidentes sur la façon dont tout cela fonctionnait et pourquoi Theranos n’autorisait pas la vérification par un tiers de ses affirmations.

Les riches investisseurs, cependant, ne sont pas tenus de vérifier les affirmations farfelues. Si une escroc à col roulé noir est suffisamment envoûtante, elle n’a pas besoin de se justifier pour n’importe qui avant de faire un chèque.

Malgré l’analphabétisme scientifique de Holmes, il est difficile d’exagérer l’efficacité de son argumentaire. La famille Walton s’est massivement investie dans Theranos. Joe Biden a visité le laboratoire lorsqu’il était vice-président. Les deux Clinton étaient amis avec Holmes jusqu’à un stade extrêmement tardif du scandale. Plusieurs anciens généraux et anciens secrétaires de cabinet ont siégé au conseil d’administration de Holmes.

L’un de ces anciens secrétaires de cabinet semble notamment avoir joué un rôle central. Plus de la moitié des 700 millions de dollars d’argent des investisseurs de Theranos provenaient des Walton et de trois autres familles ultra-riches – les Coxes, les Oppenheimer et les DeVoses. Les quatre familles ont été vendues sur le projet par l’avocat des successions Daniel Mosley et son employeur Henry Kissinger.

“Dr. Kissinger a mentionné », a écrit Mosley dans un e-mail de 2014 présenté comme preuve dans le procès de Holmes, « quelques autres familles avec lesquelles il a eu une très longue relation en tant que candidats possibles pour les investisseurs ». En fin de compte, les effets d’entraînement de tout ce que Holmes a chuchoté à l’oreille du vieux criminel de guerre ont fini par représenter plus de les trois cinquièmes de l’argent qu’elle a collecté dans son ensemble.

Les estimations de la valeur nette personnelle de Kissinger varient énormément, mais le plus bas que j’ai pu trouver était de 10 millions de dollars et le plus élevé de 50 millions de dollars. Cette gamme fait de lui un pauvre par rapport aux Waltons, mais même ainsi, il a investi 3 millions de dollars de son propre argent dans Theranos. Mosley a investi 6 millions de dollars supplémentaires.

Les Waltons, Coxes, Oppenheimers et DeVoses ont collectivement ajouté 370 millions de dollars supplémentaires. Bloomberg rapporte que 50 millions de dollars supplémentaires sont venus de deux amis de Kissinger et d’un riche investisseur grec nommé Andreas Dracopoulos qui a consulté Mosley avant de couler ses propres millions dans Theranos.

Tous ces gens sont très contrariés maintenant. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Holmes vivait très bien avec leur argent alors même qu’elle et son partenaire commercial tout aussi ignorant Ramesh “Sunny” Balwani – qui en savait si peu sur la façon dont son produit était censé fonctionner que “les employés se sont amusés à essayer de faufiler des termes scientifiques fictifs dans une présentation, ce que Sunny répéta consciencieusement au calme amusé de ses subordonnés » – mentit joyeusement sur les progrès de Theranos. Son bureau a été modelé à l’imitation du bureau ovale. Ses gardes de sécurité de la phalange ont reçu l’ordre de se référer à elle pour des “raisons de sécurité” comme “Eagle 1” alors qu’elle était précipitée à l’aéroport pour “voler seule sur un Gulfstream G150 de 6,5 millions de dollars”. (Balwani était “Eagle 2.”)

Pendant ce temps, Mosley a déclaré au jury de Holmes qu’il digérait “à fond” “tout ce sur quoi il pouvait mettre la main: accords d’actionnaires, rapports prétendant provenir de sociétés pharmaceutiques qui ont vérifié la technologie de test sanguin Theranos et chaque lambeau de matériel que Holmes lui a envoyé sur son entreprise , ainsi que des reportages.

Les procureurs l’ont appelé pour témoigner contre l’affirmation des avocats de Holmes selon laquelle Mosley et le reste des investisseurs “étaient suffisamment sophistiqués pour comprendre dans quoi ils s’embarquaient”. Je peux juste imaginer Mosley, Kissinger ou un misérable enfant de Walton criant d’angoisse à la barre des témoins : « Non, bien sûr, je ne suis pas assez sophistiqué pour savoir ce que je fais ! Ne peux-tu pas dire que je suis un rube crédule ? »

Il y a vingt ans, le regretté Christopher Hitchens écrivait un livre intitulé Le procès d’Henry Kissinger. (Malheureusement, au cours des décennies qui ont suivi, Kissinger n’a pas eu à subir de procès pour des crimes allant de son rôle dans le coup d’État contre Salvador Allende aux instructions infâmes qu’il a discutées avec Richard Nixon et transmises au Pentagone lors du bombardement secret du Cambodge : » Tout ce qui vole sur tout ce qui bouge. ») Il y a une ligne dans l’introduction qui m’est toujours restée gravée.

Pourtant, l’homme grassouillet en cravate noire à la soirée Vogue n’est sûrement pas l’homme qui a ordonné et sanctionné la destruction de populations civiles, l’assassinat de politiciens incommodants, l’enlèvement et la disparition de soldats et de religieux et de journalistes qui se sont mis en travers de son chemin. ? Oh, mais il l’est. C’est exactement le même homme.

L’existence même de Theranos pourrait être un acte d’accusation contre notre système économique. Et Dieu sait que l’argent que Holmes a réussi à séparer de ces goules aurait pu être dépensé à des fins bien plus socialement bénéfiques. Même ainsi, alors que je lisais leur angoisse face à leurs millions gaspillés, je ne peux m’empêcher de me sentir un peu désolé qu’elle ait été exposée avant qu’ils ne puissent gaspiller encore plus.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici