Elon Musk supprime la vérification de l’UAW sur Twitter alors que le syndicat fait grève

0
60

Après les membres de les Travailleurs unis de l’automobile ont débrayé à minuit, Twitter a retiré au syndicat la vérification de ses comptes sans préavis, selon un responsable de l’UAW. Le compte, au moment de la publication, manquait de vérification. La décision d’Elon Musk, propriétaire de la plateforme de microblogging qu’il tente de rebaptiser Twitter en X, fait suite à la décision du syndicat de faire grève jeudi soir auprès des trois grands constructeurs automobiles, après que les constructeurs automobiles ont refusé de signer un nouveau contrat avec leurs travailleurs syndiqués.

La solidarité de classe au sein de l’élite nationale est depuis longtemps une caractéristique de l’économie politique américaine, et la décision de Musk, l’homme le plus riche de la planète, est conforme à ce sentiment d’allégeance, même s’il se présente comme un ami populiste du gouvernement. Travailleur. Musk est également propriétaire d’un constructeur automobile non syndiqué, Tesla. Les augmentations de salaire obtenues par les travailleurs syndiqués se répercutent souvent, pour ainsi dire, sur les travailleurs non syndiqués, obligeant même des patrons comme Musk à rémunérer davantage les travailleurs avec leur part des bénéfices. Cela donne à Musk une incitation financière directe pour aider à briser la grève, même au-delà de ses affinités idéologiques avec la classe capitaliste.

Un responsable de l’UAW a déclaré à The Intercept que le compte du syndicat, pour lequel ils avaient payé, avait été vérifié jusqu’à vendredi matin, mais tout à coup, il ne l’a plus été. Le entrée la plus récente pour le compte Twitter de l’UAW dans Wayback Machine d’Internet Archive, du 9 septembre, confirme que le syndicat a été vérifié par chèque bleu. Une demande de commentaire de Twitter a généré la réponse automatique : « Occupé maintenant, veuillez revenir plus tard. »

Quelque 13 000 travailleurs de l’UAW participent à ce qu’ils appellent leur grève debout, qui se déroulera par étapes si les soi-disant trois grands constructeurs automobiles – Ford, General Motors et Stellantis (anciennement Chrysler) – continuent de résister aux travailleurs. demandes. Comme Tesla, de nombreux constructeurs de véhicules électriques des Trois Grands ne sont pas non plus syndiqués, ce qui constitue un point de friction majeur dans les négociations.

Après la crise financière de 2007 et 2008, les travailleurs de l’automobile ont accepté des concessions radicales sur tout, des retraites aux salaires en passant par les soins de santé, afin d’aider Détroit à sortir avec succès de la faillite. Depuis, les entreprises ont retrouvé des niveaux de rentabilité extraordinaires, la rémunération des PDG et les bénéfices des entreprises ayant augmenté de 30 à 40 pour cent ces dernières années. Les travailleurs de l’UAW ont exigé des augmentations similaires au cours des quatre prochaines années, demandes que les entreprises ont rejetées alors même qu’elles poursuivent leurs rachats d’actions destinés à faire grimper le cours des actions et la rémunération correspondante des dirigeants.

La PDG de General Motors, Mary Barra, a été expressément interrogée sur la disparité salariale dans une interview sur CNN vendredi matin.

« Vous avez constaté une augmentation de 34 pour cent de votre salaire, vous gagnez près de 30 millions de dollars ; pourquoi vos employés ne devraient-ils pas bénéficier du même type d’augmentation de salaire que vous obtenez à la tête de l’entreprise ? » a demandé la journaliste de CNN Vanessa Yurkevich.

Barra a répondu à ces questions inhabituellement pointues avec des platitudes typiques : « Quand l’entreprise se porte bien, tout le monde se porte bien. »

Musk, les Trois Grands constructeurs automobiles et l’UAW se concentrent tous étroitement sur le rôle que les syndicats joueront dans la production de véhicules électriques et des batteries nécessaires à leur alimentation. Le sénateur de Virginie-Occidentale Joe Manchin, en guise de prix pour son soutien au programme climatique de Joe Biden, a insisté pour supprimer une disposition qui aurait fait pencher les règles du jeu dans la production de véhicules électriques en faveur des syndicats. Musk s’est également prononcé contre cette mesure.

Tesla paie des salaires nettement inférieurs à ceux des trois grands, soit en moyenne de 45 à 50 dollars de l’heure contre 64 à 67 dollars de l’heure, respectivement. L’entreprise a mené une campagne antisyndicale sur brûlis ces derniers mois.

En février, Tesla a licencié au moins 18 employés du secteur des logiciels dans une usine de Buffalo, dans l’État de New York, après avoir annoncé son intention de se syndiquer. Puis, en mars, une cour d’appel fédérale a jugé que Musk avait violé la loi fédérale du travail en tweetant une menace contre les options d’achat d’actions des employés s’ils décidaient de se syndiquer et que Tesla avait également enfreint la loi en licenciant un travailleur engagé dans la syndicalisation.

« Rien n’empêche l’équipe Tesla de notre usine automobile de voter pour un syndicat », a tweeté Musk en 2018. « Ils pourraient le faire très bien s’ils le voulaient. Mais pourquoi payer des cotisations syndicales et renoncer à des stock-options pour rien ?

En avril, Tesla a subi une nouvelle perte, cette fois devant le Conseil national des relations du travail. L’agence a statué que l’entreprise avait violé le droit fédéral du travail en interdisant aux employés de discuter des salaires et des conditions de travail.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire